jeudi 8 novembre 2018

Ancien sniper de Tsahal : « Notre but n'est pas la sécurité d'Israël, mais de contrôler les Palestiniens »


Deux cent dix-huit Palestiniens tués. Un mort, côté israélien. Depuis le 30 mars dernier, les balles de snipers de Tsahal pleuvent chaque vendredi à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, pour empêcher des milliers de manifestants palestiniens de s'approcher de la barrière de sécurité qui sépare l'enclave palestinienne de l'État hébreu.

 À travers cette « Marche du retour », les Gazaouis entendent retourner sur la terre dont leurs ancêtres ont été expulsés à l'issue de la première guerre israélo-arabe de 1948. Mais ils comptent avant tout sur cette mobilisation pour obtenir la levée du double blocus économique et sécuritaire israélo-égyptien qui a contribué à faire de leur minuscule territoire l'un des plus pauvres au monde. Chômage record, pénurie d'électricité et eau polluée, « Gaza est en train d'imploser », s'est alarmé le mois dernier Nickolay Mladenov, émissaire de l'ONU pour le Proche-Orient.
« À l'origine, le mouvement [de la Marche du retour] n'a pas été créé par le Hamas », admet le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l'armée israélienne (Tsahal). « Mais cette organisation terroriste l'a facilement récupéré et toute sa logistique est désormais entre les mains du Hamas. » S'ils étaient au départ en majorité pacifiques, les manifestants palestiniens ont ensuite lancé de nombreux cerfs-volants incendiaires qui ont atteint les localités israéliennes avoisinantes et brûlé des champs.

De son côté, Tsahal a mobilisé dès les premiers jours de nombreux snipers qui n'ont pas hésité à tirer sur les manifestants. Mais le lieutenant-colonel Jonathan Conricus reste droit dans ses bottes : le Hamas utilise désormais des civils comme arme pour tenter de rentrer en Israël en traversant la grille de sécurité  », affirme-t-il. « Si nous ne les arrêtons pas, alors leur prochaine cible sera les communautés israéliennes qu'ils n'hésiteront pas à tuer. »
Une version à laquelle n'adhère sûrement pas Nadav Weiman. Sniper de l'armée israélienne entre 2005 et 2008 en Cisjordanie, à Gaza et à la frontière libanaise, cet ancien soldat de Tsahal est aujourd'hui membre de l'ONG Breaking the Silence, visant à éclairer le public israélien et la communauté internationale sur les pratiques des FDI (forces de défense israélienne). Dans une interview au Point, ce militant israélien de 32 ans nous donne sa vision des consignes données aux soldats de Tsahal.

«  L'ordre est d'instiller la peur chez les Palestiniens. De leur donner le sentiment qu'ils sont chassés, que Tsahal peut être partout, tout le temps »


Le Point : L'armée israélienne affirme n'avoir d'autre choix que d'employer la force contre les manifestations de Gaza. Pourquoi cette version ne vous convainc-t-elle pas ?
Nadav Weiman : Ceci est une version assez naïve de la part de l'armée israélienne. En réalité, le concept de sécurité d'Israël est que tous les Palestiniens devraient tout le temps courber l'échine. Qu'ils soient bons ou mauvais, jeunes ou âgés, ils doivent tous passer chaque jour par des checkpoints (points de passage de l'armée, NDLR), tous sont réveillés en pleine nuit par des soldats israéliens pour que leur maison soit fouillée.
Qu'entendez-vous par là ?
Au sein des forces de défense israélienne, nous pratiquons des opérations de « mapping ». Nous regardons la carte (de la Cisjordanie, NDLR) et choisissons plusieurs rues. Puis nous débarquons entre trois et quatre heures du matin. Toute la famille est placée contre le mur. On demande alors au père les noms des membres de la famille et ce qu'ils font. Et nous inscrivons toutes ces informations sur une feuille de papier. Au dos de celle-ci, on reproduit en dessin le plan des lieux, puis on change de maison. Et ainsi de suite… Nous avons quatre équipes qui patrouillent pendant quatre heures, ce qui nous donne le temps de contrôler tout le quartier. Pour ma part, mon rôle était de prendre des photos des familles et de recueillir les renseignements. Or, en rentrant à la base, mon commandant me demandait à chaque fois de jeter le papier.
Pourquoi cela ?
Parce que, en réalité, on ne cherche personne. L'ordre est d'instiller la peur chez les Palestiniens. De leur donner le sentiment qu'ils sont chassés, que Tsahal peut être partout, tout le temps, et qu'on est à la recherche de quelqu'un. Les opérations de « mapping » font partie de la routine quotidienne, car les Palestiniens doivent comprendre « qui est le boss ». Voilà comment on pense que l'on ramènera la sécurité en Israël, en faisant en sorte que les Palestiniens baissent tout le temps la tête. Quand tu vois les choses de l'intérieur, tu te rends compte que notre but est de contrôler les Palestiniens, pas la sécurité d'Israël. Après 51 ans d'occupation, nous n'avons toujours pas de sécurité.

«  Pour moi, 5 000 personnes qui manifestent à Gaza ne mettent pas en danger Israël »


Pourtant, en dehors d'attaques ponctuelles, l'État d'Israël n'a-t-il pas réussi aujourd'hui à rétablir une relative sécurité ?
Pas du tout. Il y a un mois, Ari Gold, un colon, a été tué à Goush Etzion (colonie située en Cisjordanie, NDLR). Dans la localité de Barkan, un Palestinien est entré dans un bureau et a tué des Israéliens. Jeudi dernier, un Palestinien a tenté de poignarder des gens à l'entrée de la colonie de Kiriat Arbon, près de Hébron. Je me suis rendu sur place peu après l'attaque. L'homme avait été tué avant d'avoir pu toucher sa cible. En Israël, tu ne sens pas du tout l'occupation quand tu te promènes dans les rues de Tel-Aviv ou de Haïfa. Mais ce n'est pas le cas à Jérusalem-Est (territoire palestinien annexé par Israël, NDLR).
Les exemples que vous citez ne concernent-ils pas uniquement des colons en Cisjordanie, donc pas la majorité des citoyens israéliens ?
Oui, c'est vrai. La majorité des Israéliens ne franchissent pas la ligne verte de 1967 (les frontières héritées du conflit israélo-arabe de 1967 et qui délimitent la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est, NDLR). Voilà pourquoi, à Breaking the Silence, nous organisons des « tours » afin qu'ils puissent voir l'occupation de leurs propres yeux : les checkpoints, les rues que l'on ferme au centre-ville de Hébron pour les 850 colons qui y vivent, au milieu de 200 000 Palestiniens. La plupart des Israéliens n'ont pas la moindre idée de la réalité de cette ville. Alors je ne vous parle même pas de la situation à Gaza, qui est mille fois pire. Ce que vous voyez là-bas, aucun Israélien ne le verra jamais.
Un reportage sur Gaza récemment diffusé en France a d'ailleurs provoqué l'ire de l'ambassade d'Israël qui a fait pression pour qu'il soit déprogrammé. En vain.
C'était une tentative de censure. À l'occasion de ce reportage, le journaliste est venu me voir et m'a montré des vidéos des Marches du retour diffusées par Tsahal. J'ai trouvé cela fou. Ce qui a été montré à la télévision française ne sera jamais diffusé en Israël. Les seules vidéos de Gaza que l'on voit ici sont celles des milliers de marcheurs se dirigeant vers la frontière israélienne et jetant des pierres. Elles sont accompagnées d'une interview d'un responsable de Tsahal affirmant que l'armée israélienne n'a pas d'autre choix que de tirer. C'est d'ailleurs l'instruction qui a été donnée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Avigdor Lieberman : tout Palestinien situé à moins de 300 mètres de la barrière de sécurité doit être abattu. Ainsi, le public israélien comprend que la sécurité de leur pays est en danger. Or, en réalité, ces manifestants ont uniquement mis en danger notre contrôle sur Gaza.
Ces manifestants avaient tout de même pour mot d'ordre de revenir sur la terre de leurs ancêtres et certains d'entre eux étaient armés.
Au cours des premiers mois, la plupart des manifestants étaient pacifiques. Cela ne nous a pas empêchés de tuer, notamment lors du déménagement de l'ambassade américaine à Jérusalem (plus de 60 morts et 2 400 blessés par balle, NDLR). Ce jour-là, certains de mes amis m'ont dit que nous n'avions pas le choix. Mais, pour moi, 5 000 personnes qui manifestent à Gaza ne mettent pas en danger Israël. Nous avons tué 60 personnes qui se sont juste approchées ou ont touché la grille de sécurité alors qu'elles ne mettaient pas en danger notre État. Cette idée, c'est le point de vue de notre gouvernement d'extrême droite. Le seul point de vue qu'il connaît, c'est à travers la lunette d'un fusil.

«  Durant chaque opération, nous avons utilisé la puissance de feu de notre artillerie, ce que nous ne sommes pas censés faire dans une des zones les plus denses au monde »


Mais le Hamas a ensuite pris le contrôle des manifestations. Et il appelle toujours à la destruction d'Israël…
Je pense qu'il est nécessaire de prendre un peu de recul historique. Tout d'abord, c'est Israël qui a choisi de créer cette bande de territoire. Puis en 2007, c'est encore les Israéliens qui l'ont soumis à un siège (blocus, NDLR), suivi de trois guerres contre le Hamas. Il faudrait donc peut-être commencer par mettre fin au siège et laisser respirer les Gazaouis. Ensuite, durant chaque opération, nous avons utilisé la puissance de feu de notre artillerie, ce que nous ne sommes pas censés faire dans une des zones les plus denses au monde. Lors de la dernière opération (Bordure protectrice) en 2014, nous avons tué d'après les chiffres de Tsahal 2 200 Palestiniens, dont un millier de civils innocents, parmi lesquels se trouvaient plus de 500 enfants !
En ce qui concerne les Marches du retour, une des conséquences du combat que mène Breaking the Silence a été l'ouverture d'enquêtes internes au sein des forces de défense israéliennes. Or, celles-ci ont toutes conclu que les décès des Palestiniens ne souffraient d'aucune contestation. Autrement dit, tuer 200 Palestiniens ne leur pose aucun problème.
Certains des manifestants n'appelaient-ils pas au meurtre de juifs ?
Tout d'abord, il faut distinguer les Juifs des Israéliens. Les Palestiniens sont inspirés par un mouvement national et veulent combattre Israël, pas les Juifs. Lorsque j'étais soldat, ils ne me détestaient pas parce que j'allais à la synagogue mais parce que j'étais vu comme un occupant. En tant que camp le plus fort, je pense que nous sommes responsables de ce que l'on fait : à savoir le choix de séparer Gaza de la Cisjordanie, la construction du mur, la mise en place de checkpoints et la division de la Cisjordanie en trois zones (A, B, C), ce que Tsahal appelle d'ailleurs la « fragmentation » de la Cisjordanie. Rendez-vous compte, en tant que Palestinien, vous avez besoin d'autorisation israélienne dans tout ce que vous entreprenez au quotidien ! Je le répète, je ne suis pas là pour défendre le Hamas mais pour expliquer ce que fait notre armée, agissant au nom d'un État démocratique.
Quelles sont les règles d'engagement des snipers de Tsahal  ?
C'est notre bible et elles sont assez simples. Nous pouvons tuer un Palestinien que s'il a les moyens, l'intention (de tuer) et l'habileté. Je m'explique. Pour les moyens, il s'agit de savoir s'il a un couteau, un pistolet, une bombe ou un cocktail Molotov. Pour l'intention, s'il se trouve ou se dirige vers une zone où il ne doit pas être. Pour ce qui est de l'habileté, il s'agit d'un Palestinien portant un couteau à moins de dix mètres de la zone sensible. Si toutes ces conditions sont réunies, alors tu peux le viser pour le tuer : à la tête, à la poitrine ou au cœur.
Quel était exactement votre rôle dans l'armée ?
Dans mon équipe, mon travail était d'identifier la cible. Je disposais d'une caméra optique électronique qui me permettait de repérer la cible et de déterminer si elle portait une arme. J'avais aussi un laser me permettant de mesurer la distance qui nous séparait de lui, ainsi qu'un autre appareil me permettant de déterminer la vitesse du vent. Je pouvais par exemple voir un homme suspect marcher à 500 mètres de moi, au milieu de la nuit, avec une bandoulière – celle de son sac en fait – pouvant laisser penser qu'il portait une arme. J'en avertis alors mon officier à la radio qui me donne l'autorisation de tirer ou pas. Mais en réalité, la décision repose sur des jeunes de 20 à 21 ans.
Les règles étaient-elles les mêmes récemment à Gaza ?
À Gaza, les snipers ont été autorisés à viser les genoux de ceux qui étaient considérés comme les « meneurs » des manifestations, à savoir ceux qui étaient à la tête du cortège et lançaient des slogans. Or, lorsque tu tires en plein jour avec un sniper depuis une distance de 60 mètres, sur un terrain plat, avec des balles qui contiennent beaucoup plus de poudre qu'une arme classique, tu peux facilement identifier les suspects et leur infliger beaucoup plus de dégâts. Si le point d'entrée de la balle ne dépasse pas le centimètre, à sa sortie, la blessure est de la taille d'un poing. Par conséquent, il a beaucoup plus de risques d'être amputé. Et il ne s'agit même pas d'un homme qui a traversé la grille de sécurité ou a tiré un missile sur Israël.
Normalement, nos snipers devraient être utilisés en dernier recours. Ce doit être notre dernière option. Lors des manifestations, on devrait tout d'abord négocier, et si on utilise la force, n'employer des moyens létaux qu'en dernier recours. Or, nous inversions la situation. Nous utilisons les snipers en premier. Et en tant qu'ancien sniper, je peux dire que cette arme vise à faire très mal. Nous sommes entraînés pour cela.

«  Il n'y a aucun problème aujourd'hui à nous envoyer tuer des manifestants désarmés. Mais quand on veut en parler, ils font tout pour nous faire taire »


Les manifestations du retour ont récemment perdu en intensité, à la suite de la volonté du Hamas de calmer le jeu alors qu'il négocie avec Israël une trêve de longue durée.
Les trois guerres contre le Hamas se sont achevées par un accord avec lui, qui a abouti à l'octroi de projets humanitaires pour Gaza. Cela montre que d'autres options sont possibles. Peut-être faut-il ne pas regarder Gaza par le seul biais des armes. Mais nos gouvernements successifs ne nous ont proposé que le recours de plus en plus massif à la violence.
Étant donné l'impasse des négociations avec l'Autorité palestinienne, qui a, elle, renoncé aux armes, cela signifie-t-il que la violence paie avec Israël ?
Bien sûr que la violence aide le Hamas à obtenir un accord. On ne comprend que la force. Quand Israël a-t-il relâché des prisonniers palestiniens ? Pour les beaux yeux de Mahmoud Abbas ? Pas du tout ! C'était après que le Hamas a kidnappé le soldat Gilad Shalit. Quand Israël a-t-il accepté d'élargir la zone de pêche à Gaza ? Après que les manifestants ont lancé des cerfs-volants incendiaires. Rendez-vous compte ! Cette technique a dérangé l'une des armées les plus avancées au monde sur le plan technologique ! Parce qu'une armée sait comment utiliser la violence et la peur, mais n'a pas les moyens de faire face à une situation différente. Parce qu'on ne sait rien faire d'autre. Ce qui nous dérange, c'est qu'un cerf-volant met beaucoup plus en danger le contrôle que nous exerçons sur Gaza qu'un missile. De la même manière, une personne comme Ahed Tamimi (jeune Palestinienne qui a passé neuf mois dans une prison israélienne pour avoir giflé un soldat, NDLR) est beaucoup plus dangereuse pour nous qu'un missile, car elle désobéit publiquement à l'occupation.
Votre voix n'est-elle pas rare en Israël, alors que la société, en même temps que le gouvernement, glisse à droite ?
C'est vrai. L'atmosphère politique tend vers l'extrême droite. Par conséquent, le parti travailliste glisse lui aussi à droite. Par exemple, une loi nous interdit aujourd'hui, à Breaking the Silence, d'effectuer des interventions dans les écoles ! On nous traite de collabos, de traîtres, et même d'auto-antisémites ! Pourquoi ? Parce qu'il n'y a aucun problème aujourd'hui à nous envoyer tuer des manifestants désarmés. Mais quand on veut en parler, ils font tout pour nous faire taire. Lorsque tu ne t'alignes pas sur les idées de l'extrême droite en Israël, tu es considéré comme un traître. Ils nous attaquent car, aujourd'hui, nous n'avons plus de parlementaires de l'opposition qui combattent cela. La seule opposition se situe en dehors de la Knesset.

Source: Le Point

2 commentaires:

  1. Gaza est un laboratoire de la barbarie sioniste et le pire reste à venir.

    Interview donnée en 2012 par Henry Kinssinger ;

    "Le grand ours Russe et la faucille chinoise seront réveillés de leur sommeil et c’est à ce moment qu’Israël va devoir se battre de toutes ses forces et de ses armes pour tuer autant d’Arabes qu’elle le peut. Espérons que si tout va bien, la moitié du Moyen-Orient sera aux israéliens. »

    https://reseauinternational.net/les-incroyables-predictions-dhenry-kissinger/

    Et ça tabasse du musulmans depuis 2001 , les victimes aujourd'hui se comptent en millions.

    La Palestine souffre depuis 70 ans mais le monde a changé en 2001.

    Syrie, Lybie, Irak, Afghanistan, Egypte, Tunisie , Yemen etc...sont devenus des champs de ruines et de bataille au seul profit du plan Yinon et donc du grand israel à venir.

    Il y'a un plan et l'histoire en témoigne.

    RépondreSupprimer
  2. Je crois que le pire arrive :
    https://fr.sputniknews.com/international/201811121038876750-gaza-hamas-tv-israel/

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Conseils pour économiser

Conseils pour économiser

Affaire Macron/Benalla

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog