jeudi 2 mai 2019

Attaque de l'hôpital Pitié Salpétrière: nouveau fake de la macronie



Autour de 20h, sur les chaînes d’info continue, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner annonce devant hôpital de la Salpêtrière que l’hôpital a été «attaqué» par des dizaines de militants anticapitalistes d’ultragauche «black blocs».



17h30. Je reçois un coup de fil m’informant de l’arrestation d’un groupe de jeunes étudiants de ma connaissance.
Je contacte l’un d’entre eux immédiatement qui me confirme être en état d’arrestation.
Une heure auparavant, après avoir défilé en famille avec la « fanfare invisible », nous étions parvenus in extremis et dans la panique à échapper à la gigantesque nasse policière qui s’étendait du milieu du boulevard de l’Hôpital au boulevard Saint-Marcel.
Des milliers de manifestants de tous âges restaient à la merci des centaines de bombes lacrymogènes envoyées sur la foule.
Car, après avoir barré l’accès à la place d’Italie sur le boulevard de l’Hôpital, les forces de l’ordre avaient décidé de gazer et d’utiliser les canons à eau pour faire refluer les milliers de manifestants présents vers le Boulevard Saint-Marcel.
18h. Je parviens à échanger brièvement avec l’une des étudiantes.
Tout comme nous, avec son groupe d’amis, elle a défilé jusqu’au milieu du Boulevard de l’Hôpital. C’est là qu’elle et ses amis étudiants ont été littéralement bombardés de lacrymogènes. Désorientés, paniqués et suffocants, cherchant une issue comme des milliers de manifestants, ils croient se mettre à l’abri en franchissant un portail ouvert. Il sont dans l’enceinte l’hôpital de la Salpêtrière au pied de l’un de ses bâtiments. Quelques minutes plus tard, ils sont nassés et arrêtés.
Vers 21h, j’apprends qu’elle est inculpée pour « attaque en bande organisée ».
Une autre version qui contredit celle d’un ministre qui fait passer des manifestants paniqués devant l’agression de ses forces de l’ordre pour de dangereux «black blocs»...

Quelques vidéos où on voit les policiers pourchasser violemment les manifestants dans l'hôpital :


Témoignage de soignant : pas d'agression (fawkes: ni de vol) à La Salpétrière :


Source: Blog Stéphane Borras 

Fawkes: compléments d'information






 Voilà la version de Castaner:




Cette vidéo  montre les "ultras" qui ont soit-disant attaqué l'hôpital...




Ils ont bien essayé de rentrer dans le service de réanimation mais uniquement pour se protéger des assauts de al police. A aucun moment ils n'ont été menaçants:






Le gouvernement a donc une fois encore menti en inversant totalement la situation pour les besoins de la propagande d'état.



12 commentaires:

  1. Quel sketch BFMWC qui force les gens à dire ce qu'ils ont envie d'entendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça a toujours été leur méthode. Dans le passé, ils ont même demandé à des gens de refaire les entrevues pour leur faire dire "ce qu'il fallait":

      https://www.fawkes-news.com/2014/06/enorme-linformation-selon-bfm-tv.html

      Supprimer
  2. Voila l'attaque de la pitié-salpêtrière:

    https://www.youtube.com/watch?v=TPGT_WbKuGM

    Des casseurs hyper violents ces gilets jaunes!!!

    faite des sauvegardes dans le cas d'une censure macroniènne.

    RépondreSupprimer
  3. Intrusion à La Pitié-Salpétrière : "Nous avons subi une attaque de la police"

    https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/intrusion-a-la-pitie-salpetriere-nous-avons-subi-une-attaque-de-la-police

    RépondreSupprimer
  4. Marre de ces mensonges d'Etat, leurs fake news, la manipulation et les mensonges médiatiques véhiculés par les médias poubelles subventionnés, et donc aux ordres, les montages avec des fausses photos.

    Le 1er mai, il y a eu une énorme répression policière dénoncée par les syndicalistes aussi tabassés, unique dans l'histoire des défilés annuels du 1er mai : place d'italie (lieu de manifestation autorisé pour les gilets jaunes et l'intersyndicale) avec nassage, bombes lacrymo, matraquage, canons à eau.

    Il est légitime pour des manifestants de se mettre à l'abri et se replier vers des sorties. Sachant qu'un hôpital est supposé soigner et servir l'humain, ils se sont repliés vers la salpétrière située à proximité. Il y a eu une horde de robocops surarmés avec matraques et gazage dans l'enceinte même de l'hôpital avec une arrivée massive de voltigeurs, et une chasse à l'homme. Les cibles pourchassées ont passé le portail (lieu d'accès secondaire pour les camions), et des soignants filmaient avec leurs portables cette scène d'ultraviolence depuis le haut d'un escalier. Les manifestants effrayés se sont dirigés vers eux montant les marches d'un escalier et atteignant la passerelle, dans l'espoir de trouver secours et qu'on leur ouvre la porte pour s'y protéger. Manque de bol, c'était un service réa, et les soignants leur ont expliqué à travers les vitres et ont fermé la porte pour les empêcher d'entrer en poussant la porte de l'intérieur, privilégiant la santé des malades hospitalisés. (meilleure vidéo : celle filmée de l'intérieur par les soignants/preuve d'aucune intrusion dans l'hôpital) .

    Fin de l'histoire : arrivée de la police/interpellations/gardes à vue et ...instrumentalisation = tam tam du poker menteur avec sa caisse de résonance et tous ses chiens de garde.

    RépondreSupprimer
  5. Cela pose plusieurs questions :
    - la crédibilité d'un pouvoir qui ment, rapporte de fausses informations et instrumentalise des évènements à des fins politiciennes; la crédibilité de médias qui déversent la haine et désinforment (avec encore la palme pour BFMTV)

    - la répression policière extrêmement violente et disproportionnée face à une manifestation autorisée (atteinte au droit constitutionnel de manifester)

    - la guerre engagée par un pouvoir qui n'est plus légitime contre son propre peuple en utilisant la police comme son bras armé

    - un pouvoir qui préfère protéger avec 100 robocops une brasserie la rotonde, cantine habituelle des politiciens, plutôt que d'assurer la sécurité d'un hôpital situé à proximité d'un lieu de manifestation

    - un hôpital qui n'assure pas sa fonction première, qui est celle de l'humain, à savoir l'assistance à personne en danger (obligation citoyenne dont le défaut de respect est un délit)

    - un service de réanimation donnant sur une passerelle avec un escalier, et un portail défectueux avec une absence de surveilllance= failles de sécurité

    - des personnes en charge de la santé publique qui ne sont pas à leur place (hirsch, buzyn , directrice d'hôpital) sans cœur ni empathie qui ne comprennent pas que des humains cibles d'une chasse à l'homme se réfugient dans un hôpital public pour y demander de l'aide; ils auraient préféré les recevoir mutilés, asphyxiés, matraqués ou éborgnés. Un grand sens éthique et moral! Quant à Castaner...le sujet est inépuisable depuis belle lurette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peux pas dire que l'on ai vu une différence de traitement entre les manifs déclarées ou non. Dans les deux cas, la police agresse les manifestants rapidement, violemment et le plus souvent sans aucune raison. Même là, on voit les manifestants obéir docilement les mains levées et ils se font quand même frapper. La police française est profondément malade. Elle s’enivre de sa propre violence et, se sachant protégée, elle en use et en abuse.

      Concernant le refus des hospitaliers d'accueillir les manifestants, ça me semble justifié. C'est un établissement de soins sensibles la réa, ils peuvent tomber sur des gens violents (ils ne savent pas). Des manifestants n'ont rien à faire dans un tel endroit. Donc malgré tout, ils n'ont pas fauté même si ça peut paraître injuste à premier abord. Les manifestants ne devraient pas avoir à se cacher de la police. C'est ça qui est navrant. On voit bien que ce ne sont pas des casseurs en plus. Il n'y a pas l'ombre d'un Black bloc dans ces images.

      Au fond, cet épisode va être plutôt salutaire au niveau de l'opinion publique car Castaner vient d’apparaître au grand jour comme le grand mytho et manipulateur qu'il a toujours été et cela déteindra également sur le parti présidentiel puisqu'ils sont tous de la part. Buzyn aussi a participé à ce gros fake entre autre.

      Supprimer
    2. Ils ont même véhiculé un énorme fake au début, à savoir qu'un policier blessé était soigné dans l'hôpital et que ces ultrajaunes (nouvelle expression= jaunes radicalisés) auraient voulu le retrouver ; comme dans les séries B, les tueurs qui rentrent dans les hôpitaux pour finir le boulot et exécuter la cible : pff...dans leurs rêves, à force de fréquenter le milieu marseillais ou de regarder les séries américaines.

      Supprimer
    3. Surtout que je ne vois pas comment des manifestants pourraient savoir qu'un policier se trouvait dans cet hôpital.

      La bonne blague c'est que Castagneur maintient sa version des faits. Le contraire m'aurait étonné:

      https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/intrusion-a-la-pitie-salpetriere/critique-pour-avoir-qualifie-l-intrusion-a-la-pitie-salpetriere-d-attaque-christophe-castaner-maintient-sa-version-des-faits_3425401.html

      L'ironie de l'histoire est que les vilains ultra mangeurs d'enfants ont, peu avant cet épisode, éteint un feu qui avait pris dans l'enceinte de l'hôpital à cause des grenades de la police:

      https://twitter.com/LabasOfficiel/status/1124008323207127040

      Supprimer
    4. Le soufflet est en train de tomber : toutes les gardes à vue ont été levées; la justice redeviendrait-elle enfin juste face au mécontentement populaire? et le nez des Pinocchio qui nous gouvernent est en train de s'allonger, à défaut de mea culpa et de rétractation.

      Supprimer
  6. Le ministère de la vérité Orwelien c'est ici et maintenant:

    Hôpital Pitié-Salpêtrière : désinformation générale et mensonges médiatiques

    https://www.acrimed.org/Hopital-Pitie-Salpetriere-desinformation-generale

    RépondreSupprimer
  7. De Truth Lover
    Castagnette sur le bûcher...
    Ensuite Maqereau(n)!


    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Affaire Epstein

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Archives du blog