mardi 22 octobre 2019

Le neveu de Lucky Luciano affirme avoir aidé à assassiner le pape Jean Paul I avec la complicité de cardinaux





Anthony Raimondi, un gangster de longue date de la famille Colombo, raconte qu'en 1978, il serait allé en Italie avec une équipe de tueurs qui aurait assassiné Jean Paul I. 

Ils l'auraient empoisonné au cyanure 33 jours après le début du règne du pontife, selon le journal. Le nouveau livre de Raimondi, «When the bullet hits the bones», est sorti chez Page Publishing.


Raimondi, le neveu du parrain légendaire Lucky Luciano, affirme avoir été recruté pour le meurtre à l'âge de 28 ans par son cousin cardinal, Paul Marcinkus, qui dirigeait la banque du Vatican. Le travail de Raimondi consistait à apprendre les habitudes du pape et à aider Marcinkus en endormant Jean-Paul I avec une tasse de thé au Valium.

«Je me tenais dans le couloir à l'extérieur du quartier du pape quand le thé a été servi», écrit-il, ajoutant que la drogue avait si bien fait son travail que sa victime n'aurait pas réagit «même s'il y avait eu un tremblement de terre», raconte-t-il. «J'avais fait beaucoup de choses à l'époque, mais je ne voulais pas être là quand ils ont tué le pape. Je savais que cela m'achèterait un aller simple pour l'enfer.»

Au lieu de cela, il se tenait devant la pièce alors que son cousin préparait une dose de cyanure, affirme-t-il. «Il l'a mesurée avec un compte-gouttes, a placé celui-ci dans la bouche du pape et l'a pressée», écrit Raimondi. "Quand cela a été fait, il a fermé la porte derrière lui et s'est éloigné."

Après que le pontife a été nourri de force avec le poison, un assistant pontifical est allé voir le pape, puis a crié que "le pape était en train de mourir" - après quoi Marcinkus et deux autres cardinaux du complot "se sont précipités dans la chambre comme si c'était une grande surprise, écrit Raimondi. Un médecin du Vatican a été convoqué et a déclaré que Jean-Paul Ier avait subi une crise cardiaque fatale, écrit-il.


Ils ont utilisé du Valium et la toxine mortelle pour tuer le pape sans douleur et pour gagner les faveurs de l'au-delà, affirme Raimondi. Pour prouver que Jean-Paul Ier n'a pas souffert, Marcinkus et ses cohortes Pietro Palazzini et Antonio Ribeiro, ainsi que ses cousins, avaient besoin de Raimondi pour témoigner en leur nom devant Dieu, affirme-t-il. «Ils ont dit que lorsque nous mourrions, je serais leur témoin», a déclaré Raimondi, âgé de 69 ans, au Post.


Selon le livre, ils ont pris pour cible le pape parce qu'il avait menacé de révéler une fraude boursière massive dirigée par des initiés du Vatican.

L’escroquerie d’un milliard de dollars a impliqué un expert en falsification au Vatican qui a simulé les avoirs de l’église dans des sociétés américaines de premier ordre telles qu'IBM, Sunoco et Coca-Cola. Des gangsters auraient ensuite vendu les certificats d'actions factices à des acheteurs peu méfiants.

Jean-Paul Ier avait juré de défroquer les auteurs, parmi lesquels se trouvaient Marcinkus et environ «la moitié des cardinaux et des évêques du Vatican», a déclaré Raimondi à The Post. "Ils auraient été soumis aux lois des États-Unis et de l'Italie", a-t-il déclaré. "Ils seraient allés en prison."


Si Jean-Paul I avait «gardé la bouche fermée», écrit Raimondi, «il aurait pu avoir un beau et long règne».

Le corps était à peine froid qu'un nouveau plan a été conçu pour tuer son successeur, Jean-Paul II, qui semblait prêt à agir également contre les fraudeurs, écrit Raimondi. Ainsi, l'homme de la mafia a été convoqué à nouveau au Vatican et on lui a demandé de se préparer pour un deuxième meurtre.

«Ce gars-là doit y passer aussi, ont-ils dit. «Pas question, dis-je. 'Qu'est ce que tu vas faire? Continuez simplement à tuer tous les papes? ”

En fin de compte, Jean-Paul II a décidé de ne pas agir car il savait qu'il mourrait aussi, a déclaré Raimondi à The Post, avant de devenir le deuxième plus ancien pontife de l'histoire moderne, jusqu'à sa mort à 84 ans en 2005.

Selon Raimondi, son changement d’état esprit a également incité les cardinaux et les malfaiteurs tordus du Vatican à célébrer la nouvelle avec passion.


«Nous sommes restés et avons fait la fête pendant une semaine avec des cardinaux en civil et beaucoup de filles», écrit-il. «Si je devais vivre le reste de ma vie à la Cité du Vatican, cela aurait été OK pour moi. C'était une bonne planque. Mes cousins ​​ont tous conduit des Cadillac. Je me suis trompé de business, pensai-je. J'aurais dû devenir cardinal.


Ceux qui rejettent ses affirmations ou soulignent le fait que son histoire ressemble à l'intrigue de «Le Parrain III», Raimondi hausse les épaules. “C'était un film terrible. Pour vous dire la vérité, je ne m'en souviens pas vraiment. Ce que j'ai dit dans le livre, je le maintiens jusqu'au jour de ma mort. S'ils prennent [le corps du pape] et effectuent tout type de test, ils trouveront toujours des traces du poison dans son corps."

Mais sa conception diffère du film «Les Affranchis» et du livre «Wiseguy» sur lequel il s'est basé.

Raimondi - un soutien des Colombos - affirme que le véritable cerveau du vol de la Lufthansa (78) était l'oeuvre du gangster juif Meyer Lansky, chef du Kasher Nostra et mentor de celui de Raimondi, affirme-t-il. «Je l’ai d’abord brieffé sur ce plan lors d’un voyage chez lui à Miami», écrit-il.


Un autre des cousins ​​de Raimondi était un ami du gangster Burke, qui aurait reçu des informations sur le fait que beaucoup d’argent passerait par l’aéroport JFK.

Mais lorsque les informations ont circulé dans la hiérarchie Lucchese , la famille n'a pas été en mesure de "comprendre comment conclure cet accord", écrit Raimondi. Il a donc convaincu Lansky de venir à New York pour orchestrer ce coup spectaculaire.

«Tout était si bien planifié», écrit-il. «Meyer avait réglé un timing pour tout. Tout le monde avait un travail précis à faire. "

En fin de compte, Raimondi affirme que le gang s’en est sorti avec beaucoup plus d’argent qu’on ne le pensait: environ 45 millions de dollars, y compris de l’argent, des bijoux et 35 millions de dollars d’obligations au porteur que Lansky aurait volés avant d’être expédiés à New York, indique le livre.

Raimondi a caché les bons chez son père, après quoi Meyer les a clôturés à "85 cents le dollar", écrit-il, et le butin s'est répandu autour des cinq familles du crime organisé dans un club social à Brooklyn sur Cortelyou Road.

«Nous avons passé des heures à compter l'argent et à donner à chacun sa part», écrit Raimondi. «Les patrons sont venus de toutes les familles personnellement. Ils gagnaient des millions.»

Tout le monde a été averti de faire profil bas et de ne pas faire d’achats extravagants. Mais plusieurs ne l'ont pas fait et ont été systématiquement éliminés écrit Raimondi.

Michael Vecchione, un ancien procureur du bureau du procureur de Brooklyn qui s'est attaqué à des malfaiteurs de la famille Colombo et qui a écrit trois livres sur la lutte contre la criminalité semble sceptique. «Je me souviens du nom de Raimondi, mais je n'ai jamais entendu parler du fait que Meyer Lansky ait été impliqué dans le vol de la Lufthansa», a-t-il déclaré. "Mais il n'y a aucun moyen de vérifier ce que dit ce gars."


Quant à l'auteur, il affirme avoir réussi à éviter les poursuites pendant des années, parce que son équipe et lui-même avaient versé des millions de dollars provenant de ses clubs au maire Ed Koch.

"Nous avions des casinos illégaux, Koch a reçu sa part et nous n'avons jamais eu de problème avec la loi", écrit-il. "Je prenais le colis pour Bess et l'apportais chez [un ami], où elle venait le chercher. Je le mettais dans un sac de toile ordinaire et elle le mettait dans son porte-documents".

Raimondi, membre farouchement fidèle de la famille Colomobo surnommé Pluto, a également une histoire personnelle fascinante, car il a eu des contacts réguliers avec des personnalités connues du monde des gangs mafieux telles que Carmine Galante, Allie Boy Persico et Joe Colombo.

Il affirme avoir évité de passer sa vie dans une prison fédérale pour un meurtre commis à Brooklyn alors qu'il était adolescent car l'armée l'a recruté pour devenir un tireur d'élite pendant la guerre du Vietnam.

Selon Raimondi, son travail consistait à passer derrière les lignes ennemies au Cambodge et à assassiner des combattants nord-vietnamiens, ce qu'il a fait sans pitié.

Il serait rentré aux États-Unis avec un casier judiciaire vierge et se serait lancé dans le monde de la mafia, bénéficiant de l'aide de Lansky, qui, écrit Raimondi, «m'a appris tant de façons différentes de secouer un type. Il m'a aussi appris de nombreuses façons de tuer, parce que Meyer était mortel. Ne laissez personne vous tromper à ce sujet: Meyer a tué beaucoup d'hommes à l'époque."

Raimondi, qui lutte maintenant contre le cancer et vit à Brooklyn, a déclaré qu'il avait décidé de mourir et de raconter son histoire parce que «je n'ai plus besoin de ces conneries».

«Tous les anciens ont soit été emprisonnés, soit sont morts, soit sont entrés dans la protection des témoins», a-t-il déclaré au journal.

«Les nouveaux gars n'ont pas fait les choses à l'ancienne. J'ai dit, tu sais quoi, il est temps de partir.»

Liens connexes:











Source: NY Post

Traduction: Fawkes News



8 commentaires:

  1. Très intéressant. Merci.
    En complément : "Le pape doit mourir : Enquête sur la mort suspecte de Jean-Paul Ier" de David Yallop.
    Et du même auteur, l'ancienne édition (1986) "Au nom de Dieu" se trouve facilement sur la toile (histoireebook ou b-ok.xyz).

    RépondreSupprimer
  2. Que Jean-Paul 1er ait été assassiné je n'en doute pas. Quant aux modalités, peut-être que Raimondi dit la vérité, surtout s'il est en fin de vie.
    Markintus est mort aux E.U. sans être inquiété.
    Sur l'IOR :
    https://www.lepoint.fr/monde/vatican-l-ior-banque-de-tous-les-scandales-29-06-2013-1687274_24.php

    RépondreSupprimer
  3. On oublie ici le cardinal Villot qui dût être un élément important dans le complot engagé contre Jean-Paul I. Il a dû découvrir dans la chambre du pape, des signes évidents indiquant que le pape avait été empoisonné. Car pourquoi y est-il allé faire le ménage ? Pourquoi aussi son refus catégorique à toute autopsie ?

    D’autre part, le sergent Raggin rencontra l’évêque Paul Marcinkus, dans la cour, proche de la Banque du Vatican. A sept heures moins le quart. Or le président de cette banque habite à la Villa Stritch, via della Nocetta à Rome, à 20 minutes de voiture du Vatican. N’étant pas un lève tôt, que faisait-il exceptionnellement au Vatican, de si bonne heure ? Mystère. Empochant ainsi le médicament, les feuilles qui contenaient toutes les modifications de postes au Vatican, les lunettes, les pantoufles du pape (avaient-elles été maculées de vomissures compromettantes ?), le testament qui était normalement posé sur un des tiroirs de son bureau… Aucun de ces objets, n‘a jamais été retrouvé.

    Curieusement, toutes ces questions n’empêchèrent pas le cardinal Villot d’être maintenu par Jean-Paul II, au poste le plus important du Vatican, celui de secrétaire d’Etat. A sa mort, 6 mois après, Jean-Paul II le remplacera par le cardinal Agostino Casaroli, ministre des Affaires étrangères. Un cardinal qui avait reçu pour mission de Jean XXIII, d’ouvrir les portes de l’Eglise aux communistes, par l’Ostpolitik, c’est-à-dire le sacrifice éhonté de l’Eglise du silence ! Quand Gorbatchev arriva au pouvoir, il lui transmit la liste complète des prêtres et évêques catholiques clandestins d’Ukraine, sous prétexte de réconciliation.

    La vie de pape n’est manifestement pas de tout repos : Il est en première ligne, soumis à des pressions incessantes. Dès le début, au sein même d’un Conclave, des influences obscures cherchent des voix auprès des Cardinaux. Et ce n’est un secret pour personne, nombre d’entre eux, font partie d’une « Loge Spéciale », directement en relation avec le Grand Orient et le Grand Maître d’Italie. Une autre coiffant le tout, est très influente, celle du B’nai B’rith (des fils de l’Alliance), la première organisation juive mondiale, fondée en 1843 aux USA. Ainsi en 1963, pendant le Conclave, un cardinal sortit de la chapelle Sixtine, rencontra les représentants du B’naï B’rith, leur annonça l’élection du cardinal Siri. Ils répondirent en lui disant que les persécutions contre l’Eglise reprendraient de suite. Retournant au conclave, on fit alors élire Montini (Paul VI). Malachi Martin, qui avait été secrétaire du cardinal Bea, raconta en 1996, donc une trentaine d’années plus tard, qu’il avait bien du traduire un message destiné au cardinal Siri, lequel contenait exactement cette phrase: « Si vous acceptez le pontificat nous engageons des représailles contre votre famille. » Il expliqua comment le refus du cardinal Siri s’était passé: “Après avoir été élu Pape et avoir lu un papier qui venait de lui parvenir, dans une enveloppe, par le rang des cardinaux, l’un des trois cardinaux présidant le Conclave s’approche pour lui demander selon les paroles consacrées s’il accepte d’être pape. A ce moment-là, Siri se dresse raide comme un bâton et prononce les phrases latines de refus sur un ton impersonnel et froid comme s’il était contraint. La raison qu’il donne de son refus est ‘propter metum’, c’est-à-dire ‘à cause de la peur’”.

    On se souvient des paroles de Benoit XVI au lendemain de son élection : "Priez pour moi, afin que je ne me dérobe pas, par peur, devant les loups".
    https://fr.zenit.org/articles/benoit-xvi-un-pape-qui-ne-se-derobe-pas-devant-les-loups/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les dossiers sur l’œcuménisme et le Judaïsme ont bien été poussé par ces loges. Qui a demandé de falsifier l’histoire, en rejetant la culpabilité du peuple juif dans la crucifixion, pour la mettre sur le dos de l’humanité entière ? Sinon eux, avec l’aide du cardinal Bea ! « Si cela était accepté par le Concile, déclarait le Conseil International du B’naï B’rith, les communautés juives étudieraient le moyen de coopérer avec les autorités de l’Eglise. » Ce chantage indigne, n’aurait jamais dû être accepté. Et ces loges auraient dû continuer à être interdites ! Dans l’encyclique “Humanum genus” Léon XIII prévenait déjà le monde : “La Franc-Maçonnerie n’est pas autre chose, tout au moins dans les hauts grades, que la religion occulte de Satan”.

      Cela rejoint tout à fait les déclarations faites par Stéphane Blet ! Serge Abad-Gallardo, qui a passé 24 ans au sein d’une des obédiences les plus importantes de France, celle du Droit Humain, émanation du Grand Orient de France, déclarait en mai 2015 :

      « La franc-maçonnerie croit en sa propre « utopie ». Autrement dit, tout ce qui est possible à un être humain, peut et doit lui être permis. La morale découle du pacte social et pas de la loi naturelle voulue par Dieu. Sans enfer ni paradis, sans jugement dernier ni rédemption, il n’y a pas d’autre mode de vie possible que l’hédonisme : le plaisir et le bonheur en cette vie sont l’unique but à poursuivre. Le Salut éternel n’existe pas, il faut jouir de la vie présente. La franc-maçonnerie conspire, dès lors, contre toute façon de penser qui ne serait pas la sienne et ne suivrait pas cet objectif. »

      Le techno-nihilisme désigne l’idéologie au pouvoir aujourd’hui. Le Pape Benoît XVI l'avait dénoncé en 2005 en tant que « dictature du relativisme ». En fait, le programme idéologique de cette dictature est nihiliste parce qu’il proclame que la vie n’a ni sens ni cause, mais que seule la satisfaction des désirs est la réalité. Il est technocratique, puisqu’il assigne à la technique la mission de faire advenir cette réalité, quelle qu’en soit le prix. Le techno-nihilisme a définitivement chassé les questions de morale et de spiritualité du champ social où il exerce sa domination.
      http://www.chire.fr/I-Moyenne-21923-le-techno-nihilisme-edition-2016.net.jpg

      La ministre Taubira à l'époque ne s’en cachait pas : « il s’agit d’un changement de civilisation ayant pour but de détruire nos racines, notre identité sociétale, culturelle, morale, historique et religieuse. ». Elle ne fait que répéter ce que déjà Charles Hernu en son temps annonçait : « si notre monde devient un enfer, nous pourrons en être fiers car ce sera nous qui l’aurons créé. ».

      C'est la résurgence de l'homme-dieu de la tour de Babel ! Cette tour que l'Union européenne a même reconstruite :
      https://effondrements.files.wordpress.com/2013/04/parlement-europc3a9en.jpg
      en s'inspirant du tableau de Bruegel :
      https://effondrements.files.wordpress.com/2013/04/pieter_bruegel_the_elder_-_the_tower_of_babel.jpg

      Supprimer
  4. La haine des juifs envers les chrétiens est proverbiale !
    https://www.youtube.com/watch?v=SBkzfigHmyA

    On se souvient de la pièce de théâtre où on demandait à des enfants de jeter des excréments sur le visage du Christ ! Il est vrai que dans le Talmud, le Christ est en enfer entrain de bouillir dans une marmite d'excréments. Manuel Valls avait aimé la pièce ; il est vrai aussi qu'il avait juré une fidélité éternelle à Israël !
    https://www.youtube.com/watch?v=ABbZjKZvjno
    En tant que premier ministre, on pensait qu'il allait plutôt être fidèle à la France ! Comme quoi on peut se tromper ! Aujourd'hui il cherche à s'imposer en Catalogne, endroit où les juifs sont nombreux ! Ah Barcelone !
    https://www.youtube.com/watch?v=BtXiTV0ve_g

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une chose est sûre, les juifs ultra-orthodoxes n’aiment pas les chrétiens. Ce qui explique par exemple le renversement des croix érigées sur la vingtaine de tombes du cimetière du monastère catholique de Beit Jamal appartenant à la congrégation des Salésiens et situé non loin de Beit Shemesh, ville à forte proportion de ces juifs.
      https://i2.wp.com/www.contre-info.com/wp-content/uploads/2018/10/cimetiere-israel.jpg
      C’est la troisième fois que le cimetière est vandalisé depuis 1981.

      Supprimer
    2. Il n'y a pas que les juifs ! Le 18 octobre au soir par exemple, il y en avait un dans la basilique du Vatican avec un couteau :
      https://www.facebook.com/yann.sinclair.58/videos/1391508074332806/

      Supprimer
  5. Excellent le doc sur Lansky. A un moment, ça parle d'un assassin du gang qui ne tuait pas le jour de Shabbat mdr. Quelle hypocrisie.

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Affaire Epstein

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Archives du blog