samedi 29 juin 2019

Des centaines de produits chimiques inconnus, des bactéries, champignons, virus vivants et rétrovirus retrouvés dans les vaccins obligatoires


Nous avions évoqué les premiers résultats d'analyses de l'association italien neCorvelva en décembre dernier concernant la composition de certains vaccins. Les investigations se sont poursuivies et confirment qu'aucun de ces vaccins ne peut être considéré comme sûr et efficace. Pire , la quantité stupéfiante de contaminants retrouvés (dont la majorité sont totalement inconnus) crée un cocktail aux conséquences imprévisibles. Voici un résumé des résultats des analyses pour les vaccins Priorix Tetra (GSK), Infanrix Hexa (GSK), Hexyon (Sanofi), Gardasil 9 (MSD). 


Les 3 premiers sont utilisés en France de façon routinière dans le cadre de la vaccination obligatoire des nourrissons. Le Gardasil est lui seulement recommandé pour les adolescentes.

 A noter que, plusieurs mois après les révélations de ce laboratoire, aucun média n'en a parlé en France et cela n'arrivera pas car aucun n'a jusque là osé s'opposer aux lobbys et au dogme vaccinaux. 

La plupart font même plutôt l'inverse, distillant régulièrement des articles accusateurs contre ceux qui s'opposent à la vaccination de masse. Leur propagande fonctionne pourtant très mal car la France serait l'un des pays les plus opposés à la vaccination, considérant qu'elle n'est pas sûr. Cet article ne peut que leur donner raison. 

J'invite d'ailleurs les lecteurs à contacter les députés de l'opposition de leur commune pour faire émerger ce scandale à l'Assemblée Nationale. Il est intolérable que chaque jour des enfants en bas âge soient empoisonnés par un cocktail vaccinal à la composition toxique et hasardeuse. En effet, depuis le 1er janvier 2018, chaque nourrisson doit obligatoirement subir cette vaccination massive pour être accepté en collectivité. 11 vaccins en tout.



Priorix Tetra

Composition chimique

A. Les lots 1 et 2 sont différents à bien des égards, 115 signaux contre 173 signaux détectés. Une quantité très différente de signaux connus.

B. Ce qui devrait nous préoccuper, c’est bien ce que nous avons trouvé, c’est-à-dire les signaux connus, mais aussi et surtout ceux qui ne sont pas identifiables parce que nous sommes en
le domaine des hypothèses et cela peut être n'importe quoi. (entre 29 et 43% de signaux connus)

C. Les deux lots contiennent des traces pouvant être quantifiées entre nanogrammes et microgrammes selon un ordre de grandeur indicatif, c'est-à-dire au-dessus de seuil normalement défini comme résiduel (inférieur à nanogrammes). Ces données sont importantes car certains composés sont hautement toxiques, d’autres sont des allergènes connus et d’autres sont des molécules pharmaceutiques qui, si elles sont présentes dans les vaccins, doivent être consignées dans la fiche technique et quantifiés.

D. Dans les deux lots de produit, des protéines potentiellement issues du processus de purification, d'origine humaine et animale, ont été détectées, ce qui peut donner des phénomènes d'hypersensibilité et d'allergie, en particulier avec les boosters, mais aussi une auto-immunité due à la similitude avec les protéines humaines.

E. Les deux lots contiennent des traces pouvant être associées à différents antibiotiques (dont certains ne sont pas autorisés, par exemple la pénicilline et la céphalosporine hautement allergènes), des herbicides, acaricides et métabolites de la morphine.



Étude du profil métagénomique

Les tests métagénomiques du vaccin "Priorix Tetra" ont présenté une population de virus mutants, pour chaque virus atténué.

Les variantes génétiques des antigènes de vaccin pourraient modifier de manière significative à la fois la sécurité du vaccin et son efficacité. En outre, il existe de graves
dilemmes non seulement de nature médicale et scientifique, mais aussi de nature éthique; Nous énumérons ci-dessous les points les plus pertinents selon nous:

A. La quantité d’ADN: La présence d’ADN fœtal a été confirmée en grande quantité: 1,7 µg sur le premier lot et 3,7 µg sur le second, environ 325 fois la limite maximale de 10 nanogrammes et jusqu'à 325 000 fois la limite minimale de 10 picogrammes, limites que l’EMA nous a dit de prendre en compte uniquement pour les cellules connues pour leur activité cancérogène.

B. Taille de l’ADN: Nous avons déterminé plus précisément la taille des fragments d’ADN détectés et il a été établi que l’ADN contenu a un poids moléculaire de 20 000/60 000 pb. Cela signifie fondamentalement qu'il n'y a pas de "fragments" d'ADN dans ce médicament, c'est-à-dire dégradé, mais un génome intact, appartenant à un être humain, confirmé par la comparaison entre l'ADN fœtal du vaccin et celle de la lignée cellulaire MRC-5 utilisée pour la production du vaccin.

C. Non détection du virus de la rubéole: avec le niveau de séquençage utilisé pour le dépistage, il n’était pas possible de détecter le virus de la rubéole. Le virus de la rubéole a été détecté en 114 copies, ce qui correspond à 0,00004% du total des séquences. Cette procédure a également permis d’identifier des virus présents accidentellement en faible nombre de copies (dépassant cependant celui de la rubéole).

Il a été possible de confirmer la présence des rétrovirus contaminants suivants:

Rétrovirus humain endogène K
Virus de l'anémie infectieuse équine
Virus de la leucose aviaire
HERV-H / env62

32 séquences
2 séquences
2 séquences
4 séquences

Ces virus sont connus pour être des contaminants de vaccins accidentels et sont potentiellement dangereux, ce qui explique pourquoi les fabricants doivent vérifier qu’ils sont complètement absents du vaccin.

Il s’ensuit que cette analyse approfondie de ce vaccin confirme deux non-conformités en matière d’efficacité et de sécurité:

A. La présence de la rubéole dans un très petit nombre de copies (seuil inférieur)
B. La présence de virus accidentels potentiellement dangereux qui certifient qu'il n'y a pas de contrôle adéquat des vaccins, car si c'était le cas, ces éléments auraient été détectés.


Infanrix Hexa

Composition chimique

Ont été retrouvés:

A. Contamination chimique du processus de fabrication ou la contamination croisée avec différentes chaînes de production.
B. Toxines chimiques.
C. Toxines peptidiques bactériennes.
D. Macromolécule insoluble et indigeste, réagissant au test protéique mais non reconnue par les bases de données protéiques.

N'ont pas été retrouvés:

A. Antigènes de la diphtérie, du tétanos, de la coqueluche, de l’hépatite B, de Haemophilus influenzae B, de la poliomyélite 1-2-3 (en gros ce vaccin est totalement inutile)

B. Formaldéhyde et glutaraldéhyde, phénoxyéthanol, résidus d'antibiotiques (indiqués dans la composition).

A la place des antigènes, les analyses ont retrouvé un polymère insoluble et non digestible, constitué de l'ensemble des antigènes liés chimiquement. La base de données sur les protéines ne reconnaît en aucune manière cette macromolécule. Il s'agit donc en fait d'un composé solide d'une structure chimique.

Étant donné que ce polymère, issu du mélange d’antigènes, est différent non seulement du point de vue de la conformation spatiale, mais surtout d'un point de vue chimique, nous pouvons affirmer que nous ne sommes pas confrontés à des antigènes similaires à ceux d'origine mais à un composé avec une toxicité et une efficacité imprévisibles.
.
En plus du fait que les antigènes de vaccination n’ont pas été détectés, 65 signaux de contaminants chimiques ont été trouvés, 35% seulement sont connus.

 Nous aimerions souligner qu’une forte proportion de ces toxines a une toxicité prouvée et rapportée dans Pubchem ou Toxnet et pose un problème de sécurité important.

L’étude de la fraction protéique et peptidique a mis en évidence divers peptides libres (c’est-à-dire de courts fragments de chaînes d’acides aminés) de bactéries et de champignons.
 Les peptides bactériens sont rapportés dans la littérature comme étant des allergènes potentiels et capables d’induire des réactions auto-immunes et posent un problème de sécurité qui devra être clarifié avec les agences de régulation.



Hexyon

Composition chimique

Dans cet échantillon d'Hexyon (hexavalent) ont été trouvés, comme pour les vaccins antérieurs testés:

A. Contamination chimique résultant du processus de fabrication ou d'une contamination croisée avec d’autres chaînes de production.

B. Toxines chimiques.

C. Glutaraldéhyde

Contrairement à l'Infanrix Hexa ont été trouvés:

A. Antigènes protéiques de l’anatoxine diphtérique, tétanos, coqueluche.

N'ont pas été trouvés:

A. Antigènes protéiques de l'hépatite B, Haemophilus influenzae B, Poliomyélite 1-2-3
B. Formaldéhyde, résidus d'antibiotiques indiqués dans la composition

Cette fois, aucun polymère insoluble et indigeste n’a été trouvé, comme dans le cas d’Infanrix Hexa, prouvant que le «problème» n’était pas la méthode employée, mais le produit.

Dans ce cas également, cependant, nous avons affaire à un produit qui ne semble PAS contenir ce qu’il devrait contenir. C'est-à-dire que sur 6 antigènes, seuls 3 ont été détectée.

En outre, 216 signes de contaminants chimiques ont été trouvés, dont 30% sont connus.
Parmi ces signaux, 16 (seize) toxines chimiques ont également été identifiées, probablement du processus de fabrication de l'antigène ou d'autres processus de production.

Étude du profil métagénomique


Analyse d'ADN:

A. ADN de cultures bactériennes utilisées pour la production de toxines (diphtérie, tétanos et coqueluche) et d'Haemophilus influenzae B.

B. ADN de singe Cercopithecidae: cet ADN peut provenir de cellules Vero. 

Analyse des virus accidentels:

A. Phages: phage tétanique (phage Clostridium phiCT453A). Elle est susceptible de provoquer des maladies auto-immunes, surtout si elle est liée à aluminium.

B. Vecteurs utilisés pour le clonage, y compris le vecteur SV40: il s’agit de fragments d’ARN qui proviennent très probablement de l’antigène de l’hépatite B.

Analyse d'ARN:

A. ARN de cultures bactériennes utilisées pour la production de toxines (diphtérie, tétanos et coqueluche) et d’antigènes de Haemophilus influenzae B: ce qui précède s'applique à l'ADN. En réalité, il s’agit d’ADN et d’ARN bactériens partiellement dégradés par l’effet du formaldéhyde, c’est pourquoi ces données ne permettent pas de comprendre s’ils sont capables de s’intégrer à l’ADN, alors qu’il est très probable qu’ils soient capables de produire une inflammation persistante et une auto-immunité.

ARN de singe

B. Poliovirus 1 et 2: ils sont supposés être désactivés par le formaldéhyde et ne sont donc pas infectieux.

Globalement, cette analyse nous indique que dans Hexyon par rapport à Infanrix hexa (l’autre hexavalent analysé), le traitement au formaldéhyde est beaucoup
plus doux, et il y a du matériel génétique des cultures originales, qui ne devrait pas vraiment être présent. Ceci pose un risque potentiel d’auto-immunité, une inflammation systémique et systémique et des mutations génétiques.


Gardasil 9

Composition chimique

Dans cet échantillon de Gardasil 9, ils ont été trouvés, comme pour les vaccins antérieurs analysés:
A. Contamination chimique résultant du processus de fabrication ou de la contamination croisée avec d’autres chaînes de production.
B. Toxines chimiques

Gardasil 9 est un vaccin anti-Hpv qui devrait contenir, dans la notice, 9 antigènes, pour 9 sous-types différents du virus Hpv (sous-type 6-11-16-18-31-33-45-52-58).

A. L'absence d'ADN et la présence d'ARN pour les types 16, 6, 11, 33, 52, 45, 31 indiquent que les souches sont là, à l'exception de la souche 11.
B. Pour la souche 11, seule la présence d'ARN a été confirmée, mais avec un très petit nombre de lectures (6 lectures).
C. Absence de souche 58 confirmée.
D. 545 lectures de la souche 20: celles-ci sont susceptibles d'être contaminées, ce qui atteste de la non-conformité de la fiche technique.

Par conséquent, dans ce cas également, nous sommes confrontés à un produit qui ne semble PAS contenir ce qu’il devrait contenir. Autrement dit, sur 9 antigènes, seuls 7 ont
été trouvé (nonobstant les 6 lectures d'ADN de la souche 11) plus une souche 20, qui n'est pas déclarée dans la fiche technique. Cela constitue un problème majeur pour la conformité du produit.

 En outre, 338 signes de contaminants chimiques ont été trouvés, dont 22% sont connus. Ces données semblent aussi être en continuité avec les les précédents.

Parmi ces signaux, 10 toxines chimiques ont également été identifiées.

En conclusion, Gardasil 9 - ainsi que les hexavalent Hexyon et Infanrix Hexa et le quadrivalent Priorix Tetra - selon la méthode ont mis en service, soulève des doutes majeurs quant à son efficacité et à sa sécurité.


Étude du profil métagénomique

Le matériel génétique accidentel est présent en quantités résiduelles. Nous récapitulons ici les points clés suivants:

Matériel génétique accident présent sous forme d'ADN:

A. Bactéries: la quantité est significative: 54% de l'ADN total.  L'ADN bactérien pourrait
interagir avec l'aluminium adjuvant et provoquer des allergies, une inflammation et une auto-immunité. A confirmer.

B. ADN humain et de souris: leur origine n’est pas connue. Il se peut que l’ADN humain provienne de résidus dans des matières premières de HPV extraites de
tissus humains. L'ADN de souris pourrait être une contamination croisée à partir d'autres lignées cellulaires utilisées pour la production de vaccins (hypothétiquement). Ces ADN
pourrait interagir avec l'adjuvant aluminique et provoquer des réactions inflammatoires et auto-immunes.

C. Virus accidentels: fragment L1 du virus à ADN à double chaîne du HPV - il provient du processus de fabrication de l’antigène; c'est un contaminant et cela pose des problèmes de sécurité car il n'est pas dégradé et reste longtemps dans les macrophages liés à l'adjuvant aluminium.

L’effet biologique n’est pas complètement connu mais il est probablement capable de s’intégrer à l’ADN de l’hôte et de stimuler l’inflammation par le biais de la production de cytokines pro-inflammatoires et des réactions auto-immunes.


D. Phage: ils proviennent du processus de production, ce sont des contaminants fortuits au risque inconnu. On ne sait pas si les anticorps produits contre les phages peuvent interagir avec les bactéries de la flore intestinale ou être intégrés à l’ADN bactérien de la flore intestinale.

E. Virus Molluscum contagiosum: il appartient à la famille des Poxviridae, sous-famille Chordopoxvirinae, genre Molluscipoxvirus. 

F. Rétrovirus: potentiellement intégré à l'ADN; ils peuvent provoquer une transformation néoplasique et des mutations du génome de l'hôte; ils viennent de la contamination de l'ADN humain et de souris, telle qu'une possible contamination croisée avec d'autres lignées cellulaires.

a.Virus de la leucémie murine
b. Rétrovirus endogène humain K.

Matériel génétique accident présent sous forme d'ARN:

A. Bactéries: Les transcriptions indiquent que l'ADN bactérien est actif.

B. Structures synthétiques (séquences artificielles): elles peuvent provenir du processus de production d’antigènes par recombinaison génétique avec plasmide; ils sont potentiellement capables de se recombiner avec l'ADN humain; le lien avec l'adjuvant alumininique peut prolonger et améliorer ses effets biologiques (inflammation et auto-immunité).

C. Levure et virus (virus L-BC et narnavirus): l’ARN de levure peut donner naissance à des protéines allergéniques (qui peuvent se lier à un adjuvant aluminium), tandis que les virus ne sont pas connus pour leurs effets sur les cellules humaines et le microbiote.
D. Virus de l'anémie infectieuse des équidés et virus de la leucémie murine: (ce dernier est présent à la fois sous forme d'ADN et d'ARN et il s'agit donc d'un virus vivant): ces virus proviennent de la contamination des matières premières et ne doivent pas être présents.

Source: Corvelva

Traduction: Fawkes News




3 commentaires:

  1. Si cela est vrai c'est un scandale absolu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la vaccination est l'arme absolue de dépeuplement de l'espèce humaine. Seul les ignares, les moutons et autres
      refusent cette vérité.

      Supprimer
  2. John

    Probabilité de grossesse réduite aux États-Unis chez les femmes âgées de 25 à 29 ans vaccinées contre le papillomavirus humain.

    http://www.cielvoile.fr/2019/06/vaccin-et-baisse-du-taux-de-natalite-aux-etats-unis.html

    Pas de hasard. Leurs saloperies jouent bien leur rôle.

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Affaire Epstein

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

Conseils pour économiser

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Archives du blog