vendredi 11 octobre 2019

Sœurs d'armes: le premier film de Fourest laminé par les critiques





"En guise de premier film, la journaliste sert un pudding indigeste, où la mièvrerie le dispute à l'invraisemblance."



"Pour ses débuts dans le cinéma, Caroline Fourest s’est lancée dans le film de guerre. Le résultat, Sœurs d’armes, se distingue de La Grande Vadrouille par son comique involoantaire."

"L’an dernier, Les Filles du soleil, d’Eva Husson, racontait la même histoire. Un ratage que Caroline Fourest sauve à sa manière en faisant pire. Le visionner l’aurait peut-être édifiée. D’autres films aussi, des classiques par exemple, qui lui auraient donné une idée de ce à quoi ressemble le cinéma. À vouloir tout (ré)inventer comme une grande, la vestale laïcarde signe un chef-d’œuvre de souverains poncifs."



" Sœurs d'armes vire régulièrement au contresens, ou à la sur-simplification. Malgré des antagonistes parfaitement infâmes, qui n’appellent pas exactement un traitement nuancé, l’écriture réussit l’exploit de paraître profondément injuste avec les troupes de DAESH. Une sorte de contre-performance et une tendance au simplisme navrant, qui feraient passer les nazis d’Inglourious Basterds pour des clowns d’hôpital un peu susceptibles. Ou le contraire."

"En témoigne cette ultime demi-heure, où Caroline Fourest rejoue tous les gros clichetons du cinéma viriliste, comme si les assigner à des guerrières les renouvelait par magie. On assiste alors, mi-pétrifié, mi-sidéré, mais hilare, à une déferlante de sacrifices au ralenti, de grognements assénés au tempo des douilles brûlant les deltoïdes contractés de nos walkyries de supermarché."

 Résumé: "Sœurs d'armes est un Pensum simpliste et indigeste quand il traite des combattantes kurdes [qui] se transforme progressivement en un réjouissant nanar de l'espace, que ne renierait pas Chuck Norris entre deux injections d'hormones de grizzly".


"La polémiste Caroline Fourest tente de rendre hommage aux combattantes kurdes dans un film de fiction équivoque et embarrassant », ajoutant qu'elle « assume de dérouler avec Sœurs d'armes le tapis rouge d'une catharsis compassionnelle de chaque instant, quitte à respirer l'air vicié du film de propagande, où les conflits les plus complexes trouvent une représentation résolument binaire, filmée-jouée-montée au bazooka, afin que la revanche ainsi mimée ressemble à la justice des faibles contre les bourreaux."



"Sœurs d’armes" alterne les séquences de pathos et de refrain va-t-en-guerre (…) De lourdeurs théoriques (…) en scènes d’action aux allures de spot publicitaire (une course-poursuite tonitruante dans le désert), le discours vertueux finit par se fissurer au profit d’une spectacularisation balourde de la violence.


"Si le sujet est indispensable – on ne rappelle et salue jamais assez le courage de ces femmes –, le film est dispensable, tant il cède à un pathos prévisible, qui englue le drame dans la guimauve. Ces héroïnes martyres sont écrasées par les clichés, et le souffle épique n’est en fin de compte qu’un petit vent sec."


"Rien ne nous est épargné dans ce récit ultra-démonstratif qui se veut féministe mais aligne rapidement tous les clichés des films de garçons à gros bras au point de déraper dans la complaisance, accentuée par l’utilisation pompière du ralenti et de la musique."


"Mettre en avant le courage de femmes qui se battent pour la liberté, dénoncer les violences dont elles sont victimes au nom d’une lecture extrémiste de la religion musulmane part d’une bonne intention. Seulement, la vision naïve, le traitement manichéen et l’hypocrisie du discours la rendent contre-productive et font de "Sœurs d’armes" un des films les plus mauvais et déplaisants de cette année."

Niveau spectateurs, sur Allociné, ce n'est pas mieux.




Curieusement, on trouve quand même 29 critiques ayant eu l'audace d'accorder 5 étoiles au film. Par contre, on constate que 21 au moins de ces comptes ont été créés il y a moins d'un mois, souvent ces derniers jours et la plupart n'ont fait qu'une ou deux critiques (pour faire illusion?) Les éloges répétés à l'attention de la mère Fourest en personne ont de quoi surprendre. Théoriquement, on note le film et non son réalisateur. On peut lire par exemple:

"...un très bon premier film de Caroline Fourest à voir d'urgence, à la gloire de ces femmes combattantes exceptionnelles qui ont su nous débarrasser de la barbarie de daesh / isis. Le format "film d'action" plaira aux plus jeunes. Mais cette œuvre, inspirée de faits réels, n'en est pas moins poignante, profondément touchante, puissamment exaltante. A ne pas louper dès sa sortie en salle mercredi."

On passe donc d'un des films les plus mauvais et déplaisants de cette année à une oeuvre "puissamment exaltante", rien que ça.

"Ce film est une très bonne surprise J'y suis allé sans beaucoup d'enthousiasme, pour Caroline Fourest (que j'aime beaucoup comme journaliste), mais aussi en craignant Caroline Fourest et un premier film que j'appréhendais "intello". Finalement pour un premier film c'est un vrai coup de maître, documenté, abordable et à l'inverse des films plébiscités par Télérama et Libération (cf. leurs critiques du film), avec une mise en scène rythmée qui cible un grand public pour vulgariser une cause méconnue. Bravo Catherine Fourest, continuez dans cette voie !"

Critique d'un compte créé hier:

"Excellent film de Caroline Fourest plein d'humanité et d'émotion qui nous fait découvrir le courage et la souffrance des femmes face à la bête immonde."

"Très bon film écrit par Caroline Fourest ! C'est beau et touchant ! "Sœurs d'armes" est un film explosif, spectateur et émouvant !"

Compte créé aujourd'hui:

"Je sors du film, bouleversé. Un film intense, nécessaire, qui nous remet à la page de ce qu'il s'est passé, se passe et se passera encore là bas, à notre porte. Les comédiennes sont excellentes, le scénario est limpide comme l'est l'engagement de ces filles, et de Caroline Fourest, que l'on ne peut que saluer pour ce premier film coup de poing. Bravo!".

Cet enthousiasme exalté semble pour le moins suspect tant il contraste avec les autres critiques.

Enfin, le film a été également vivement critiqué par des vétérans kurdes qui accusent Fourest de travestir la réalité et vouloir refaire la guerre à son image.



Mais rassurez-vous, BHL lui a adoré (le contraire aurait été étonnant).

Publié par Fawkes News


6 commentaires:

  1. C'est qu'elle s'en prend plein la tronche Foufou mouahahah. Je dois dire que certains journaleux sont assez doués pour tailler des costards sur mesure, c'est assez jouissif à lire. Pourtant, des meufs qui éclatent la tronche des mecs, c'était un thème au poil pour elle mais son manque de talent à fait tout foirer comme d'hab. Même si on me paye je vais pas le voir celui là. C'était tout vu dès que j'ai vu son nom sur l'affiche ;)

    RépondreSupprimer
  2. Purée encore elle.... La femme sans bouche a encore frappée et son ami BHL à la rescousse.. Trop drôle, décidément, ses deux idiots dépensent allègrement l'argent du contribuable sans vergogne, alors que de vrais talents n'auront jamais la moitié qu'on leur allouent !

    Akasha.

    RépondreSupprimer
  3. Encore BHL, l'homme qui s'y connait en navets :
    https://www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/bhl-a-l-heure-de-l-anschluss-ottoman-du-kurdistan-syrien-les-soeurs-d-armes-de-caroline-fourest-08-10-2019-2340105_69.php

    L'instrumentalisation des Kurdes, c'est bon pourquoi/qui ?

    RépondreSupprimer
  4. En tant que lesbienne, on aurait pu penser qu'elle allait faire un film avec amour sur ces "soeurs d'armes" ! En fait son régistre est celui de l'air du temps : manipulation, propagande, féministe etc.... du satanisme à l'état pure.

    Elle rejoint effectivement dans ce combat BHL. Pourquoi donc a-t-il poussé, alors qu'il n'était pas ministre, Sarkozy, puis Hollande, a attaquer la Libye, puis la Syrie ? Une Syrie francophile qui accueillait extrêmement bien les touristes de l'hexagone. Mais voilà, il était du clan des neo-conservateurs américains, de ces juifs trotskistes qui souhaitent mettre en place un gouvernement mondial régi par leur finance. On retrouve là "l'Aurore Rouge" :
    "On se servira des forces militaires des Etats-Nations pour soumettre les pays récalcitrants à notre volonté."


    Il faut aller voir la photo bidonnée de lui,
    https://www.dreuz.info/wp-content/uploads/BHL_big.jpeg
    entouré de soldats aux habits bien repassés et tenants des armes à bouchon pour balles à blanc, pour se poser de sérieuses questions sur sa mégalomanie maladive qui transparait dans son film cousu d’inexactitudes et de « moi je » :
    http://fr.web.img4.acsta.net/c_280_373/medias/nmedia/18/90/73/97/20121607.jpg
    Un remake en somme de son coup en Yougoslavie, que le « Canard enchaîné » avait publié, le montrant faisant semblant de se protéger alors qu’au dessus de lui, des passants se montraient sans aucune peur.
    https://effondrements.files.wordpress.com/2012/06/bhl2.jpg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème des prétendus progressistes, c'est leur coupure avec le réel. Le cinéma, extériorisation de ce qui est dans l'âme du réalisateur, ne pardonne pas: une âme creuse donne un film creux et bavard, démonstratif, lourd.
      Oui, Madame Fourrest a un très grave problème avec le réel. Mais je ne prétend pas apprendre quoi que soit à qui que ce soit sur cette question. Lire ces critiques a été en tout cas un plaisir. Le vent tourne. Bonne nouvelle. Il y a encore quelques mois, personne n'aurait osé dire ce qu'il ou elle pensait vraiment de ce film, maintenant c'est fait.

      Supprimer
  5. si BHL aime c'est quand même qu'il y'a une couille dans le potage, non ?
    pour Fourest rien que lire le nom me donne des boutons d'acné. à la rigueur allez le voir le film pour se prendre de bonnes barres de rire.
    Pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

MK-Ultra

Affaire Epstein

Lubrizol

False flag Douma

Réseau Pédophile de l'Elite

Conseils pour économiser

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Contre la désinformation

Archives du blog