jeudi 5 septembre 2019

11 septembre: quand la science confirme ce que voient nos yeux


Le 3 septembre, l’Université de l’Alaska de Fairbanks a publié une étude sur son analyse de l’effondrement des tours jumelles. Ils y ont découvert que l’effondrement de la troisième tour était “causé non pas par un incendie, mais plutôt par la défaillance quasi simultanée de chaque colonne de l’édifice”.


Le 11 septembre 2001, le World Trade Center Building 7 s’est effondré sur lui-même en chute libre, tombant de plus de 30 mètres en moins de 10 secondes. Après l’événement, le gouvernement de la ville de New York a nettoyé les débris avant qu’une enquête médico-légale complète puisse être effectuée.
Cette information et bien d’autres encore ont incité de nombreux membres des familles des victimes, des architectes, des ingénieurs et des gens ordinaires à être sceptiques à l’égard du récit officiel entourant le 11 septembre, selon lequel trois bâtiments sont tombés ce jour-là sous le seul effet des avions détournés par Al-Qaida.
Le rapport, dirigé par le Dr J. Leroy Hulsey et financé par Architects and Engineers for 9/11 Truth, est actuellement en version préliminaire jusqu’à la fin de la période de consultation publique qui s’achève le 1er novembre. Le rapport final devrait être publié avant la fin de l’année.
“La principale conclusion de notre étude est que l’incendie n’a pas causé l’effondrement du WTC 7 le 11 septembre, contrairement aux conclusions du NIST et des sociétés d’ingénierie privées qui ont étudié cet effondrement.” – Dr J. Leroy Hulsey

Les conclusions de cette étude de quatre ans, financée par le groupe à but non lucratif Architects and Engineers for 9/11 Truthcontrastent totalement avec celles du National Institute of Standards and Technology (NIST), l’organisme financé par le gouvernement responsable de la conclusion officielle selon laquelle l’incendie provoqué par du carburéacteur était responsable de l’effondrement de chaque bâtiment du World Trade Center, y compris le bâtiment 7, qui n’a pas été touché par un avion.
Dans la récente étude, des modèles informatiques ont été créés pour simuler chaque scénario d’effondrement, y compris les conclusions du Dr J. Leroy Hulsey ainsi que celles du NIST.
Après analyse de chaque scénario, les auteurs de l’étude ont conclu que “l’effondrement du WTC 7 était une défaillance globale impliquant la défaillance quasi simultanée de toutes les colonnes du bâtiment et non un effondrement progressif impliquant la défaillance séquentielle de colonnes dans tout le bâtiment.”.
“Nous avons découvert que le NIST avait surestimé la rigidité du cadre extérieur en ne modélisant pas ses connexions… les mouvements thermiques globaux au niveau du support de la plaque de base A2001 près de la colonne 79 n’étaient pas suffisants pour déplacer la poutre A2001. – Dr J. Leroy Hulsey
Architects and Engineers for 9/11 Truth est une organisation qui représente plus de 3 000 architectes et ingénieurs certifiés qui remettent en question l’histoire officielle publiée par le NIST et la Maison-Blanche. L’organisation à but non lucratif a également produit d’autres études, dont “15 Years Later: One the Physics of High-Rise Building Collapses”, publié dans European Scientific Journal en 2016.
Des images de l’effondrement du bâtiment 7 le 11 septembre :

Au fur et à mesure que le temps passe, les gens semblent plus ouverts d’esprit à l’idée que le World Trade Center n’est peut-être pas tombé à cause d’un incendie, comme le suggère l’histoire officielle. Même Donald Trump a laissé entendre à un moment donné que les bâtiments avaient probablement été détruits par des explosifs.
“Comment un avion, même un 767 ou un 747 ou quoi que ce soit d’autre aurait-il pu passer à travers l’acier ? Je pense qu’ils n’avaient pas seulement un avion, mais aussi des bombes qui explosaient presque simultanément parce que je ne peux pas imaginer que quoi que ce soit puisse passer à travers ce mur… Je pense juste qu’il y avait un avion avec plus que du carburant.” – Donald Trump, 2001
Les événements tragiques du 11 septembre 2001 ont entraîné de nombreux changements à l’échelle mondiale, notamment la guerre contre le terrorisme, la TSA, le Patriot Act et d’autres, qui ont tous été introduits après les attentats. Peu importe la cause de l’effondrement, les gens méritent de connaître la vérité sur cet événement qui a tué des milliers de personnes et changé notre gouvernement à jamais.
D’après cette analyse, la question est encore très en suspens.
“Malgré la simulation d’un certain nombre de scénarios hypothétiques, nous n’avons pu identifier aucune séquence progressive de défaillances qui aurait pu se produire le 11 septembre 2001 et causer un effondrement total du bâtiment, sans parler de l’effondrement en ligne droite observé avec environ 2,5 secondes de chute libre et un mouvement différentiel minimal de l’extérieur”. – Dr J. Leroy Hulsey
Liens connexes:


Un expert confirme que le bâtiment 7 du World Trade Center a fait l'objet d'une démolition contrôlée




37 commentaires:

  1. 9 11 is an inside job
    Le but était de cautionner l agression et Le pillage du monde musulman comme ca a été le cas en Afghanistan et en Irak
    Maudit soient ils ceux qui ont ce genre de méthodes ceux qui ont ce genre d objectifs ils ne l emporteront pas au Paradis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous savons tous qui est derrière la guerre et ces attentats.... Et ils savent que nous le savons....pour les ignorants, voyez Qui a été arrêtés, les seuls à l'être lors des attentats....et déroulez le fil rouge...

      Supprimer
    2. Pour justifier cette guerre Mondiale voir Universel contre le "Terrorisme", la chute des Twin Towers (WTC1 & 2) aurait été suffisante! Si le WTC7 est tombé, c'est qu'il y avait surement une autre raison.

      Des archives, des serveurs à détruire par exemple, etc...
      Pour info, les bureaux de la CIA étaient dans ce bâtiment là!

      Supprimer
    3. Par exemple: Peut être que la planification des attentats sous faux drapeau du 9/11 a était faite dans ces mêmes bureaux. Une fois que c'est fait, on détruit les preuves.

      Supprimer
    4. Regardez donc qui était dans le WTC7 :

      Industry Salomon Smith Barney - Financial Institutions
      Internal Revenue Service Regional Council - Government
      U.S. Secret Service - Government
      American Express Bank International - Financial Institutions
      Standard Chartered Bank - Financial Institutions
      Provident Financial Management - Financial Institutions
      ITT Hartford Insurance Group - First State Management Group Inc Insurance
      Federal Home Loan Bank - Financial Institutions
      NAIC Securities - Insurance
      Securities & Exchange Commission - Financial Institutions
      Mayor's Office of Emergency Mgmt - Government

      Supprimer
    5. Donc ce n'est pas un inside job partant du principe établi de l'implication du Mossad et d'Israel.

      Supprimer
  2. Faut quand même être sacrément con pour avoir cru à autre chose que des démolitions contrôlées quand même...
    La plupart des gens ont totalement perdu la capacité à réfléchir par eux-même et à faire de simples déductions, c'est effrayant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. John

      Les gens sont conditionnés dès l'enfance pour croire en la version officielle et en l’autorité même si cela va à l'encontre de la logique la plus élémentaire.

      Personnellement, dès que j'ai vu que le bâtiment 7 était tombé en chute libre, j'ai su qu'on se foutait de notre gueule puisque des avions seuls n'auraient jamais pu provoquer 3 effondrements et que si c'était une démolition, les terroristes n'avaient aucun besoin de détourner des avions. Il est évident que les avions étaient là uniquement pour détourner l'attention des gens sur la démolition en coulisse.

      La perfection de la chute montre par ailleurs que c'est l'oeuvre de professionnels de la démolition et non des terroristes (qui n'auraient de toute façon pas eu un accès étendu aux 3 bâtiments).

      La version officielle du 11 septembre est une fable intégrale. Ce n'est même plus du complotisme d'affirmer cela puisque c'est désormais démontré scientifiquement (et par plusieurs études semblerait-il). Malgré cela, de nombreuses personnes continueront à nier l'évidence car les autorités ne leur ont pas permis de penser autrement et qu'ils leur ont mis dans la tête qu'aller à l'encontre de la version autorisée était quasiment du négationnisme.

      Supprimer
    2. Tout à fait.
      D'ailleurs avions ou missiles de croisière ? Si mes souvenirs sont bons il nous est même permis de douter de cela...

      Supprimer
  3. Alan Sabrosky, professeur au U.S. Army War College et à l’Académie militaire américaine, a publié en juillet 2012 un article intitulé « Demystifying 9/11 : Israel and the Tactics of Mistake », où il a exprimé sa conviction que le 11 septembre était « une opération classique orchestrée par le Mossad ».
    https://www.veteranstodayarchives.com/2011/06/27/demystifying-911-israel-tactics-mistake/

    A qui profite ce crime sinon à Israël et aux neo-conservateurs (d'anciens trotskistes) ! Cela a permis entre autres, de détruire les pays faisant concurrence à Israël ! Quand Wesley Clarck est sorti du Pentagone, on lui avait appris que 7 pays allaient être attaqués.
    https://www.youtube.com/watch?v=vE4DgsCqP8U

    L'Otan est bien entendu un des outils de ces destructions. Et les Français, en votant massivement pour l'U.E., ont donné leur accord pour que ce plan satanique se réalise. Les Français, en grande majorité, sont complices de ces meurtres. Ne méritent-ils pas la même chose dans les années à venir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais attention à ce que tu dis. Les français, dans leur grande majorité, ne comprennent rien à la géopolitique cachée et encore moins à ce qu'il s'est réellement passé le 11 septembre. On ne peut pas être complice de ce que l'on ignore. Ils croient encore que la vérité se trouve sur BFM et Wikipedia.

      Supprimer
    2. Ce vous dites est vrai sauf pour la complicité des Français. Les Français sont dupes, pas complices !

      Supprimer
    3. Je dirais plutôt "Et les français, en votant massivement" tout court.
      Comment peut-on encore croire que nous vivons dans un système démocratique ? Plus de 170 ans que nous vivons en "démocratie" et regardez où nous en sommes ? Whoua merveilleux !
      Les gens ne peuvent pas être considérés comme complices en effet, sauf ceux qui ne veulent PAS savoir. Et ils sont nombreux...

      Supprimer
    4. Les étages quatre-vingt-treize à cent de la tour nord étaient occupés par Marsh & McLennan, dont le PDG était Jeffrey Greenberg, fils du riche sioniste (et financier de George W. Bush) Maurice Greenberg, qui est aussi le propriétaire de Kroll Inc, la société chargée de la sécurité pour tout le complexe du World Trade Center le 11 septembre. Les Greenberg étaient également les assureurs des tours jumelles et, le 24 juillet 2001, ils ont pris la précaution de faire réassurer le contrat par des concurrents. En novembre 2000, le conseil d’administration de Marsh & McLennan a été rejoint par (Lewis) Paul Bremer, président de la Commission nationale sur le terrorisme, qui, le 11 septembre 2001, deux heures seulement après la pulvérisation de la tour nord, apparaît sur NBC
      https://www.youtube.com/watch?v=j2pW6WZhZrQ
      pour désigner Ben Laden comme le principal suspect, parfaitement calme alors que 400 de ses employés ont disparu (295 seront finalement déclarés morts). « C’est le jour qui va changer nos vies », a-t-il dit. « C’est le jour où la guerre que les terroristes ont déclarée aux États-Unis a été ramenée aux États-Unis. » En 2003, M. Bremer sera nommé administrateur de l’Autorité provisoire de la coalition en Irak pour mettre en place l’Etat irakien et superviser le vol de près d’un trillion [1000 milliards] de dollars destinés à sa reconstruction.

      Supprimer
    5. Avec Goldberg et Bremer, nous avons atteint le niveau supérieur de la conspiration, comprenant un certain nombre de personnalités juives influentes, travaillant à l’intérieur et à l’extérieur du gouvernement américain – pour ainsi dire super-sayanim. Le plus représentatif de ceux qui ne font pas partie du gouvernement est Larry Silverstein, le requin immobilier qui, avec son partenaire Frank Lo

      Supprimer
    6. Larry Silverstein, le requin immobilier qui, avec son partenaire Frank Lowy, a loué les tours jumelles de New York City au printemps 2001. Le directeur de l’autorité portuaire de New York, qui a accordé le bail à Silverstein et Lowy, n’était autre que Lewis Eisenberg, membre de la United Jewish Appeal Federation et ancien vice-président de l’AIPAC. Il apparaissait que Silverstein avait conclu une affaire désastreuse, car les tours jumelles devaient être désamiantées.
      http://911research.wtc7.net/wtc/evidence/asbestos.html
      Le processus de désamiantage avait été reporté indéfiniment depuis les années 1980 en raison de son coût, estimé à près d’un milliard de dollars en 1989. En 2001, l’autorité portuaire de New York avait été trop heureuse d’en transférer la responsabilité à Silverstein.

      Immédiatement après l’acquisition des tours jumelles, Silverstein a renégocié les contrats d’assurance pour couvrir les attaques terroristes, doublant la couverture à 3,5 milliards de dollars, et s’est assuré qu’il conserverait le droit de reconstruire après un tel événement. Après les attentats, il a poursuivi ses assureurs en justice afin d’obtenir une double indemnisation, affirmant que les deux avions étaient deux attentats distincts. Après une longue bataille juridique, il a empoché 4,5 milliards de dollars.
      https://nypost.com/2007/05/24/wtc-insure-war-is-over/
      Silverstein est l’un des principaux membres de la United Jewish Appeal Federation of Jewish Philanthropies of New York, la plus importante collecte de fonds pour Israël (après le gouvernement américain, qui verse environ 3 milliards de dollars par an d’aide à Israël). Silverstein entretenait également des « liens étroits avec Netanyahou » selon Haaretz (21 novembre 2001) : « Les deux sont en bons termes depuis que Netanyahou a été ambassadeur d’Israël auprès des Nations Unies. Pendant des années, ils sont restés en contact étroit. Chaque dimanche après-midi, heure de New York, Netanyahou appelait Silverstein. »
      https://www.haaretz.com/1.5462012
      En plus d’être un homme puissant, Larry est un homme chanceux : comme il l’a expliqué dans cette interview, chaque matin de la semaine, il prenait son petit déjeuner au Windows on the World au sommet de la Tour Nord, mais le 11 septembre, il avait un rendez-vous avec son dermatologue.
      https://www.youtube.com/watch?v=er5sKb8aXv0

      Supprimer
    7. Les complices de l’attaque sous faux drapeau du 11 septembre avec de fortes connexions israéliennes devraient également être recherchés à l’autre bout de la trajectoire des avions qui se seraient écrasés sur les tours jumelles. Les vols AA11 et UA175 ont décollé de l’aéroport de Logan à Boston, qui a sous-traité leur sécurité à International Consultants on Targeted Security (ICTS), une société basée en Israël et dirigée par Menachem Atzmon, trésorier du Likoud. L’aéroport de Newark aussi, où le vol UA93 aurait décollé avant de s’écraser à Shanksville.
      https://sites.google.com/site/whisleblower/israelisecurity

      Une enquête sérieuse suivrait beaucoup d’autres pistes, comme les messages instantanés Odigo reçus par les employés du World Trade Center deux heures avant le crash des avions, comme l’a rapporté Haaretz le 27 septembre 2001. Le premier avion a percuté le WTC à l’heure exacte annoncée, « presque à la minute près », a admis Alex Diamandis, vice-président d’Odigo, dont le siège se trouve en Israël.
      http://www.historycommons.org/entity.jsp?entity=odigo_inc.
      Le comportement de la branche américaine de Zim Israel Navigational, un géant de la navigation maritime appartenant à 48% à l’Etat juif (parfois utilisé comme couverture pour les services secrets israéliens), qui a déménagé ses bureaux du WTC, avec ses 200 employés, le 4 septembre 2001, une semaine avant les attaques – « comme un cas de force majeure, nous avons déménagé », a déclaré Shaul Cohen-Mintz, CEO, interrogé par USA Today le 17 novembre 2001.
      http://usatoday30.usatoday.com/money/general/2001-09-17-workplace-changes.htm

      Supprimer
    8. Les conspirateurs les plus puissants étaient au plus haut niveau du ministère de la Justice. Michael Chertoff a été chef de la division criminelle du ministère de la Justice en 2001 et responsable, entre autres, de la libération des agents israéliens arrêtés avant et après le 11 septembre, y compris les « Israéliens dansants ». En 2003, ce fils d’un rabbin et d’une pionnière du Mossad sera nommé secrétaire à la Sécurité intérieure, chargé de la lutte contre le terrorisme sur le sol américain, ce qui lui permettra de contrôler les citoyens dissidents et de restreindre l’accès aux preuves sous le prétexte d’informations sensibles sur la sécurité.

      Un autre chef du camouflage était Philip Zelikow, le directeur exécutif de la Commission présidentielle sur le 11 septembre mise en place en novembre 2002. Zelikow est un spécialiste autoproclamé de l’art de faire des « mythes publics » en « ‘brûlant’ ou ‘moulant’ des événements [qui] prennent une importance ‘transcendante’ et, par conséquent, conservent leur pouvoir même lorsque la génération qui les vit quitte la scène » (Wikipedia). En décembre 1998, il a cosigné un article pour Foreign Affairs intitulé « Terrorisme catastrophique », dans lequel il spéculait sur ce qui se serait passé si l’attentat du World Trade Center de 1993 (déjà attribué à Ben Laden) avait été commis avec une bombe nucléaire : « Un acte de terrorisme catastrophique ayant tué des milliers ou des dizaines de milliers de personnes et/ou perturbé les nécessités de l’existence de centaines de milliers, voire de millions, serait un événement décisif dans l’histoire des États-Unis.
      https://www.foreignaffairs.com/articles/united-states/1998-11-01/catastrophic-terrorism-tackling-new-danger
      Il pourrait entraîner des pertes en vies humaines et en biens sans précédent en temps de paix et miner le sentiment fondamental de sécurité des Américains à l’intérieur de leurs propres frontières d’une manière semblable au test de la bombe atomique soviétique de 1949, ou peut-être même pire. (…) Comme Pearl Harbor, l’événement diviserait notre passé et notre avenir en un avant et un après. Les Etats-Unis pourraient réagir par des mesures draconiennes réduisant les libertés civiles, permettant une surveillance plus large des citoyens, la détention des suspects et le recours à la force meurtrière. » C’est l’homme qui contrôlait l’enquête gouvernementale sur les attaques terroristes du 11 septembre. Thomas Kean et Lee Hamilton, qui ont nominalement dirigé la commission, ont révélé dans leur livre Without Precedent : The Inside Story of the 9/11 Commission (2006), que la commission « a été créée pour échouer » dès le début. Zelikow, affirment-ils, avait déjà rédigé un synopsis et une conclusion pour le rapport final avant la première réunion. Il contrôlait tous les groupes de travail, les empêchait de communiquer entre eux et leur donnait pour seule mission de prouver l’histoire officielle ; l’équipe 1A, par exemple, avait pour mission de « raconter l’histoire de l’opération la plus réussie d’Al-Qaïda – les attaques du 11 septembre 2001 »

      Un contrôle rigoureux des médias grand public est peut-être l’aspect le plus délicat de toute l’opération. Pour un argument révolutionnaire sur la mesure dans laquelle le 11 septembre a été orchestré par ces médias, à consulter le documentaire d’Ace Baker 9/11 The Great American Psy-Opera (2012) chapitres 6, 7 et 8.

      Supprimer
    9. Si nous montons jusqu’au plus haut niveau de la conspiration, nous nous retrouvons à Tel-Aviv. La préparation du 11 septembre a coïncidé avec l’arrivée au pouvoir de Benjamin Netanyahou en 1996, suivi par Ehud Barak en juillet 1999 et Ariel Sharon en mars 2001, qui a ramené Netanyahou au poste de ministre des Affaires étrangères en 2002 (avec Netanyahou redevenu Premier ministre en 2009). Il faut noter que Netanyahou et Ehoud Barak ont tous deux été temporairement écartés du gouvernement israélien en septembre 2001, tout comme Ben-Gourion au moment de l’assassinat de Kennedy.
      http://www.unz.com/article/did-israel-kill-the-kennedies/?highlight=guy%C3%A9not
      Quelques mois avant le 11 septembre, Barak, ancien chef des services de renseignement militaire israéliens, avait été « recruté » comme consultant auprès d’une société écran du Mossad, SCP Partner, spécialisée dans la sécurité et située à moins de sept miles d’Urban Moving Systems. Une heure après l’explosion de la tour nord, Barak était sur BBC World pour montrer du doigt Ben Laden (le premier à le faire), et a terminé : « C’est le moment de lancer une guerre complète et opérationnelle contre le terrorisme. »
      https://www.youtube.com/watch?v=GRA5dgI4NJA

      Quant à Netanyahou, nous ne sommes pas surpris de l’entendre se vanter, sur CNN en 2006, d’avoir prédit en 1995 que « si l’Occident ne prend pas conscience de la nature suicidaire de l’islam militant, la prochaine chose que l’on verra sera l’islam militant faisant tomber le World Trade Center ».
      https://www.youtube.com/watch?v=-QMLO558gec


      Netanyahou est exemplaire de la « relation spéciale » de plus en plus étroite entre les Etats-Unis et Israël, qui a commencé avec Truman et s’est épanouie sous Johnson. Netanyahou avait vécu, étudié et travaillé aux États-Unis de 1960 à 1978, entre sa 11ème et sa 27ème année – sauf pendant son service militaire – et de nouveau après l’âge de 33 ans, lorsqu’il fut nommé ambassadeur adjoint à Washington, puis délégué permanent aux Nations Unies. Netanyahou est apparu régulièrement sur CNN au début des années 1990, contribuant à la transformation de la première chaîne d’information mondiale en un outil majeur de propagande sioniste. Son destin politique a été en grande partie planifié et façonné aux États-Unis, sous la supervision de ceux que nous appelons aujourd’hui les néoconservateurs, et la seule chose qui le distingue d’eux est que, pour des raisons de relations publiques, il ne possède pas la nationalité américaine.

      Supprimer
    10. « Qu’est-ce qu’un néocon ? » demanda un jour Bush à son père, après plus de trois ans à la Maison Blanche. « Tu veux des noms ou une description ? » Il opta pour la description. « Eh bien je te répondrai par un mot : Israël ». L’anecdote, citée par Andrew Cockburn, résume bien la situation. Le mouvement néoconservateur est né dans la rédaction du mensuel Commentary, qui avait remplacé le Contemporary Jewish Record en 1945 comme organe de presse du American Jewish Committee. « S’il existe en Amérique un mouvement intellectuel dont les Juifs peuvent prétendre être les seuls inventeurs, c’est bien le néoconservatisme », écrivit Gal Beckerman dans le Jewish Daily Forward, le 6 janvier 2006. « C’est un fait qu’en tant que philosophie politique, le néoconservatisme est né chez les enfants d’immigrants juifs et qu’il est maintenant largement le domaine intellectuel des petits-enfants de ces immigrants ».

      Les pères fondateurs du néoconservatisme (Norman Podhoretz, Irving Kristol, Donald Kagan, Paul Wolfowitz, Adam Shulsky) étaient des disciples autoproclamés de Leo Strauss, un immigrant juif allemand enseignant à l’Université de Chicago. Strauss peut être qualifié de méta-sioniste dans le sens où, tout en étant un ardent partisan de l’Etat d’Israël, il rejette l’idée qu’Israël en tant que nation doit être contenu dans des frontières ; Israël doit conserver sa spécificité, qui doit être partout, a-t-il dit en substance dans sa conférence de 1962 « Pourquoi nous restons juifs ».
      https://archive.org/details/LeoStraussWhyWeRemainJewsgreenIntegral

      Machiavel, écrit Strauss, « est un patriote d’un genre particulier : il se préoccupe plus du salut de sa patrie que du salut de son âme » (p. 10). Et c’est exactement ce qu’est la judéité, selon des penseurs juifs comme Harry Waton : « Les juifs qui ont une compréhension plus profonde du judaïsme savent que la seule immortalité qui existe pour le juif est l’immortalité dans le peuple juif ».
      https://thesaker.is/who-the-hell-is-the-prince-of-this-world/

      Supprimer
    11. Les néoconservateurs de la première génération se sont d’abord positionnés à l’extrême gauche. Irving Kristol, l’un des principaux rédacteurs de Commentary, avait longtemps prétendu être un trotskyste. C’est peu après l’annexion réussie des territoires arabes par Israël en 1967 que les Straussiens ont connu leur conversion au militarisme de droite, auquel ils doivent leur nouveau nom. Norman Podhoretz, rédacteur en chef de 1960 à 1995, est passé du statut d’activiste anti-guerre à celui de défenseur du budget au début des années 70. Il donna l’explication suivante en 1979 : « Le soutien américain à Israël dépendait de la poursuite de l’engagement américain dans les affaires internationales – d’où il découlait qu’un retrait américain dans un climat isolationniste (…) qui semblait maintenant pouvoir bientôt reprendre, représentait une menace directe pour la sécurité d’Israël » . (Breaking Ranks, p. 336). Conduire les États-Unis à la guerre au profit d’Israël est l’essence même des crypto-sionistes machiavéliques, connus sous le nom trompeur de néoconservateurs.

      En 1996, pendant les années Clinton, les néoconservateurs ont mis tout leur poids dans leur think tank ultime, le Projet pour le nouveau siècle américain (PNAC), dirigé par William Kristol et Robert Kagan. Le PNAC a recommandé de profiter de la défaite du communisme pour renforcer l’hégémonie américaine. Selon les auteurs du projet, « le processus de transformation (…) risque d’être long, en l’absence d’un événement catastrophique et catalyseur – comme un nouveau Pearl Harbor. »

      En novembre 2000, Bush Jr. a été élu dans des conditions qui ont suscité des protestations contre la fraude électorale. Dick Cheney, qui avait dirigé sa campagne, s’est nommé vice-président et a introduit deux douzaines de néoconservateurs à des postes-clés en politique étrangère. Le département d’État a été confié à Colin Powell, mais il était entouré d’assistants néoconservateurs tels que David Wurmser. En tant que conseillère à la sécurité nationale, Condoleezza Rice, spécialiste de la Russie sans expertise au Moyen-Orient, était entièrement dépendante de son conseiller néoconservateur Philip Zelikow. William Luti et Elliott Abrams, et plus tard Eliot Cohen, ont également été chargés de diriger Rice. Mais c’est surtout au sein du ministère de la Défense, sous la direction de Donald Rumsfeld, que les néoconservateurs les plus influents ont pu façonner la politique étrangère et militaire américaine. Richard Perle occupa le poste crucial de directeur du Defense Policy Board, chargé de définir la stratégie militaire, tandis que Paul Wolfowitz devint « l’âme du Pentagone » comme secrétaire adjoint avec Douglas Feith comme sous-secrétaire.

      Après huit mois à la présidence, Bush a été confronté à l’«événement catastrophique», le « nouveau Pearl Harbor » que le PNAC avait souhaité un an auparavant. Le 11 septembre a été un véritable « miracle de Hanoukka » pour Israël, ont commenté le chef du Mossad Ephraim Halevy et le président du Conseil national de sécurité israélien Uzi Dayan.
      https://www.jonathan-cook.net/blog/2014-08-29/did-us-intelligence-tie-israel-to-911/

      Supprimer
    12. Excellent ! Bien sur que c'est un "Mossad job" et non un "inside job"

      Supprimer
    13. Ah cette Union Européenne ! A chaque fois que je fais des courses, je suis obligé de réfléchir entre les paquets de pâtes par exemple. Si avant, on ne pouvait avoir que des paquets de 250 g, 500 g ou 1 kg.... Maintenant grâce à Bruxelles on en a de 450 g etc.... Et cela est vrai pour tout. Une manière comme une autre de cacher l'inflation. Merci à Bruxelles et à ses manipulations.
      https://www.youtube.com/watch?v=udmsQ8Th8Kk

      Quand on pense que la majorité des Français pensent que l'U.E. pense au bien commun et est facteur de paix (la France n'a jamais été en guerre avec autant de pays).

      Supprimer
  4. La mise en place des bombes dans les tours du WTC:

    (30:58 de la vidéo)

    https://www.youtube.com/watch?v=4Dkh_YTt9GM

    RépondreSupprimer
  5. Après avoir reçu la permission de quitter un hôpital du New Jersey, sachant qu’il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre, Malcom Howard, 79 ans et ex agent de la CIA, a décidé d’avouer avoir participé à une opération secrète de la CIA dans la démolition contrôlée du World Trade Center 7 le 11 septembre 2001. Formé en tant qu’ingénieur, il est cependant rapidement devenu expert en explosifs après avoir été embauché par la CIA dans les années 1980 où il y a passé plus de 36 ans. Avec quatre autres agents de la CIA, il fut chargé de veiller à ce que la démolition du bâtiment du World Trade Center 7 se fasse sans heurts sans que l’on puisse prétendre qu’il s’agisse d’un travail de démolition.

    Malcom Howard expliqua que le bâtiment avait été abattu en utilisant des matériaux composites de nanothermite de qualité militaire. Au cours du mois précédant le 11 septembre, les explosifs avaient été stratégiquement placés dans le bâtiment. À l’époque, presque tous les bureaux du bâtiment étaient loués par la CIA, les services secrets et le personnel militaire, ce qui a facilité leur tâche. Le jour du 11 septembre, les détonateurs dans le World Trade Center 7 se sont enclenchés et le bâtiment s’est effondré à 17h20, près de 7 heures après les deux premiers bâtiments.
    https://www.youtube.com/watch?v=Mamvq7LWqRU
    une fois effondré, lui et ses collègues ont célébré cela avec du whisky et des cigares. Mais dès qu’ils se sont mis à passer en revue les enregistrements vidéos, ils devinrent inquiets. D’autant plus que la BBC avait annoncé au monde que l’édifice s’était effondré 20 minutes avant qu’il ne le fasse.
    https://www.youtube.com/watch?v=yaC7TfXzT8Y
    Cela ressemblait évidemment plus à une démolition contrôlée qu’autre chose quand on entendait en plus dans les rues, le bruit d’explosions :
    https://www.youtube.com/watch?v=_A9X_8flGeM
    Le gouvernement essaya de rattraper le scenario en prétendant que les débris brûlants des deux premiers bâtiments détruits avaient quelque peu pénétré dans celui du World Trade Center 7, provoquant ainsi des incendies incontrôlables entraînant l’effondrement de l’ensemble du bâtiment. Curieusement, ces explications suffirent à calmer les esprits. Ni le public, ni les médias exigèrent une autre enquête pour savoir ce qui s’était réellement passé. Ils remirent par contre en question la version officielle sur les twin towers. Mais Malcom Howard expliqua qu’il ne savait rien sur la destruction des deux premières tours. Selon lui, pour connaître qui est derrière ces attaques dévastatrices, il suffit de suivre les flux d’argent. Les travaux effectués juste avant le 11 septembre, étaient effectués par des gens qui savaient ce qui allait arriver. Et les familles proches des hommes les plus puissants d’Amérique, Cheney, Rumsfeld… sont tous devenus très riches.
    https://www.youtube.com/watch?v=edrTAh36Do8

    RépondreSupprimer
  6. Malcom Howard a eu de la chance de vivre jusqu’à 79 ans. Ce ne fut pas le cas de Bill Cooper (1943-5/11/2001) qui avait prédit, lors de son émission de radio ‘Hour of Time’ depuis Memphis du 28 juin 2001, les attentats du 11 septembre près de trois mois avant qu’ils ne se produisent, avertissant les Américains qu’Oussama ben Laden serait utilisé comme “bouc émissaire” pour justifier une invasion de l’Afghanistan.
    http://locklip.com/bill-cooper-predicted-911-was-killed-shortly-after/
    https://www.youtube.com/watch?v=lLHVQUTrgvM

    Milton William “Bill” Cooper, un ancien vétéran du renseignement naval, était surtout connu pour son livre ‘Behold a Pale Horse’ paru en 1991.
    https://archive.org/stream/BeholdAPaleHorse_267/BillCooper-BeholdAPaleHorse.txt
    Il s’était donné pour mission d’exposer les Illuminati et les forces sataniques derrière les événements mondiaux. Dans ses livres il expose ses théories sur la présence des extraterrestres sur terre, ainsi que le rôle de l’organisation Majestic 12. Il raconte que, le jour où il lut les documents prouvant l’implication du bureau des renseignements de la Marine dans l’assassinat de J. F. Kennedy, il décida de quitter l’armée définitivement.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Milton_William_Cooper.
    https://www.youtube.com/watch?v=QAv5eLfEdQ4
    Il prédit aussi les récentes vagues de fusillades dans les écoles afin de désarmer les gens. Il évoque aussi ce qui deviendra l’Union européenne.
    https://www.youtube.com/watch?v=zUQw15Po1qM
    En 1989 il faisait publier son livre « The Secret Government: The Origin, Identity, and Purpose of MJ-12 » (voir page 25 pour les fusillades) :
    https://fr.scribd.com/doc/555912/Le-Gouvernement-Secret-William-Milton-Cooper

    RépondreSupprimer
  7. Les 2 300 milliards de dollars manquants

    La création du Grand Israël par une guerre menée par les États-Unis n’a peut-être pas été la seule considération dans la préparation du 11 septembre.

    Il y a, par exemple, l’or manquant dans le sous-sol du World Trade Center : 200 millions de dollars ont été récupérés sur le milliard de dollars stocké : Qui a pris le reste ?
    911research.wtc7.net/wtc/evidence/gold.html

    Mais ce n’est rien comparé aux 2 300 milliards de dollars manquants sur les comptes du ministère de la Défense pour l’année 2000, en plus des 1 100 milliards de dollars manquants pour 1999, selon une déclaration télévisée faite le 10 septembre 2001, la veille des attaques, par Donald Rumsfeld. À titre de comparaison, c’est plus de mille fois les pertes colossales d’Enron, qui ont déclenché une chaîne de faillites la même année. Tout cet argent s’est évaporé sous la surveillance de William Cohen, secrétaire à la Défense pendant le second mandat de Bill Clinton. En 2001, l’homme chargé d’aider à retrouver les milliards manquants était le sous-secrétaire à la Défense (contrôleur) Dov Zakheim, membre du PNAC et rabbin ordonné. En pratique, le mystère devait être résolu par les analystes financiers du Resource Services Washington (RSW). Malheureusement, leurs bureaux ont été détruits par “Al-Qaïda” le lendemain matin. Les 34 experts du RSW ont péri dans leurs bureaux, ainsi que 12 autres analystes financiers, comme l’indique la biographie du chef d’équipe Robert Russell pour le Mémorial national du Pentagone 9/11 : « Le week-end avant sa mort, tout son bureau participait à un festin de crabes chez Russell.
    https://www.unz.com/article/911-was-an-israeli-job/pentagonmemorial.org/explore/biographies/sgm-robert-e-russell-usa-retired

    Par une incroyable coïncidence, l’un des experts financiers qui tentait de comprendre la perte financière du Pentagone, Bryan Jack, serait mort à l’endroit précis où se trouvait son bureau, non pas parce qu’il y travaillait ce jour-là, mais parce qu’il était en voyage d’affaires sur le vol AA77. Selon la base de données du Washington Post : « Bryan C. Jack était responsable du budget américain de la Défense.
    https://www.washingtonpost.com/gdpr-consent/?destination=%2fwp-srv%2fmetro%2fspecials%2fattacked%2fvictims%2fv_235.html%3f&utm_term=.aeab68a38c76
    C’était un passager du vol 77 d’American Airlines, à destination de la Californie pour affaires officielles lorsque son avion a percuté le Pentagone, où, un autre jour, Jack aurait été au travail devant son ordinateur ».

    On comprend pourquoi le Mouvement pour la vérité sur le 11 septembre, a été créé avant le 11 septembre 2001 comme moyen de supprimer les informations relatives à l’implication israélienne. »
    https://www.pdf-archive.com/2014/06/06/made-in-israel/

    Et en France dans les médias, celui qui se posait la moindre question sur Israël se faisait immédiatement censuré ou mis en isolation médiatique. Pourquoi ?

    RépondreSupprimer
  8. Autre conséquence du 11 septembre, ce qui s’est passé en octobre 2001 quand le Sénat américain a approuvé les lois du PATRIOT ACT sans même les lire. Ce qui n’est pas étonnant quand on s’aperçoit qu’ils avaient 180 pages de modifications législatives à ingurgiter. Un livre passionnant est sorti sur ce sujet où l’auteur prouve par A+B, que les sénateurs américains n’ont même pas voté dans le sénat, car celui-ci avait été évacué suite aux attaques à l’anthrax. Cette situation totalement illégale amena au vote du USA PATRIOT ACT. Comme quoi, l’un des objectifs des attentats du 11 septembre était d’annuler la Constitution des USA. Comme en France, où Charlie Hebdo a permis non seulement d’effacer la Constitution, mais aussi de réduire les libertés civiles. L’Europe n’entre-t-il pas à nouveau dans le nazisme ? Et avec tout le système médiatique entre leurs mains. Le journaliste Giulietto Chiesa est intervenu lors de la conférence de l’architecte Richard Gage à Rome ce 9 mai 2015 ! Selon lui, ces événements ont signé une véritable déclaration de guerre de la part des « propriétaires universels », ceux qui possèdent les médias occidentaux, contre le reste du monde. Ceux qui ont organisé le 11-Septembre contrôlent les esprits d’un milliard d’individus.
    https://www.youtube.com/watch?v=kUCtNdw3W-4

    A noter que parmi les membres de l’association Reopen911, un pro-israélien surnommé ‘Sky’, Bertrand Calinou, qui se mit après à animer ‘Thinkerview’ en France. Il se réclame de l’ancien rédacteur en chef de L’Express, Marc Ullmann (fils de Denise Lang). Ce dernier l’aidera à lancer l’émission en ligne ThinkerView qui bénéficiera de 14 700 € de budget minimum pour la rétribution de l’équipe technique ainsi que de Calinou qui déclare se verser un salaire de 2 200 € par mois. Rudy Reichstadt qui a créé ‘Conspiracy Watch’ pour lutter notamment contre le négationnisme, qui a la sympathie de BH Lévy, bénéficiera du soutien en 2017, de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Pascal Boniface avait déjà bien compris que le site Conspiracy Watch « est principalement consacré à la dénonciation des critiques de la politique israélienne. »

    RépondreSupprimer
  9. A voir également : le documentaire exceptionnel de Massimo Mazzucco : 11/09, le nouveau Pearl Harbor. Le DVD fait presque 5 heures, quand on quand on en termine le visionnage, les faits deviennent clairs comme de l'eau de roche.
    Marion

    RépondreSupprimer
  10. Truth Lover
    Ça fait un paquet de pognon et beaucoup de temps dépensé pour faire connaitre la vérité.
    Pour ma part je le savais déjà depuis longtemps.
    Le plus triste c'est qu'il y a sans doute des ignorants (pour rester poli��) qui doivent croire encore à la version des médias déchus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui d'autant plus qu'Aaron Russo, pourtant juif, nous avait prévenu :
      https://effondrements.wordpress.com/2012/05/15/aaron-russo-et-nicholas-rockefeller/

      Identifier les institutions et les individus qui se sont enrichis grâce au 11-Septembre via les places boursières a son importance: certains d’entre eux ont opéré depuis Paris et à travers des banques telle la Société générale. Michael Ruppert, journaliste d’investigation qui dévoila quantité d’informations à ce sujet était convaincu que les principaux bénéficiaires étaient les proches de certains responsables de services secrets américains, européens et israéliens qui partageaient la même pré-connaissance sophistiquée des attentats. Remonter le fil des délits d’initiés du 11-Septembre revient, in fine, à identifier le réseau des « commanditaires »....

      Marwan Muhammad, militant associatif et ancien trader de la Société générale, a réagi sur Twitter à l’article ci-dessus en confirmant l’existence de « consignes » spécifiques autour du 11 septembre 2001.

      Peu avant le 11 Septembre, de très nombreux délits d’initiés sont avérés : Entre le 6 et le 7 septembre, 4 744 options de vente « put options » portant sur les actions d’United Airlines sont achetées, contre seulement 396 acquises à l’achat. Le 10 septembre, veille des attentats, ce sont 4 516 « put options » d’American Airlines qui sont acquises, contre 748 à l’achat. « Ces niveaux sont 25 fois supérieurs à la moyenne des transactions opérées habituellement sur ces deux compa­gnies; de plus, aucune information ou fusion nouvelle ne justifiait de telles acquisitions », a déclaré le vice-président d’un des établissements les plus réputés du monde financier à Éric Laurent, qui le cite à la page 47 de son livre paru fin 2004, La face cachée du 11 Septembre (Pocket).
      https://www.nouvelordremondial.cc/wp-content/uploads/2018/09/recul-valeurs-11-septembre.jpg

      Par ailleurs, on constate avant le 11/9 :
      — des niveaux élevés d’options de vente sur les actions de sociétés de réassurance susceptibles de payer des mil­liards pour couvrir les pertes dues aux attentats : Munich Re et le Groupe AXA
      — des niveaux élevés d’options de vente sur les actions de compagnies financières touchées par les attentats : American Airlines, United Airlines, Merrill Lynch, Bank of America, Citigroup, Marsh & McLehnan. Par exemple, 1.535 contrats d’options de vente à échéance octobre 2001, à 30 dollars, ont été échangés sur American Airlines le 10 septembre, contre une moyenne quotidienne d’environ 24 contrats sur les trois semaines précédentes.
      — des niveaux énormes d’options d’achat sur un fabricant d’armes dont l’action a monté en flèche : Raytheon

      John Kinnucan, un cadre de Broadband Research, dit : « J’ai vu un nombre d’achat/vente plus élevé que je n’ai jamais vu depuis 10 ans que je suis les marchés, particulièrement sur les marchés d’options. »(Associated Press18-9-2001; San Francisco Chronicle 19-9-2001). Dylan Ratigan de Bloomberg Business News, parlant des mouvements sur Morgan Stanley et d’autres compagnies, a dit : « Ce serait une des coïncidences les plus extraordinaires dans l’histoire de l’humanité si c’était une coïncidence. » (ABCNews 9/20/2001)

      A écouter, « le libre journal d’Emmanuel Ratier ». A partir de 41 mn on explique qui occupait la tour n°7. Aux étages 11 et 12 on avait la SEC (The U.S. Securities and Exchange Commission) c’est à dire l’équivalent français de l’autorité des marchés financiers . De nombreuses enquêtes sur des délits d’initiés ne purent être menées à bien, les archives ayant brûlées. Le département de la défense de la CIA était aussi dans cette tour. Tout cela à mettre en parallèle avec la zone touchée du Pentagone, où y travaillaient des analystes financiers chargés d’enquêter sur la disparition de 2300 milliards de dollars du budget de la Défense.
      https://www.dailymotion.com/video/xl95ra

      Supprimer
  11. Le Mossad est grandement derrière les attentats du 11 septembre. Le but : la mise en place du Grand Israël :
    https://www.youtube.com/watch?v=LM2Fi1rhYqc

    Steve Pieczenik, ex-envoyé spécial du président Jimmy Carter, a aussi nommément accusé Israël d'avoir commis le 11-Septembre. Né à Cuba en 1943, cet Américain, psychiatre de formation, diplômé en relations internationales du prestigieux Massachussets Institute of Technology et reconverti (avec succès) dans le thriller aux côtés de Tom Clancy, a fait carrière dans l'armée avant d'être recruté par l'Administration Nixon, au sein du Département d'État, pour diriger la gestion de crise et de traitement des otages. En 2008, Pieczenik avait rédigé un livre dans lequel il affirmait que les États-Unis avaient délibérément "sacrifié" Moro pour garantir la "stabilité" de l'Italie. Cette révélation lui vaut désormais des poursuites judiciaires, intentées à la fois par les États-Unis et l'Italie. En mai 2011, il dénonçait la mise en scène de la capture de Ben Laden, déjà mort, selon lui, du syndrome de Marfan, dès 2001. Puis le 21 avril 2016, Pieczenik refait parler de lui lors d'une vidéo-confession de 47 minutes avec Alex Jones, interviewer en chef d'InfoWars. Celui qui fut longtemps membre (jusqu'en 2012) de l'ultra-élitiste Council on Foreign Relations tient désormais des déclarations bien explosives : Il accuse les néoconservateurs, notamment l'Israélo-Américain Michael Chertoff, le rabbin Dov Zakheim et Paul Wolfowitz, alors secrétaire adjoint à la Défense (et grand ami du belliciste Bernard Kouchner), d'avoir gangréné l'Administration Bush et réalisé, en partenariat avec des "agents saoudiens" et à l'instigation d'Israël, l'attentat "sous faux drapeau" du 11-Septembre. Pieczenik indique être prêt à témoigner, sous serment et devant une cour de justice fédérale, à propos de ses sources dont l'une serait un "général".
    https://www.dailymotion.com/video/x47nj7c
    Pieczenik étant issu d'une famille juive d'origine russo-polonaise qui a échappé à l'Holocauste, il est difficile ici de le prendre pour un antisémite.

    Laurent Guyénot fait le point sur quelques données aussi incontestables que méconnues, et analyse les mécanismes du déni sur la participation d'Israël à ces attentats :
    http://www.voltairenet.org/article179106.html
    Le 11 septembre était une opération israélienne (L. Guyénot) :
    https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2018/09/27/11-septembre-etait-une-operation-israelienne-laurent-guyenot/

    Si Israël n'était pas impliqué, pourquoi donc la persécution par exemple en France de François Roby, prof de physique maître de conférence à l'université de Pau et des pays de l'Adour ?
    https://aitia.fr/erd/entretien-avec-francois-roby-professeur-duniversite-accuse-detre-negationniste-raciste-antisemite-et-fou-er/

    RépondreSupprimer
  12. L'avion qui devait "s'écraser" sur le 7 devait être le vol 93 qui s'est écrasé à Shanksville en Pennsylvanie. Panique ce faisant, ils ont décidé quand même de la démolition contrôlée...
    Dessygaste

    RépondreSupprimer
  13. Parmi les responsables des attentats il y a Israël, l'Etat profond américain dont fait partie Robert Mueller et l'Arabie saoudite.

    Robert Mueller, présenté comme un phare incorruptible de la justice lorsqu’il a été chargé (sans succès) de traquer les liens entre Donald Trump et la Russie, semble pourtant travailler pour l’Etat profond américain. Il a vraisemblablement participé à la dissimulation du rôle de l’Arabie Saoudite dans les événements du 11 septembre, selon un rapport publié par Paul Sperry, journaliste du New York Post, et d’anciens enquêteurs du FBI qui affirment qu’il a fait de l’obstruction dès qu’on découvrait des preuves d’ efforts multiples et systémiques du gouvernement saoudien pour aider les pirates de l’air. « Tous ceux qui ont laissé les Saoudiens s’en tirer à bon compte venaient de la Maison-Blanche », a déclaré l’ancien agent Mark Rossini, ajoutant : « Je peux encore voir cette photo de Bandar et Bush en train de déguster des cigares sur le balcon de la Maison-Blanche deux jours après le 11 septembre ». L’ancien agent du FBI Stephen Moore en avait aussi conclu que le personnel diplomatique et de renseignement de l’Arabie saoudite avait sciemment fourni un soutien matériel aux deux pirates de l’air et avait facilité le complot du 11 septembre. Pourtant, lui et son équipe ne furent pas autorisés à les interviewer. À Washington, un autre ancien agent du FBI John Guandolo, qui travaillait sur des affaires de terrorisme à partir du bureau de Washington, a lui aussi déclaré que l’ambassadeur saoudien de l’époque, le prince Bandar, « aurait dû être traité comme un terroriste présumé » pour avoir donné de l’argent à une femme qui avait financé deux des pirates du 11 septembre. Au lieu de cela, Mueller a obligé ce que Guandolo a appelé une « demande scandaleuse » de Bandar dans les jours qui ont suivi les attentats à aider à évacuer du pays des dizaines de responsables saoudiens, dont au moins un parent d’Oussama ben Laden figurant sur la liste de surveillance terroriste. « En 2002, Mueller a empêché des agents d’arrêter l’ecclésiastique saoudien d’Al-Qaïda qui a conseillé en privé les pirates de l’air saoudiens. Il est responsable de l’annulation du mandat d’arrêt contre Anwar al-Awlaki pour fraude de passeport « déclara Raymond Fournier, un agent à l’époque de la Joint Terrorism Task Force à San Diego. « Lors de la fusillade à Fort Hood le 5 novembre 2009 par l’officier psychiatre Nidal Malik Hasan, les empreintes digitales d’Awlaki étaient partout sur l’incident », précisa l’ancien agent du FBI Michael Biasello, qui a aidé à travailler sur l’affaire du terrorisme au Texas.
    https://www.parismatch.com/Actu/International/tuerie-fusillade-massacre-Fort-Hood-Nidal-Malik-Hasan-144116
    Mueller a même empêché un agent d’enquêter sur un conseiller de la famille royale saoudienne qui avait rencontré certains des pirates de l’air saoudiens chez lui à Sarasota, en Floride. Sa maison a soudainement été abandonnée deux semaines avant le 11 septembre.
    https://www.zerohedge.com/news/2019-09-07/mueller-helped-saudis-cover-involvement-911-attacks-lawsuit

    RépondreSupprimer
  14. Le PNAC
    Le PNAC (Project for a new american century) est un groupe de réflexion ou think thank composé de plusieurs personnes essentiellement juives ou sionistes. Dans un rapport publié en septembre 2000 soit quelques mois avant l’élection de George W Bush, ils affirment qu’un « nouveau Pearl Harbor » est nécessaire pour arriver à leurs finalités « reconstruire les défenses américaines ».

    Les signes avant coureurs
    En octobre 2000 soit 11 mois avant les attentats, une conversation a été entendue dans un cimetière juif du New Jersey évoquant les attentats à venir. Le témoin a tenté d’alerter le FBI qui n’a pas donné suite à l’affaire.
    Un article du Washington times du 10 septembre 2001 citant des sources du renseignement décrit le mossad comme « un danger imprévisible, rusé et impitoyable ayant les capacités de frapper les forces US et de faire croire à un acte terroriste palestinien/arabe. »
    D’après un article du Jerusalem Post Israël a cherché à obtenir le nom de 4000 israéliens travaillant dans la zone du WTC.Seul un israélien est mort dans les tours du WTC et deux dans les « avions détournés ».Le président George W Bush a grossièrement exagéré le nombre de victimes israéliennes jusqu’à 130.

    Les israéliens dansants
    Trois israéliens, agents du mossad sous couverture, ont été aperçus sur une fourgonnette sautant de joie à la suite de la chute des tours du WTC. Ils ont pris l’apparence de palestiniens. Ils ont été arrêtés par la police en possession de faux passeports, cartes, des cutters, des milliers de dollars en liquide, des photos montrant l’un d’entre eux un briquet allumé avec en arrière plan les tours qui s’effondrent.
    Un camion a été découvert avec des explosifs.
    Depuis le 11 septembre 2001, 60 israéliens ont été arrêtés aux Etats-Unis accusés d’espionnage ou d’infraction à la législation sur l’immigration. Les informations liant ces personnes aux 11 septembre sont classées secret défense.
    Avant le 11 septembre, 140 israéliens ont été arrêtés pour des activités d’espionnage au profit d’Israël et étaient spécialisés dans les explosifs notamment. Ces faits sont également rapportés par Eric Laurent dans son livre La face cachée du 11 septembre.

    Odigo
    Des employés de la société israélienne Odigo (repris par Converse) éditeur d’un logiciel de messagerie instantanée ont reçu un message au moins deux heures avant les attaques avertissant qu’un attentat allait arriver. La société est basée dans la ville d’Herzliya en Israël là où se trouve également le siège du mossad. Thierry Meyssan et Eric Laurent ont fait référence à cette affaire dans leur livre respectif L’effroyable imposture et la face cachée du 11 septembre.

    Goldman Sachs
    Le 10 septembre 2001 la filiale japonaise de la banque américaine Goldman Sachs a émis un communiqué dans lequel elle demande à ses employés d’éviter les bâtiments américains.

    ICTS
    La sécurité des aéroports américains était assurée par une société israélienne nommée ICTS.
    La loi du Patriot act a été modifié afin d’éviter toute poursuite judiciaire aux entreprises assurant la sécurité des aéroports.

    L’entreprise de transport Zim
    Cette société quitta les bureaux qu’elle occupait dans les tours du WTC quelques jours avant les attentats. Elle a dû payer des pénalités (50000 $) pour rupture de contrat. Les déménageurs israéliens ont apporté des explosifs à cet endroit.

    Les pirates de l’air
    Les « pirates de l’air » habitaient les mêmes endroits que des agents du mossad, fréquentaient les mêmes lieux (bars…)

    Les débris du WTC
    Les débris d’acier du WTC ont été vendus rapidement par Metals management, une société dirigée par un juif, Alan D. Ratner, détruisant ainsi des pièces à conviction.

    RépondreSupprimer
  15. Autre hypothèse.
    Il y a deux architectes pour le WTC: le cabinet Roth (Tour 7, https://fr.wikipedia.org/wiki/Emery_Roth) et Minoru Yamasaki https://fr.wikipedia.org/wiki/Minoru_Yamasaki, lequel avait construit le complexe de Pruitt-Igoe : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pruitt-Igoe

    Voilà ce qui est intéressant: Yamasaki est sans doute le premier architecte qui voit ses immeubles rasés, démolis par démolition contrôlée. La destruction de son travail a été vue à la TV dans tous les pays du monde. Ce type hyper-intelligent et humilié publiquement par cette expérience en tire donc toutes les conséquences (c'est mon hypothèse): il construit les Twin Towers de faon exemplaire, en préparant d'avance la démolition contrôlée future car rien n'est éternel, d'où les barres verticales servant de guide/cage, et calcule la résistance des fixations latérales des étages pour qu'ils tombent comme des plaquettes les uns sur les autres dès que l'un sera fortement surchargé ou affaibli, déformé, etc. Pas besoin, donc, de thermite pour faire chuter le tout, il suffit d'un avion en feu, d'un seul étage qui commence à rompre ses fixations.
    Quant à la thermite retrouvée, la pulvérisation d'une masse d'aluminium sur des masses de fer produit le mélange tout seul, semble-t-il, non?
    Il suffisait de connaître le type de construction pour savoir ce que produirait l'impact d'un avion, pas besoin de démolition contrôlée par explosif, le concept de démolition contrôlée était dans le bâtiment lui-même. Enfin, le père de Oussama Ben Laden ne possédait-il pas une grande entreprise de bâtiment? Le fils eut tout le temps de penser à tout cela. Dans une vidéo où il parle, il dit que les terroristes ne savaient même pas ce qu'ils allaient faire.
    L'expression est valable en deux sens: ils n'imaginaient pas l'ampleur de ce qui se passerait, et ils ne savaient pas piloter, ils assistaient au mouvement de l'avion (l'hypotèse de la balise placée à l'avance n'est pas absurde).
    Le fait que les universitaires n'aient pas pensé que l'architecte ait pu anticiper la démolition contrôlée en dit peut-être long sur leur propre niveau de compétences, et leur racisme et préjugés (Minoru Yamzaki est d'origine japonaise et né dans un milieu défavorisé). DZB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Genre le gars a préparé la démolition de sa propre oeuvre des décennies avant? La vache ce que certains ont comme imagination débordante. Impressionnant.

      Supprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Affaire Epstein

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Archives du blog