mardi 17 septembre 2019

Elle avait porté plainte deux fois, en vain: une femme meurt sous les coups de couteau de son ex-conjoint en pleine rue


Encore une histoire comme on en voit qu'en France. Cette jeune femme était obligée de vivre dans un foyer pour femmes battues pendant que son ex-conjoint avait encore manifestement la garde de ses enfants alors qu'il avait déjà fait l'objet de deux plaintes dont une tentative de meurtre. La femme n'a jamais été protégée, l'homme n'a jamais été condamné. Il aura fallu attendre qu'il tue pour que la justice s'occupe de son cas. Le laxisme judiciaire en France aura non seulement provoqué la mort de cette femme mais également traumatisé à vie ses enfants qui ont vu leur mère mourir sous leurs yeux. Fawkes

-------

Le père de famille venait d’acheter des confiseries à ses trois jeunes enfants quand il s’est jeté sur son ex-femme qui passait devant le Leader Price de la rue des Briquetiers au Havre. Selon des témoignages recueillis sur place, l’homme de 37 ans l’a pris par les cheveux, avant de lui asséner plusieurs coups de couteau au niveau du cou. Devant leurs trois enfants âgés de 2, 4 et 6 ans.

La police est arrivée très rapidement pour interpeller le trentenaire de nationalité malienne, « assis par terre contre une voiture », selon un passant. Un témoin secouriste a pris en charge la victime de 27 ans, avant que les pompiers et une équipe du Smur n’interviennent. Malgré les tentatives de réanimation, la jeune femme est décédée sur place.

Une partie de la rue a été bouclée. Une tente a été installée, une bâche a été tendue pour protéger des regards le corps de la défunte et la scène de crime. Des proches de la victime ont commencé à venir au fur et à mesure. Un groupe d’une dizaine de femmes a fini par se rassembler à côté du supermarché. Pleurs, souffrance, mais aussi colère. « Il l’a eue ! Il l’a eue ! », lâche l’une d’entre elles, assise sur le trottoir avec deux autres femmes. « En août, elle s’était jetée par la fenêtre pour échapper à des coups de couteau qu’il voulait lui donner. Juste avant, il lui avait mis un sac poubelle sur la tête pour l’étouffer. Et tout ça devant leurs enfants ». Selon une source judiciaire, la jeune femme avait déposé plainte pour ces faits, mais elle a été classée sans suite par le parquet.

« Elle m’a pris mes enfants ! »

Contacté, le procureur de la République du Havre, François Gosselin, explique qu’à l’époque, l’homme avait en effet « été placé en garde à vue, avant que sa garde à vue ne soit levée. Une absence de poursuite avait été décidée dans un premier temps. Mais la procédure n’a pas encore été enregistrée par le parquet. Et cet enregistrement doit confirmer ou non la première orientation présentée. Juridiquement parlant, il n’y a pas eu de classement sans suite ». Et de préciser : « La réalité des faits (NDLR : du mois d’août) est peut-être un peu moins importante que celle qui avait été présentée par chacun » à l’époque. Il y a cinq ans, une première plainte avait été déposée par la victime à l’encontre du même homme, avant qu’elle ne soit également classée sans suite, selon une source judiciaire. Depuis les faits d’août, la femme était hébergée dans un foyer pour femme battue, affirme l’entourage de la victime, complètement abasourdi par la nouvelle. 

Choqué, l’un des nombreux témoins du meurtre l’est aussi : « Quand j’ai vu l’homme donné des coups de couteau à cette femme, je lui ai demandé d’arrêter. Mais il a continué et il a dit : “Elle m’a pris mes enfants !” ». Quatre adolescents ont vu une partie de la scène. « Il était devant nous à la caisse avec ses enfants. Il a payé. Il est sorti et juste après on a entendu des cris d’enfants. On pensait que c’était pour jouer. Un homme est entré dans le magasin en criant qu’une femme se faisait agresser et qu’il fallait appeler la police ». Puis, les quatre jeunes ont été témoins de coups de couteau alors que la victime était au sol, près d’une voiture. « La femme avait le visage ensanglanté. C’était horrible. Elle avait même du sang au niveau du ventre. Et il continuait de lui donner des coups avec une arme, alors qu’il était à genoux, au sol », lâche l’un des lycéens.

Extrêmement choqués, les trois enfants de la victime et du suspect ont été transportés aux urgences pédiatriques de l’hôpital Monod au Havre. En parallèle, une cellule de soutien psychologique a été ouverte à l’hôtel de police du Havre pour prendre en charge les nombreux témoins du crime : passants, clients et employés du supermarché. Sans antécédent judiciaire d’après le procureur, le suspect, qui présentait un taux d’alcool de 0,6 g/L de sang, a été placé en garde à vue pour homicide volontaire.

Ce meurtre s’ajoute au plus du centième féminicides que comptabilise la France en cette année 2019. Le conseil municipal du Havre devait d’ailleurs consacrer une minute de silence en hommage à la victime, ce lundi soir. Un rassemblement est prévu devant l’hôtel de ville, mercredi, à 14 h 30.

Source: Parie Normandie

-------

C'était le 105ème féminicide de l'année. Autre cas du même genre. Toujours une attaque au couteau. A chaque fois, la justice est au courant des violences.

-------


Moselle : Une femme de 53 ans tuée à Creutzwald, son mari activement recherché


Le corps sans vie d’une femme de 53 ans a été découvert dans un appartement de la cité Maroc à Creutzwald (Moselle) ce lundi matin. Cette dernière présentait des blessures à l’arme blanche. Suspecté d’être l’auteur de cet homicide, son mari est activement recherché.

Des membres d’une association où la victime faisait du bénévolat ont donné l’alerte ce lundi matin. Les gendarmes ont pénétré dans un appartement situé au 2 rue de Bretagne dans la cité Maroc à Creutzwald, et ont découvert le cadavre d’une femme de 53 ans. Cette dernière présentait des blessures à l’arme blanche selon une source judiciaire.

Une enquête a été ouverte par le parquet et confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Metz. Le mari de la victime âgé de 66 ans est activement recherché par les enquêteurs, tout comme son fils âgé de 15 ans né d’une précédente union. Le sexagénaire est suspecté d’être l’auteur de ce meurtre.

« Régulièrement, elle hurlait, elle appelait à l’aide »


Plusieurs riverains affirment à L’Est Républicain que la victime, Chafia Ben Cherif, était régulièrement frappée par son mari. Cette dernière originaire d’Algérie comme son conjoint, aurait reçu des coups de la part de ce dernier la semaine dernière, dans un parc, non loin de leur domicile. « Régulièrement, elle hurlait, elle appelait à l’aide. Parfois même en plein milieu de la nuit. On prévenait les gendarmes, mais on avait l’impression d’être les seuls à le faire… », expliquent des voisins au journal.

« Elle nous a dit que son époux la bâillonnait, lui étouffait la bouche avec des coussins pour qu’on n’entende pas ses cris », ont-ils ajouté. La quinquagénaire était arrivée d’Algérie il y a environ 5 ans pour se marier. Selon une amie de la victime, la précédente femme du suspect en fuite « a été égorgée au bled » par ce dernier.

Il y a quelques semaines, le 20 août, les gendarmes étaient intervenus à deux reprises au domicile du couple pour des violences conjugales. Le mari avait été placé en garde à vue malgré l’absence de plainte de la victime. Poursuivi par le parquet, il devait être jugé devant un tribunal pour ces faits, ultérieurement.

Le meurtre se serait déroulé au début du week-end


Selon les premiers éléments de l’enquête donnés par Le Républicain Lorrain, le crime aurait été commis entre vendredi et samedi.

Si la piste du meurtre par conjoint se confirme, il pourrait s’agir du 106ème féminicide depuis le 1er janvier en France selon le collectif « Féminicides Par (Ex) Compagnons ». Ce lundi, une femme a été mortellement poignardée par son ex-concubin au Havre, devant ses trois enfants, en pleine rue.


Liens connexes:

Rien que cette semaine..

Bordeaux:Femme tuée de 40 coups de couteau en Gironde: les gendarmes lancent un appel à témoins

Strasbourg. Un septuagénaire tente de tuer son ex-compagne à coups de couteau

Toulouse: Un homme tue sa compagne à coups de couteau dans un hall d’immeuble


Source: Actu17


9 commentaires:

  1. Tragique tout ça. La première histoire me fait penser justement au témoignage d'une autre femme dans mon entourage (qui ne veut pas porter plainte par peur des représailles, c'est le cas de beaucoup de femmes qui subissent sans rien dire jusqu'à finir par en mourir par fois). Non seulement le mari (africain) ne veut pas que sa femme (française) travaille pour s'occuper des enfants mais lui ne fait strictement rien à la maison et ne s'occupe pas du tout de ses enfants. Depuis peu, il lui donne en bonus des coups de poing au visage. Voilà le résultat du métissage culturel qu'on nous vend comme si beau et profitable aux français.

    Dans le deuxième cas, je constate que le mari est algérien, pays ou la violence envers la femme est ultra courante, voir même acceptée par certaines femmes:

    "Elles sont près de 800 000 jeunes filles algériennes à le penser. «Un homme qui ne frappe pas sa femme n’est pas un homme» ou «un homme frappe sa femme parce qu’il l’aime», ou encore «si un homme frappe sa femme, c’est qu’elle l’a mérité !»

    Ce genre de justifications des actes de violence conjugale est courant dans la société. Sur le million et demi d’adolescentes âgées de 15 à 19 ans que compte l’Algérie, 55% croient qu’il est justifié qu’un homme batte sa femme."

    https://www.elwatan.com/edition/actualite/une-adolescente-sur-deux-tolere-la-violence-domestique-en-algerie-19-11-2016

    Forcément, ils emmènent avec eux leurs coutumes moyenâgeuses et voilà ce que ça donne. Pourquoi diront certains? Ben c'est promu par le coran.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, c'est "normal". C'est dans le coran.
      Personnellement, je n'ai pas beaucoup d'empathie pour ces femmes françaises qui s'entichent pour un homme de confession musulmane. Elles devraient savoir à quoi s'attendre.

      Supprimer
    2. Tout à fait d’accord depuis le temps qu’on en parle bon sang elles pourrait faire attention quand même !

      Supprimer
    3. Bon après il y a plus de femmes qu'on ne le croit qui sont foncièrement soumise et qui aime se faire dominer par un homme plus ou moins violent.
      Sauf que ces connes se rendent compte au bout d'un moment que ça pose plus de problèmes que prévu. Du genre la mort par exemple...

      Supprimer
  2. Les hommes du maghreb quand ils sont pratiquants, y'aura toujours un risque au minimum de mysoginie et dans le pire des cas, de violence sur leur femme.

    Mais quand ils ne sont pas pratiquants, y'a étrangement aucun souci, est-ce l'islam qui rend fou les hommes, ou est-ce que cela vient de leur éducation religieuse ?

    Y'a plusieurs mosquées dans ma ville, je n'ai jamais vu de femme y aller, ça en dit long sur qui dans le foyer s'occupe de l'éducation religieuse des enfants, ce qui explique bien le problème.

    RépondreSupprimer
  3. Je confirme le premier meurtre, j'habite pas loin de la rue des Briquetiers au Havre et je suis passé hier en voiture j'ai vu 2 voitures de flics qui bloquaient la rue. J'ai trouvé ça étrange, ensuite ma conjointe m'a expliqué que sa collègue de boulot lui a dit qu'un meurtre à eut lieu et que la mère de la victime était en pleure.

    RépondreSupprimer
  4. Cette histoire nous rappelle aussi à quel point l immigration est une chance pour la France....

    RépondreSupprimer
  5. " Encore une histoire comme on en voit qu'en France. "

    malheureusement "on" voir ce genre d'histoire partout dans le monde pas seulement en France. Il y a plein de cas comme cela au USA , Angleterre.

    Et si "on" faire des recherches il y a bcp plus de crimes de ce genre faite par des blanc européens.

    C'est pas des crimes réservée au "immigres.

    si les journalistes devrait signaler les origines ethnique de chaque crime , ils devrait le faire pour toute le monde et toutes les crimes , donc il fallut attendre a des milliers d'articles qui commence par " une homme/femme d'origine etrangere/immigres ..." et bcp plus qui commence par " une homme/femme français de souche/chretien-par-lieu-de-naissance " .



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme 18/09 16:11
      Je me demande si vous-même y croyez ?
      A moins que vous ignoriez la condition des femmes au sein de l'islam et le fait que les enfants appartiennent d'abord à leur père.
      En Angleterre, pays du politiquement correct, les crimes commis sur les femmes par les allogènes sont légion.
      N'avez-vous pas constaté l'augmentation des crimes à coups de couteaux contre les Français d'apparence ?
      Pour vous :
      https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/une-femme-frappee-a-coups-de-fer-a-repasser-a-pau-1568811364

      Alors chiche, publions les noms des criminels et tant que nous y sommes, le taux d'occupation allogène ou de descendance, des prisons.

      Ma*

      Supprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Affaire Epstein

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Archives du blog