vendredi 7 décembre 2018

“À bout”, les policiers se disent inquiets et en colère contre le gouvernement avant “l’Acte IV” des “gilets jaunes”


Largement mobilisés avant les manifestations de samedi, de nombreux policiers, inquiets de la tournure que pourrait prendre cette journée, peinent à contenir leur colère vis-à-vis d’un pouvoir politique qui rechigne encore à donner des ordres clairs. Le malaise est palpable : certains rêveraient même de mettre leur gilet jaune sur le dos.


“ Nous sommes tous rappelés samedi, en quinze ans de police, je n’ai jamais vu ça ”. Dans son commissariat parisien, cet officier de police judiciaire craint le pire, comme nombre de ses collègues CRS ou policiers qui peinent à calmer leur colère depuis samedi dernier. En cause, “ l’absence d’ordres clairs et lisibles en dépit de la violence exprimée ”, résume l’un des membres de la compagnie d’intervention mobilisée sous l’Arc de Triomphe lors de la dernière manifestation parisienne des gilets jaunes. Tous se demandent s’il y a un pilote dans l’avion, et digèrent mal la gestion politique de leurs actions de terrain. Ils répètent avoir attendu des ordres alors que la situation pourrissait, et ne comprennent pas pourquoi “ tant de collègues étaient retenus pour fouiller des sacs à l’entrée des Champs Elysées alors qu’il était si facile de rester en dehors dans l’espoir de tout casser ”.
L’un d’entre eux, âgé de 25 ans, se souvient d’une journée pendant laquelle il s’est “ vu mourir plusieurs fois ”. Il se souvient aussi de cette fin de journée où il a fallu partir une demi-heure plus tôt pour accueillir le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et le premier ministre Edouard Philippe à la caserne. “ Ils sont restés dix minutes pour venir nous dire merci, il y avait un silence de mort et personne n’a ouvert la bouche. Il valait mieux pour eux ”, résume froidement ce jeune policier. La colère est plus grande encore lorsque l’on évoque le nom du Président de la République, et sa déambulation du lendemain dans les rues encore fumantes du XVIe arrondissement parisien. “ Au lieu de parader, il aurait pu commencer par être en France le jour où son peuple exprime sa colère”, tranche un CRS furieux du comportement présidentiel.
Cerise sur le gâteau, l’idée d’une prime de 300 euros pour récompenser les policiers de terrain. “ Il nous a pris pour des putes ou quoi ”, lancent sans pudeur certains d’entre eux, qui ont déjà fait savoir qu’ils refusaient la somme. “ Ça fait des années que le malaise grandit dans la police, que nos heures supplémentaires ne sont pas payées, qu’on demande des ordres clairs, un changement de méthode dans le maintien de l’ordre, une réponse pénale adéquate et tout à coup il essaie de nous acheter parce qu’on a fait notre boulot, c’est juste indécent ”, s’emporte l’un d’eux.
Ils sont nombreux à reconnaître que ce mouvement provoque chez les policiers une sorte de “ schizophrénie très désagréable ”. Quelques jours après les affrontements du week-end, un jeune engagé résume : “ on a passé quatorze heures à se prendre des pavés, des jets d’acides, des barres de fer et des insultes dans la figure. Et en rentrant le soir, on a retiré notre uniforme avec l’envie d’enfiler nous aussi ce gilet jaune. L’institution policière est une chose, mais les policiers sont des Français, et comme la majorité de leurs compatriotes, ils sont à bout ”
 Ils ne croient pas au dépôt des casques ou des armes, mais sont lucides sur la fragilité du “ dernier rempart ”. Et c’est pourquoi cette idée de prime a été particulièrement mal reçue : « c’est déjà douloureux de se retrouver en face des gilets jaunes, et il veut quoi ? (…)

-------


Le gouvernement, en panique, se demande si ça ne vient pas des russes...

[...]

"Témoignage que tous les scénarios sont envisagés par l'exécutif, «on regarde si les Russes ne sont pas derrière certains agissements», comme l'aurait déclaré un membre du gouvernement aux journalistes. «À partir du moment où les choses vous échappent, vous accusez tout le monde,» commente à notre micro le criminologue Xavier Raufer, estimant ces propos à la fois «injurieux et pas sérieux.»
«On sent un gouvernement et des dirigeants paniqués […] ils sont effrayés, il se passe des choses qu'ils ne comprennent pas. Ils vivent dans un tout petit milieu […] et donc ils n'ont pas idée de ce qu'est le peuple français,» ajoute-t-il.
Il faut dire que dans la presse, les perspectives sur les évènements à venir ne semblent guère plus réjouissantes. Dans Valeurs actuelles, un spécialiste de l'ordre public évoque une probabilité d'ouverture de feu de «80 à 100%», rappelant que selon plusieurs sources au sein des services de renseignement (SCRT et DRPP) environ «20.000 gilets jaunes voulant en découdre et tuer» pourraient agir samedi sur l'ensemble du territoire. «Nos sources au sein de l'État sont unanimes: "Samedi sera déterminant pour l'avenir du pays"» insiste l'hebdomadaire, d'autant que du côté des forces de l'ordre au bout du rouleau, appels à la grève ou à exercer leur droit de retrait se multiplient."
[...]


Poutine est à la manoeuvre. Une petite guerre civile en France ferait bien ses affaires.
— Brice Couturier (@briceculturier) 1 décembre 2018



Source: Sputnik

10 commentaires:

  1. Fabiola

    Je ne comprends pas pourquoi ils hésitent tellement à déposer les armes, car ils se battent contre le peuple (leurs parents, leurs frères et sœurs, bref leur famille, leurs amis), pour une poignée d'abrutis..., ne se sont-ils pas engagés à protéger le peuple ? Il serait beaucoup plus simple pour certains de mettre les gilets jaunes et de manifester avec les leurs, qui se battent pour les mêmes raison qu'eux, pour ceux qui ont une once de conscience,les autres sont des robots.

    Autre chose,
    le Pacte de l’Onu sur les migrations serait adopté sans Macron :
    https://fr.sputniknews.com/international/201812071039217650-marrakech-france-macron-pacte-migrations/

    Vu sur twitter :
    Ignoble manipulation de Macron qui ne va pas signer le pacte de Marrakech mais envoie le secrétaire d'État, Jean-Baptiste Lemoyne, signer pour la France à sa place. Faites circuler l'info, ne soyons pas dupes ! https://www.lepoint.fr/monde/le-pacte-sur-les-migrations-adopte-lundi-au-maroc-malgre-les-defections-07-12-2018-2277314_24.php …

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en plus , c'est pour défendre des traitres, des corrompus, des criminelles de guerre et des pedophiles, ils vont rester dans l'histoire, même Adolf n'aurait pas osé

      Supprimer
    2. Et oui comme vous le dites si bien: "Pourquoi attendent-ils de déposer les armes..." Parce que ces forces de police dites de l'ordre (qui n'en est plus un en substance et qui plus est illégitime) sont une "mise en abîme" du peuple, ils sont autant de lâches, que de gens asservis par leurs crédits, dociles prêt à lécher la main de celui qui les étrangle et les méprisent dans un énième réflexe pavlovien et qui plus est font preuve d'une pitoyable et inexcusable absence de sens critique et de lucidité (à ce sujet Chateaubriand ne disait-il pas qu'elle est la blessure la plus rapprochée du Soleil?". Ceux qui tiennent le discours ci-dessus sont de la même trempe que les gilets jaunes: ds hommes différenciés aux milieux des ruines... Si vous ne voulez pas devenir ce que nos ancêtres appelaient des parjures et renégats, réfléchissez longtemps avant de tirer sur les vôtres et défendre cette finance apatride qui ne veut que ruine, souffrance et esclavage. Là ou le système commencerait à ployer c'est le jour ou il soupçonnerait que ces "force de l'ordre" puisse un jour imaginer retourner leurs armes contre leurs maîtres... un scénario imaginable parmi d'autres. Paix, Amour et Protection sur ce dernier carré qui se relève et rebelle avant de sombrer dans un esclavage sans retour.

      Supprimer
  2. Ce qui se passe depuis plusieurs semaines est absolument anormal; nous avons une très forte pression du binôme de l'intérieur pour nous imprimer dans le crâne que la situation est insurrectionnelle, qu'il y aura de la casse et du sang et qu'ils barricadent Paris ( même les pavés sont enlevés). C'est du jamais vu. Rien de tel pour provoquer et exciter nos jeunes des cités qui vont prendre cela pour de la provocation. Nos médias vendus, avec la palme pour BFM, font un matraquage médiatique pour effrayer les gens. Sur un site d'un ancien réserviste, j'apprends que ce ne sont pas 15 blindés mais « 80 blindés » qu'il y aura. On utilise une force disproportionnée.

    Il n'est pas non plus normal que le journal le monde ait diffusé la vidéo avec la présence des snipers sur le toit lors de manifestation du 1er décembre; la vidéo des enfants menottés filmée par un policier et circulant sur les RS interpelle aussi, visant à nourrir la colère populaire.

    En prenant du recul, je serais tenté de dire, « GJ n'allez pas à Paris samedi », il y un grand danger, c'est une souricière.

    Pourquoi? Nous connaissons les forces en mouvement à l'heure actuelle derrière l'Europe militariste. L'Europe a vocation à s'écrouler : brexit, et forte poussée des nationalistes. Ils ne veulent pas perdre la France (vache à lait avec 22 milliards de budget/an) sinon la tour de Babel s'écroulera. Donc ils sont prêts à tout pour garder leur empire malade.

    Je pense que le but de ces manœuvres est :
    - on crée un mouvement de révolte (taupes/vidéos/ réseaux sociaux/révolution colorée jaune)
    - on attise les mécontentements (ralliement de la masse des oubliés du peuple)
    - infiltration par des antifas, faux policiers et casseurs de banlieue (appel par frère Mélenchon)
    - surmédiatisation pour exciter les passions
    - répression excessive (nombreux blessés); gazage dès 9h du matin; attaque des symboles de "leur" république ; matraquage de personnes âgées
    - et ensuite on fait monter la mayonnaise : on diffuse quantité de photos et vidéos choquantes

    Tout cela ressort d'une même stratégie car les violences ont été crescendo pour arriver à la scène finale et à « leur » clou du spectacle: Le samedi 8 décembre 2018

    Leur objectif de plus en plus évident est de mettre en place l'article 16 de la constitution, soit l'installation d'une dictature avec pleins pouvoirs au Président, censure des médias (et donc censure de l'opposition) et répression des opposants ; cela juste avant les élections européennes pour éviter d'entendre les voix discordantes et maintenir en place la tour de Babel.

    Conditions de mise en place de l'article 16 : « Lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacées d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu ... » pleins pouvoirs d'une durée d' 1mois pouvant être reconduit par le président du conseil constitutionnel (vous comprenez l'enfumage?) (et interdiction durant cette période de dissoudre l'assemblée nationale)

    Des conditions de « menaces graves envers les institutions et la nation » signifient un scénario sanglant et insurrectionnel avec pertes humaines et tentative de prise de la bastille (désormais l’Élysée), tout le scénario étant probablement mis au point dans des laboratoires d’ingénierie sociale du cabinet noir. Et après, des deuils et des larmes pour les uns et pour les autres triomphe final de leur dictateur.

    L’article 16 n’a été appliqué qu’une seule fois : du 23 avril au 29 septembre 1961, après la tentative de coup d’état de quatre généraux en Algérie française. L’article 16 permit à Charles de Gaulle de proroger l’état d'urgence sans discussion parlementaire, de porter la durée de la garde à vue à quinze jours et à étendre la pratique de l’internement administratif aux partisans de l’Algérie française.

    RépondreSupprimer
  3. J'espère que vous avez regardé la vidéo de l'Heure de se réveiller ?

    https://www.youtube.com/watch?v=J18zukKyDZs

    RépondreSupprimer
  4. 7/12 à 23h32 : nombreux sites sous attaque : ER, fdesouche , autre site : commentaire avalé. bientôt "ici radio Londres"

    une vidéo sympa : le député Lassalle en soutien aux gilets jaunes chante sa "douce France" et des chants de la résistance à l'assemblée nationale et se fait recadrer.

    https://www.youtube.com/watch?v=0ooQLg-Nzzo



    RépondreSupprimer
  5. Les forces de l'ordre sont ni plus, ni moins que le reflet de notre société, donc 80% soutiennent le mouvement des GJ mais ne se sont pas manifesté et au vu de la tournure agressive du mouvement ne bougeront plus ... comme les 80% des gens qui 3 samedi de suite ont fait leur course de Noël, ce sont les mêmes qui disent soutenir le mouvement, qui mettent un Gilet sur leur page brise et klaxonnent le pousse levé dans les ronds points.

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

Conseils pour économiser

Affaire Macron/Benalla

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Médias citoyens

Archives du blog