jeudi 6 juin 2019

Face sombre du débarquement: plus de 3600 viols auraient été commis en France par des soldats américains entre juin 1944 et juin 1945





Les Américains ont été nos libérateurs en 1944. Mais il y a aussi une face sombre au débarquement des soldats US en Normandie : certains ont commis des exactions et même des crimes. 



Dans les années qui ont suivi le débarquement et la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie, il aurait été inconcevable d'évoquer les affaires de criminalité qui ont touché la population normande.

Mais aujourd'hui, les historiens s'intéressent de plus en plus au sort des populations civiles dans cette période, et les exactions qui ont pu être commises par les soldats alliés ne sont plus un tabou.


Les contemporains de ces épisodes étant presque tous disparus, le voile se lève peu à peu sur des épisodes sombres de 1944. 

Des pillages, des exactions et des crimes, dont on trouve les traces dans un dossier des archives départementales de la Manche. 


On découvre dans ce dossier que les soldats américains ne se sont pas tous comportés de façon exemplaire. 

Le plus souvent, c'était l'alcool qui était à l'origine des actes répréhensibles commis par les soldats envers la population. Mais aussi les sollicitations de ces soldats envers les femmes, qui dans certains cas étaient de véritables agressions sexuelles (lire deuxième paragraphe en bas de page).
Les situations pouvaient vite dégénérer, avec des violences, des viols, voire des meurtres. 


La loi du silence



Pour les gens qui ont étudiés les archives, il est très difficile de quantifier ces exactions et ces crimes. Selon un historien criminologue qui a épluché les dossiers, plus de 3600 viols auraient été commis en France entre juin 1944 et juin 1945. 

Les enquêtes, souvent, n'ont pas abouti. Les femmes violées n'osaient pas toujours porter plainte pour éviter l'opprobe dans leurs villages. C'est la loi du silence qui s'imposait. 
Des élus normands ont fini par se plaindre de ces outrages, comme le maire de Valognes, dans la Manche, ou encore le maire du Havre.


L'armée américaine a réagi et fait passer les soldats coupables de crimes devant des tribunaux militaires. Certains ont été condamnés à mort et exécutés. 

La plupart de ces condamnés étaient noirs. Ce qui fait douter de la partialité de l'armée américaine dans ces affaires de criminalité. 


Voir le dossier de Pauline Latrouitte et Patrick Mertz (ITW : Alain Talon, Directeur adjoint du patrimoine culturel au Conseil général de la Manche, Stéphane Lamache historien et responsable scientifique du Musée  Airbone à Sainte-Mère-Eglise, Stéphane Grimaldi, directeur du Mémorial de Caen)



La France présentée comme un pays "peuplé de femmes insatiables" par la propagande de l'armée



Une historienne américaine, Mary Louise Roberts, s'est elle aussi intéressée au souvenir peu glorieux laissé par les soldats américains en Europe, dans son ouvrage  "What soldiers do: Sex and the American GI in World War II", publié en juin 2013. 



Comme l'explique le journal "La libre Belgique", qui a consacré un article à cet ouvrage, les GI's n'ont pas laissé que de bons souvenirs en Normandie. "Selon des documents collectés par Mary Louise Roberts, le maire du Havre ne savait plus quoi faire avec tous ces GI's qui se baladaient ivres dans la rue, provoquaient des accidents avec leurs jeeps et commettaient des agressions sexuelles sur les Françaises. De nombreux cas sont aussi recensés à Reims, Cherbourg, Brest, Caen... soit les principales agglomérations où les GI's étaient stationnés", écrit la Libre Belgique.



Comment expliquer cette attitude des soldats américains ? Sans doute par l'image de la France que l'armée américaine avait choisi de donner à ses soldats à travers des documents de propagande : "En s'appuyant sur des archives françaises et américaines, l'historienne a fait un constat étonnant : la campagne militaire européenne n'avait pas été présentée aux jeunes recrues comme une bataille pour la liberté mais bien... comme " une aventure érotique dans un pays peuplé de femmes insatiables ", selon une formule du "New York Times" qui a consacré un article à l'ouvrage", explique la Libre Belgique. 





Fawkes:  Des exactions copieusement ignorées des livres d'histoires. Trop politiquement incorrect que les enfants apprennent que leur libérateurs étaient des violeurs, y compris sur des mineurs.


Les allemandes ont subie le même sort. Cette dame a été violée pendant une semaine par les GI alors qu'elle n'avait que 16 ans. Des centaines de milliers de femmes sont dans le même cas.


9 commentaires:

  1. Dday = rituel
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=81&v=GM1SxVff7xM

    massacre de populations civiles en France et villes françaises détruites et rasées par les bombes "alliées"(aïe!); pourquoi fêter un tel massacre?

    Près de 57.000 morts, 74.000 blessés, 300.000 logements détruits: du 13 juin 1940 à Dunkerque au 15 avril 1945 à Royan, les bombardiers alliés déversèrent 518.000 tonnes de bombes sur la France pour tenter de détruire le dispositif militaire allemand.

    documentaire "La France sous les bombes alliées 1940-1945"
    https://www.youtube.com/watch?v=wMkxYszxzlE

    RépondreSupprimer
  2. https://fr.wikipedia.org/wiki/Crimes_de_guerre_de_l%27Arm%C3%A9e_rouge_pendant_la_Seconde_Guerre_mondiale

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Crimes_de_guerre_de_l%27Arm%C3%A9e_rouge_pendant_la_Seconde_Guerre_mondiale#T%C3%A9moignages

    les Russes ont cloué vives des femmes sur les portes des granges. Toutes ont été violées un nombre incalculable de fois,

    https://www.theguardian.com/books/2002/may/01/news.features11

    They raped every German female from eight to 80'

    https://www.bbc.com/news/magazine-32529679

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La c'est des viols commis par les soldats Russes sous l'ordre de leurs hiérarchie, pas sous l'emprise d’alcool.

      Supprimer
    2. et ça change quoi pour les femmes qui se font violer !! le viol est aussi une arme de guerre !!

      Supprimer
  3. Documentaire de 2015 sur ce qui a été infligé à l’Allemagne et à son peuple au nom de “la liberté, la démocratie et la libération” :
    https://archive.org/embed/HellstormLeVraiGenocideDeLAllemagneNazieExpose

    Un film de Roberto Rossellini de 1948 ‘Germania anno zero’ donne une idée de la situation catastrophique de l’époque :
    https://www.youtube.com/watch?v=0zMVKeTgkBY

    Cette vidéo, tournée environ deux mois après la chute de la ville en 1945, montre la destruction totale que la capitale allemande a subie au cours de la Seconde Guerre mondiale. À ce moment-là, Berlin était déjà divisée en quatre zones par les puissances alliées…
    https://vimeo.com/126267047

    RépondreSupprimer
  4. je ne crois pas que cela n'était du que à la partialité de l'armée américaine...

    RépondreSupprimer
  5. les mass merdias méritent ils une place ici ? Leur gâteau a beau avoir l'air d'être appétissant, il n'en est pas moins plein de merdes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les médias de masse publient beaucoup d'âneries mais pas uniquement. Les médias alternatifs publient beaucoup d'articles intéressants mais aussi parfois de grosses conneries.

      Pour ma part, je ne souhaite fermer la porte à aucun des deux "mondes". La sagesse veut que l'on s'intéresse aux deux et je m'évertue sur ce site à mettre en avant les articles plus pertinents tout support confondu.

      A mon sens, ceux qui refusent toute info qui provient des médias de masse (ou l'inverse pour les médias alternatifs) sont dans l'erreur. Rester ouvert est la meilleure façon de ne pas tomber dans un extrême ou l'autre. Je parle bien d'extrême car il n'y a pas d'autre mot quand on en arrive par exemple à affirmer que l'espace n'existe pas. Oui, certains ici pensent ça. C'est sorti dans les commentaires récemment. Face au rejet des médias, certains en arrivent presque à se créer une "réalité" alternative (ou ils pensent toujours avoir raison). Ne tombez pas dans ces travers.

      Supprimer
  6. "70 ans après les témoignages direct se font de plus en plus rares"
    Quelle hypocrisie. L'affaire est connue et documentée depuis la fin de la guerre. Mais il ne fallait surtout pas égratigner l'aura des "sauveurs".
    On a aussi beaucoup parlé de ce petit "manuel" que les GI's possédaient dans lequel des mises en garde décrivaient les françaises comme nymphomanes, mais ayant une mauvaise hygiène ! Des compagnies sans officier qui se livraient au crime, marché noir, pègre, dans toutes les grandes villes où ils étaient stationnés.
    Enfin, mieux vaut tard que jamais parait-il

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Affaire Epstein

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Archives du blog