vendredi 10 mai 2019

Carlos Ghosn: du luxe de Versailles au silence de la prison



 Cette vidéo a été tournée à Versailles le 9 mars 2014, lors d’une grande soirée payée 634 000 euros par la filiale néerlandaise Renault-Nissan BV et organisée le soir des 60 ans de Carlos Ghosn. Non, vous ne rêvez pas...634 000€ pour une fête d'anniversaire. ça a dû lui faire bizarre de se retrouver d'un coup dans une cellule de 6,48 m2 seul et en silence total toute la journée. La description de la vie carcérale au Japon contraste singulièrement avec celle des détenus en France. Fawkes

-------




-------

Dans la prison de Carlos Ghosn, un quotidien de silence et de solitude

 Le dirigeant français est incarcéré dans un centre de détention de Tokyo, où il découvre un système carcéral japonais particulièrement sévère.

Ca commence par un interrogatoire. Plusieurs gardiens. Une pluie de questions. « Êtes-vous homosexuel ? ». « Est-ce que quelque chose vous inquiète ? ». « Avez-vous fait modifier votre pénis ? ». Il y a quelques années, un yakuza, tout juste emprisonné, serait tombé gravement malade suite à l'infection de petites perles incrustées dans sa verge, pour célébrer sa virilité. « Alors depuis, ils font très attention », souffle un jeune Européen, qui a récemment passé plusieurs mois dans une cellule du centre de détention de Kosuge, au nord de Tokyo, dans l'un des deux étages « VIP », où  Carlos Ghosn est désormais incarcéré. « Le traitement est le même pour tout le monde », explique-t-il. Les gardiens ne font aucune différence.

A l'entrée, on note méticuleusement chacun de vos biens. « Ils ont retrouvé au fond de ma poche un bouton de chemise décousu et l'ont placé dans une petite pochette plastique portant mon numéro de matricule », se souvient un photoreporter français, incarcéré, au printemps dernier dans un centre d'une ville du sud du pays, pour une garde à vue de douze jours.

A Kosuge, les détenus ont le droit de garder leurs habits civils mais doivent abandonner leurs lacets, leurs ceintures, les vêtements jugés non conformes et leurs chaussettes. Trop dangereux en cas de déprime. « Mais on peut garder les socquettes japonaises qui montent jusqu'à la rotule ».

L'interdiction totale de parler

Après ce premier triage, c'est le choc de la cellule. 6,48 m2. Dans le centre de détention de Tokyo, tous les VIP sont seuls. Au sol trois tatamis, et au fond, sous une lucarne donnant sur un couloir de ronde, un bout de lino avec des wc et un lavabo. Une petite étagère pour ranger son bol et son assiette réglementaire. Un futon roulé que l'on ne peut déplier que le soir, à l'heure officielle du coucher. « On passe l'essentiel de la journée assis devant une table basse au milieu de la cellule ».

A part les deux tranches quotidiennes d'exercices de quinze minutes rythmés par des ordres donnés sur la radio interne, il est interdit de se lever pour marcher ou regarder par les grilles qui donnent sur le couloir et les autres cellules. « Un maton arrive immédiatement pour vous engueuler. » Et puis, il y a le silence. Complet. L'interdiction totale de parler, de chantonner, d'interpeller un autre détenu que l'on ne croisera de toute façon jamais.

Si ! Le matin, vous avez le droit à un cri. Le hurlement de votre numéro lors de l'inspection par les matons. Ils aboient « Bângo » devant votre cellule et vous répondez en japonais votre matricule. « « On ne prononce jamais votre nom », raconte le prisonnier. C'est la norme partout dans le système carcéral japonais.

« La télé est réservée aux condamnés à mort »

Il y a parfois un murmure. Un son étouffé d'une vidéo venue d'une cellule voisine. « A Kosuge, la télé c'est mauvais signe. C'est réservé aux condamnés à mort », souffle le jeune Européen. Beaucoup sont emprisonnés dans cette prison, au milieu des autres détenus, dans l'attente de leur ultime recours devant la Cour suprême située à Tokyo. En cas de rejet de leur appel, on les descend dans la salle des pendaisons. Le 6 juillet dernier, au petit matin, c'est là que  Shoko Asahara, le leader de la secte Aum Shinrikyo, a été exécuté . On ne l'avait prévenu que quelques heures avant.

Pour se divertir, les personnes  en garde à vue, comme Carlos Ghosn , ou dans l'attente de leur procès n'ont le droit qu'à un programme radio imposé en fin d'après-midi. Il y a les livres ou des journaux auxquels on peut s'abonner. « C'est ce qui occupe avec les repas toujours composés de viande, de riz, de soupe et de légumes ». A 8 heures, 11 h 50 et 16 h 20. « Et les rares sorties de cellule ! ». Quelques minutes, seul, chaque jour, pour respirer et se couper les ongles, dans une minuscule cour sur le toit entourée de murs mais laissant apercevoir le ciel. « Le plus dur, c'est cette oppression permanente, l'impossibilité de voir la vie extérieure », explique le Français, détenu dans le centre de détention du sud.

Une laisse tenue par un policier

Les gardés à vue auront parfois « la chance » de sortir pour aller chez le procureur à Tokyo, menotté et attaché à une laisse, courant autour du corps, que tient en permanence un policier. Mais la plupart des auditions pour Carlos Ghosn auront lieu à Kosuge, dans des salles aménagées. Lui sort aussi de sa cellule pour rencontrer brièvement, dans un parloir divisé en deux par une vitre, des diplomates français ou brésilien et son nouvel avocat, Motonari Otsuru. Les visites ou les lettres de proches lui sont interdites. « C'est partout comme ça tant que vous n'avouez pas », grince l'ancien détenu européen.

Après ces rares « respirations », retour cellule. On s'assoit. Encore. L'ordre de dormir tombe à 21 heures. Pour tous. Sous le drap du futon, sur le dos ou le côté. Le visage doit rester visible. Au plafond, un néon ne s'éteint jamais.

Source: Les échos

9 commentaires:

  1. Voilà pourquoi ils ont décapité le roi..... pour prendre sa place...
    Pitoyable... sa salle gueule de Mr Jean version mafioso

    RépondreSupprimer
  2. @ jd

    Mdr, j'adore ce pseudo ... Je savais bien qu'à force de travailler au mental j'arriverai à faire sortir des infos ... on se comprends ?

    Sans parler de la pétasse blonde en robe verte qui lui passe le bras autour des épaules ... Elle a une sale gueule de Mme Sa version chirurgiée ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Femme en verte comme la pub du parfum

      Supprimer
  3. Et après, en fin de soirée, ça part en sacrifices ?
    J'espère que dans le tas beaucoup se tourneront vers LE SEIGNEUR.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " Et après, en fin de soirée, ça part en sacrifices ? " Écoutez, je n'en sais rien mais ce n'est pas sûr. Plusieurs choses ressortent de cette vidéo assez extra-ordinaire, du moins à première vue : l'absence de symbolisme maçonnique et le caractère réellement artistique du décor comme des tenues, de la musique et des comportements. Alors, je dirai : hubris et mégalomanie, oui, assurément, mais aussi célébration de la quintessence du bon goût et de l'esprit français du XVIIème siècle, que l'histoire a appelé le grand siècle. Même si ce genre de choses a débouché sur la Révolution par la corruption des mœurs si s'y cache, en soi, nous sommes à l'opposé du satanisme, qui célèbre au contraire le hideux. Et c'est peut-être cela qui a été puni dans l'absence de soutien des autorités françaises. Aussi incroyable que cela paraisse, C. G. était peut-être une exception, inacceptable au sein des élites. Prions pour sa conversion.

      Supprimer
    2. "nous sommes à l'opposé du satanisme"

      J'en doute: strasses et paillettes, richesse, endurcissement des cœurs, egos démesurés, roi soleil, parfumés, pomponnés, musique et alcool, rires extravagants, courbettes...

      Supprimer
  4. "Anonyme" ci-dessus, ne semble pas avoir vu "Eyes Wide Shut". Or quand on n'a pas vu "Eyes wide shut", on est "Eyes wide shut".
    FJPM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si si... il l'a vu et revu , c'est juste un sataniste qui nous l'a fait à l'envers...

      Supprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Affaire Epstein

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Archives du blog