jeudi 20 décembre 2018

Les prouesses de la police: deux ans de reconstruction faciale suite à un tir au visage (encore un)


Au vu du nombre effrayant de manifestants ayant souffert de blessures graves au visage depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, on est en droit de se demander s'il ne s'agit pas là de consignes du ministère de l'intérieur. 

On retrouve ces blessures un peu partout, pas uniquement à Paris et à la fois sur  des manifestants majeures et des mineurs. Il n'y a pas de chiffre exact du nombre de personnes concernées à ce jour mais des comptes doivent être demandés. Ce type de blessures créent des souffrances importantes, une dégradation du mode de vie (alimentation) et des risques de séquelles physiques et psychologiques. Ce comportement de la police envers la population digne d'une république bananière est inacceptable. Fawkes
-------

GILETS JAUNES - Il en a pour deux ans de reconstruction faciale. Le 1er décembre dernier, David, tailleur de pierre de 31 ans, était venu des Yvelines avec sa compagne pour défiler sur les Champs-Élysées et soutenir le mouvement des gilets jaunes. Mais malgré son intention de manifester "pacifiquement", cette journée a pris une tournure dramatique.

Touché au visage par un tir de flashball lancé par les forces de l'ordre, le jeune homme a subi de graves blessures à la mâchoire, dont les détails médicaux font froid dans le dos: fracture maxillaire droite, fracture alvéolaire, perte de substance osseuse, perte de 4 dents (bientôt 3 de plus), fracture des ptérygoïdes et perte de 2.5 cm de lèvre supérieure.
Pour "se reconstruire", le jeune homme a donc décidé de lancer une cagnotte pour financer ses "soins physiques et psychologiques". "Depuis l'accident je me retrouve sans emploi car j'étais tailleur de pierre en intérim, donc je n'ai plus de revenu et je ne sais pas si je vais pouvoir reprendre mon emploi un jour", explique David.

Une balle "en pleine mâchoire"

Selon son récit de la journée, le gilet jaune assure être "tombé" sur des CRS alors qu'il tentait de quitter les lieux avec sa compagne et que la tension "montait" dans les rues de Paris.
Dans son appel aux dons, il raconte : "On se dirige vers l'avenue Victor Hugo où on nous laisse enfin passer. Nous faisons approximativement 500 mètres et prenons la rue Paul Valéry qui se trouve en parallèle de celle-ci. Une rue qui nous semblait calme. Après quelques mètres, nous retombons sur des CRS. N'étant pas armé et n'ayant aucune intention de violence sur eux, ma compagne et moi, nous dirigions vers eux main dans la main, bras en l'air, pour seule arme notre gilet jaune sur le dos. Avec encore une fois pour seul objectif de quitter les lieux."
"Arrivés à vue d'œil à environ 10 mètres des CRS, l'un d'eux me fait un tir avec une balle LBD 40x46mm en pleine mâchoire", détaille David, alors qu'un tireur de flashball devrait viser le torse ou les membres supérieurs, mais jamais la tête.

La justice saisie contre l'État

Selon une enquête d'Envoyé spécial diffusée le 13 décembre dernier, David a décidé de "saisir la justice" contre l'État avec l'aide d'une avocate qui milite pour l'interdiction des balles en caoutchouc et des grenades GLI-F4, un autre engin policier responsable de mutilations.
"On a trop de blessés très graves aujourd'hui, que ce soit des personnes énuclées, qui n'arrivent plus à marcher... On va beaucoup trop loin dans la militarisation du maintien de l'ordre", déclarait maître Lucie Simon à nos confrères de France 2.
Depuis un mois, le flashball, aussi appelé "lanceur de balles de défense (LBD)", a provoqué de nombreuses blessures au cours des manifestations de gilets jaunes, ou en marge de la mobilisation des lycéens. Le 5 décembre, par exemple, un jeune de 17 ans a été grièvement blessé par un tir de flashball au lycée Simone de Beauvoir de Garges-lès-Gonesse, provoquant l'indignation des professeurs, parents et élèves, comme vous pouvez le voir dans le reportage ci-dessous.


Malgré ces violences, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a rejeté mardi 18 décembre la requête urgente de manifestants touchés par des tirs de lanceurs de balle de défense qui lui demandaient d'en interdire l'utilisation en France.
"La Cour ne fait droit aux demandes de mesures provisoires qu'à titre exceptionnel, lorsque les requérants seraient exposés – en l'absence de telles mesures – à un risque réel de dommages irréparables", a rappelé la CEDH dans son communiqué. Toutefois, si la demande de mesure provisoire a été rejetée, "cela ne présage pas" des décisions ultérieures de la Cour sur la recevabilité ou sur le fond des affaires, précise-t-elle.
-------

Une étudiante blessée au visage par un tir de Flash-Ball à Biarritz : mâchoire fracturée, des dents cassées et la joue ouverte

Âgée de 18 ans, la jeune femme grièvement blessée mardi 18 décembre est étudiante à l’École supérieure d’art, à Bayonne. L’équipe pédagogique veut dire sa colère après son hospitalisation.

L’émotion est vive à l’Ecole supérieure d’art Pays basque (ESAPB) tant du côté des élèves que de celui de l’équipe pédagogique. Dans le cadre des manifestations qui ont eu lieu ce mardi 18 décembre à Biarritz, en marge de la réunion préparatoire au G7, une étudiante a été blessée au visage par un tir de Flash-Ball. C’était en début d’après-midi, au niveau du square Edouard-VII qui longe la Grande Plage.

Après s’être concertés ce mercredi matin l’équipe et sa directrice, Delphine Etchepare, ont décidé de publier le communiqué suivant pour dire leur colère: 



"L’École supérieure d’art Pays basque a appris avec consternation et révolte qu’une de ses étudiantes avait été gravement blessée au visage par un tir de Flash-Ball à l’occasion d’une manifestation, hier à Biarritz.Nous condamnons fermement cette violence policière et apportons tout notre soutien à notre étudiante, actuellement hospitalisée."

Mâchoire fracturée, dents cassées

La jeune femme de 18 ans, scolarisée sur le site bayonnais de l’école, en classe préparatoire, a eu la mâchoire fracturée, des dents cassées et la joue ouverte. Elle devait être opérée ce mercredi après-midi.
Source: Sudouest


16 commentaires:

  1. Par contre ces flics qui tirent au visage de personnes totalement pacifiques, pas sûr qu'ils soient juste cons.
    Comment peuvent-ils se regarder dans un miroir après avoir défiguré une jeune étudiante (par ex) ?
    Pour moi ces pourritures ne valent pas mieux que ceux qui tirent les ficelles, tous des enfants de satan. Tu mets tout ça dans le même sac, aux chiottes et tu tires la chasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les flics tirent sur le visages de manifestants pacifiques car:
      Les flics sont en sous-effectif
      Les flics sont épuisés par manque de someil et excès d'heures supplémentaires.
      Le ministre a accepté l'engagement de flash ball dans des situations inadéquates.
      Les flics sont en situation d'impunité car attaquer un flic en justice c'est attaquer l'état.
      Les flics sont impuissants contre les zones de non droits, le deal de drogue, les casseurs alors finalement ils tirent sur ce qui est devant eux.
      L'état français prend ses citoyens pour des administrés mais pas pour des citoyens responsables.
      La démocratie française est archaique et ses leaders politiques n'ont pas encore tiré les leçons des défaites de l'Indochine ou de l'Algérie: respecter le droit des peuples à disposer d'eux mêmes.

      Supprimer
    2. Rien de tout ça n'explique ou n'excuse l'agissement de la police. Tirer au flashball sur un homme avec les bras levés c'est impardonnable. En plus, il a pu arriver qu'ils soient en sous effectifs au début, mais dans les deux dernières manifs, ce n'était pas le cas, et c'est quand même arrivé. Les consignes du ministère interdisant aux manifestants toute protection du visage est un facteur aggravant. Même certains journalistes en ont été privées et ils ont dégusté comme les autres. Il y a certainement des situations ou l'usage du flashball était justifié (lancers de pavé etc..) mais pas sur des manifestants pacifiques. C'est insensé. Il n'y a rien de mieux pour soit briser la vie du personne ou la rendre au contraire violente alors qu'elle ne l'était pas au départ. La violence appelle la violence.

      Supprimer
    3. De Anonyme du 20 décembre
      Merci de ta réponse Guy. Loin de moi l'idée de disculper la police mais à mon avis la police n'est que le dernier élément de la force publique. Les agissement des flics ou des CRS sont révoltants mais ce n'est pas là que réside le mal, ce n'est qu'un symptome du disfonctionnement du pouvoir. Le pouvoir ne parvient pas à se faire respecter là où il le devrait. Macron a échoué à rétablir la croissance économique et son arme face à son échec c'est le flash ball et la grenade dite assourdisante.

      Supprimer
    4. moi le jour ou je prends une balle de flash ball dans la gueule je me vengerais direct

      Supprimer
    5. C'est bien beau de dire "oui mais les forces de l'ordre ne sont que des pions, le mal est au dessus d'eux etc etc...", mais aux échecs les pions protègent le roi, et ils peuvent sacrément t'emmerder et même te faire perdre la partie.
      Anonyme, il y a une part de vrai dans ta réflexion mais c'est inutile. Ou veux-tu vraiment en venir si ce n'est de trouver des excuses aux agissements des forces de l'ordre ?
      Ces gens ou devrais-je dire ces robots fait de chair protègent le mal, ils sont du côté du mal et je suis sûr que la plupart d'entre eux le savent très bien.
      Même s'ils agissent sous ordres, tirer dans la gueule d'un manifestant pacifique n'est pas anodin. Le mec assume d'être un salaud.
      De toutes façons il sera impossible pour le peuple d'atteindre le pouvoir en place sans l'appui des forces de l'ordre et de l'armée. Je parle du "pouvoir" accessible, l'autre ne le sera probablement que par Dieu.
      De toutes façons, si ce mouvement continue et est alimenté, on sait tous comment cela va finir. Les forces de l'ordre et l'armée, en bon toutous qu'ils sont ne se retourneront jamais contre la main qui les nourrit.

      Supprimer
  2. fabiola

    Des vies brisées pour certains, alors qu'ils veulent une "vie" meilleure.

    Sur pas mal de sites, les gens développent d'autres façons de s'attaquer à tous ces problèmes, comme arrêter de payer les impôts et trucs "obligatoires", boycotter les grandes surfaces... moins dangereux et tout aussi efficace, car en manifestant dans la rue ça risque d'aller trop loin.

    RépondreSupprimer
  3. C'est par ça qu'il fallait commencer, je le pense aussi, aucun siège de BFMWC ou presse de propagande n'a été organisé c'est bien pourtant eux qui ont fait notre Micron, les paradis fiscaux, des milliers de GJ défilant dans Monaco ça aurait de la gueule, aucun yacht n'a été coulé ou cramé à Saint Tropez, aucune marche vers Bruxelles n'a été organisée, boycott de la française des jeux, organisations d'un Loto GJ .... et j'en passe.
    Je vais faire l'avocat du diable, et déclencher la haine de certains : c'est étrange qu'il n'y ait que des innocents blessés, on dirait le conflit syrien, vu par nos merdias, ou les ricains ne bombardaient que des militaires et les Russes des civils, très manichéen ou de la propagande en barre. Il faudrait que la police produise ses propres vidéos, ça en surprendrait plus d'un ...
    Allez voir dans quel pays au monde, à niveau de violences équivalent, où il n'y aurait eu que des blessés ( même si tout cela reste absolument regrettable ).
    Si on va par la les routiers sont bien plus cruels que les policiers, c'est en mort que ça se compte ...

    RépondreSupprimer
  4. apres les policiers se plaignent de prendre des pavés sur la tronche,franchement moi je sais que le jour ou j irai manifester c est avec casque et quelque pierre dans la poche

    RépondreSupprimer
  5. Les gouvernements passent..
    Les flic RESTENT.
    Les memes avant Pinochet et apres.
    Je n'ose pas évoquer l'occupation de 40 au service des Allemands.
    JSP

    RépondreSupprimer
  6. John

    Ils ont fracassé un paquet de têtes en un mois:

    https://www.youtube.com/watch?v=qa57mfMDAJ8

    RépondreSupprimer
  7. Tyler

    Les flics sont contents, ils sont récompensés pour leurs "bons" se(r)vices par une augmentation. Le gouvernement les encourage donc à continuer les violences contre le peuple.
    J'espère pour eux que leurs trente deniers ne leur coûteront pas trop cher...

    RépondreSupprimer
  8. Une prime aux matraquages,un % pour tout envoi à l'hopital.
    Leurs familles sont heureuse,t'as bien matraquer mon chéris,on est FIER de toi..
    JSP

    RépondreSupprimer
  9. fabiola

    ça commence à gueuler pour cette histoire d'augmentation (que pour la police), les gens ne sont pas dupes, ils voient bien qu'ils les paient pour être protégés eux (petite caste de malfrats-mafieux).

    Pleins des gens veulent aussi leur augmentation dans tous les emplois, ça va des pompiers, aux profs, aux infirmières(ers), les personnes travaillant dans les ems, les caissiers (ères)... cette décision met encore de l'huile sur le feu. le but étant que tous se battent dans la rue, ils ne savent plus comment s'y prendre pour y arriver.

    RépondreSupprimer
  10. Soutien aux gilets jaunes et Zirko RAP
    https://youtu.be/JtWvmWgr27M

    RépondreSupprimer
  11. dans un monde idéal , les poireaux qui attendent leur gazage quotidien sur les ronds points , deviendraient avec le temps permaculteurs autonomes , et les flics ameneraient juste les paniers à salades.

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Affaire Epstein

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

Conseils pour économiser

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog