dimanche 6 octobre 2019

Un ancien haut responsable des services de renseignements de l'armée israélienne confirme que Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell travaillaient pour Israël



Une récente interview accordée par un ancien haut responsable des services de renseignements militaires israéliens a affirmé que l'entreprise de chantage sexuel de Jeffrey Epstein était une opération de renseignement israélienne menée dans le but de piéger des individus et des politiciens puissants aux États-Unis et à l'étranger.
Depuis la mort apparente par suicide de Jeffrey Epstein dans une prison de Manhattan, beaucoup de choses ont été révélées sur ses activités dépravées et ses méthodes utilisées pour abuser sexuellement des mineures et piéger les riches et les puissants pour les faire chanter. Les liens d'Epstein avec le renseignement, décrits en détail dans une récente série d'enquêtes de MintPress, ont continué de faire l'objet d'une couverture médiatique minimale, qui est essentiellement passée du scandale d'Epstein au fait que ses nombreux complices demeurent en liberté.

Pour ceux qui ont examiné les liens d'Epstein avec le renseignement, il existe des liens évidents avec le renseignement étasunien et le renseignement israélien, ce qui laisse un peu de place au débat sur le pays le plus proche d'Epstein et le plus impliqué dans ses activités de chantage/trafic sexuel. Une récente interview accordée par un ancien haut responsable des services de renseignements militaires israéliens a affirmé que l'entreprise de chantage sexuel d'Epstein était une opération de renseignement israélienne visant à piéger des individus et des politiciens puissants aux États-Unis et à l'étranger.

Dans une interview accordée à Zev Shalev, ancien producteur exécutif de CBS News et journaliste d'investigation primé pour Narativ, Ari Ben-Menashe, ancien cadre supérieur de la Direction du renseignement militaire d'Israël, a affirmé non seulement avoir rencontré Jeffrey Epstein et sa présumée madame, Ghislaine Maxwell, dans les années 1980, mais que tant Epstein que Maxwell avaient déjà travaillé pour le renseignement israélien durant cette période.
 "Ils ont trouvé un créneau"

Dans une interview accordée la semaine dernière à la chaîne indépendante Narativ, Ben-Menashe, lui-même impliqué dans des ventes d'armes Iran-Contra, a déclaré à son interlocuteur Zev Shalev qu'il avait été présenté à Jeffrey Epstein par Robert Maxwell au milieu des années 1980 alors que l'implication de Maxwell et Ben-Menashe dans l'Iran-Contra était en cours. Ben-Menashe n'a pas précisé l'année de sa rencontre avec Epstein.

Ben-Menashe a dit à Shalev qu'"il[Maxwell] voulait que nous l'acceptions[Epstein] comme membre de notre groupe .....". Je ne nie pas que nous étions à l'époque un groupe composé de Nick Davies [rédacteur en chef au Daily Mirror détenu par Maxwell], de Maxwell, moi et notre équipe d'Israël, nous faisions ce que nous faisions." Les rapports antérieurs de Seymour Hersh et d'autres ont révélé que Maxwell, Davies et Ben-Menashe ont participé au transfert et à la vente d'équipement et d'armes militaires d'Israël à l'Iran au nom des services de renseignement israéliens pendant cette période.

Il a ensuite ajouté que Maxwell avait déclaré lors de l'introduction que "vos patrons israéliens ont déjà approuvé" Epstein. Shalev a noté plus tard que Maxwell " avait un vaste réseau en Israël à l'époque, qui comprenait le premier ministre de l'époque, Ariel Sharon, selon Ben-Menashe ".

Ben-Menashe a poursuivi en disant qu'il l'avait "rencontré[Epstein] plusieurs fois dans le bureau de Maxwell, c'était tout". Il a également dit qu'il ne savait pas si Epstein était impliqué dans des ventes d'armes pour quelqu'un d'autre à sa connaissance à l'époque, mais que Maxwell voulait impliquer Epstein dans le transfert d'armes dans lequel lui, Davies et Ben-Menashe étaient engagés pour le compte d'Israël.



Cependant, comme le rapporte MintPress dans la partie IV de la série d'enquêtes "Inside the Jeffrey Epstein Scandal : Too Big to Fail", Epstein a été impliqué avec plusieurs trafiquants d'armes pendant cette période, dont certains étaient directement impliqués dans des transactions d'armes Iran-Contra entre Israël et l'Iran. Par exemple, après avoir quitté Bear Stearns en 1981, Epstein a commencé à travailler dans le domaine de la finance parallèle en se décrivant comme un " chasseur de primes financières ", où il traquait et cachait de l'argent pour les gens puissants. L'un de ces puissants individus était Adnan Khashoggi, un marchand d'armes saoudien ayant des liens étroits avec les services de renseignements israéliens et étasuniens et l'un des principaux intermédiaires dans les transactions d'armes Iran-Contra entre Israël et l'Iran. Epstein nouera plus tard une relation d'affaires avec une société écran de la CIA impliquée dans un autre aspect d'Iran-Contra, la compagnie aérienne Southern Air Transport, au nom de la société de Leslie Wexner, The Limited.

Au cours de cette période, on sait également qu'Epstein a fait la connaissance du trafiquant d'armes britannique Sir Douglas Leese, qui a collaboré avec Khashoggi à au moins un trafic d'armes entre la Grande-Bretagne et les Saoudiens dans les années 1980. Leese présentera plus tard Epstein à Steven Hoffenberg, qualifiant Epstein de "génie" et décrivant son manque de morale durant cette introduction. Ainsi, il y a des indications qu'Epstein a été impliqué dans des transactions d'armes au Moyen-Orient, y compris certaines liées à l'Iran-Contra, au cours de cette période. En outre, Epstein prétendra plus tard (puis niera par la suite) avoir travaillé pour la CIA pendant cette période.
Après avoir été présenté à Epstein, Ben-Menashe a affirmé que ni lui ni Davies n'étaient impressionnés par Epstein et le considéraient comme "pas très compétent". Il a ajouté que Ghislaine Maxwell était "tombée amoureuse" d'Epstein et qu'il croyait que la relation romantique entre sa fille et Epstein avait amené Robert Maxwell à initier ce dernier dans "l'entreprise familiale", c'est-à-dire les rapports de Maxwell avec les services de renseignements israéliens. Cette information est très révélatrice, étant donné que le récit, du moins jusqu'à présent, était que Ghislaine Maxwell et Jeffrey Epstein ne se sont rencontrés et n'ont commencé leur relation qu'après la mort de Robert Maxwell en 1991, après quoi Ghislaine a déménagé à New York.
Ben-Menashe dit que bien après l'introduction, bien qu'encore une fois il ne précise pas en quelle année, Ghislaine Maxwell et Jeffrey Epstein ont commencé une opération de chantage sexuel dans le but d'extorquer des personnalités politiques et publiques étasuniennes au nom des renseignements militaires israéliens. Il a déclaré :

    "Dans ce cas-ci, ce qui s'est vraiment passé, d'après mon point de vue, c'est que ces types étaient considérés comme des agents. Ils n'étaient pas vraiment compétents pour faire grand-chose. Ils ont donc trouvé un créneau : faire chanter des personnalités politiques étasuniennes et autres."

Il a ensuite confirmé, lorsqu'on lui a demandé de le faire, qu'ils faisaient chanter des Étasuniens au nom des services de renseignements israéliens.

En réponse à sa déclaration, Zev Shalev a répondu : "Mais, vous savez, pour la plupart des gens, il leur est difficile de penser qu'Israël fait du chantage à leurs dirigeants aux États-Unis, c'est très..." et Ben-Menashe a interrompu et l'échange suivant a alors lieu :

Ari Ben-Menashe :  Vous plaisantez ? [rires]....... C'était tout à fait leur mode opératoire. Coucher à droite et à gauche n'est pas un crime, c'est peut-être embarrassant, mais ce n'est pas un crime, mais coucher avec des filles mineures est un crime.

Shalev : C'était aussi un crime en 2000, mais ils l'ont laissé tomber...

Ben-Menashe :  Et c'est pour cela qu'il[Epstein] s'est toujours assuré que ces filles étaient mineures.

De plus, lorsque Shalev a interrogé Ben-Menashe sur la relation entre Jeffrey Epstein et l'ancien premier ministre israélien Ehud Barak, Ben-Menashe a déclaré : "Après un certain temps, vous savez, ce que faisait Epstein était de recueillir des renseignements sur des personnes aux États-Unis. Donc, si vous voulez aller aux États-Unis, si vous êtes un politicien très en vue, vous voulez savoir ce que les gens pensent de vous." Ben-Menashe a par la suite déclaré que Barak obtenait des informations compromettantes (c'est-à-dire du chantage) qu'Epstein avait obtenues sur des gens puissants aux États-Unis.
PROMIS, sexe et chantage

Si Robert Maxwell a recruté Epstein et l'a fait entrer dans "l'entreprise familiale" et le monde du renseignement israélien, comme l'a prétendu Ben-Menashe, il fournit des preuves à l'appui des informations fournies à MintPress par un ancien agent du renseignement étasunien, qui a choisi de rester anonyme en raison du caractère sensible de la plainte.

Cette source, qui a connaissance directe de l'utilisation non autorisée de PROMIS pour soutenir des projets secrets de renseignement étasuniens et israéliens, a déclaré à MintPress qu'une partie du produit des ventes illicites de PROMIS avait été mise à la disposition de Jeffrey Epstein pour servir à compromettre les cibles du chantage politique. Comme on l'a fait remarquer dans une série d'articles de Mintpress sur le scandale Epstein, une grande partie du financement d'Epstein provenait également du milliardaire de l'Ohio Leslie Wexner, qui a documenté ses liens avec le crime organisé et les services de renseignements étasuniens et israéliens.

Après que le logiciel PROMIS ait été volé à son propriétaire et développeur légitime, Inslaw Inc. par collusion entre les autorités étasuniennes et israéliennes, il a été commercialisé principalement par deux hommes : Earl Brian, un proche collaborateur de Ronald Reagan, futur envoyé étasunien en Iran et ami proche du maître espion israélien Rafi Eitan, et Robert Maxwell. Brian a vendu le logiciel sur écoute par l'intermédiaire de sa société, Hadron Inc, tandis que Maxwell l'a vendu par l'intermédiaire d'une société israélienne qu'il a acquise, Degem. Avant et après l'acquisition de Degem par Maxwell, l'entreprise était une façade connue pour les opérations du Mossad et les agents du Mossad en Amérique latine se faisaient souvent passer pour des employés de Degem.

Avec Maxwell - le recruteur présumé d'Epstein et le père de la présumée madame d'Epstein - ayant été l'un des principaux vendeurs impliqués dans la vente du logiciel PROMIS pour le compte des renseignements, il aurait été dans une position clé pour fournir le chantage sexuel naissant d'Epstein avec les recettes de la vente de PROMIS.

Ce lien entre l'opération de chantage sexuel d'Epstein et le scandale du logiciel PROMIS est remarquable étant donné que l'utilisation illicite de PROMIS par les services de renseignements étasuniens et israéliens a été utilisée à des fins de chantage contre des personnalités publiques et des politiciens étasuniens, comme l'a décrit un récent rapport MintPress. 
Peut-on faire confiance à un ex-espion ?

Dans le monde de la tromperie et de l'intrigue qui définit les opérations de renseignement, il est souvent difficile de déterminer si un individu lié à un service de renseignement dit la vérité. En effet, aux États-Unis, il existe des exemples de responsables élus du renseignement qui commettent des parjure et mentent au Congrès à plusieurs reprises sans conséquences, et de responsables du renseignement qui transmettent des informations fausses et politiquement motivées à des agences dans les médias.

Les affirmations d'Ari Ben-Menashe concernant Epstein et les Maxwell sont-elles dignes de confiance ? En plus des renseignements susmentionnés, qui corroborent ses affirmations, un examen de la carrière de Ben-Menashe dans le domaine du renseignement donne à penser que c'est le cas.

Avant son arrestation en novembre 1989, Ben-Menashe était un officier de haut rang dans une unité spéciale des services de renseignements militaires israéliens. Il prétendra plus tard que son arrestation pour avoir tenté de vendre des armes de fabrication étasunienne à l'Iran était motivée par des raisons politiques, car il avait menacé de révéler ce que le gouvernement étasunien avait fait avec le logiciel PROMIS volé si les États-Unis ne cessaient de fournir des armes chimiques à l'Irak de Saddam Hussein. Ben-Menashe a par la suite été acquitté lorsqu'un tribunal étasunien a déterminé que sa participation à la tentative de vente de matériel militaire à l'Iran avait été faite au nom de l'État israélien.

Après son arrestation, Ben-Menashe a reçu la visite en prison de Robert Parry, l'ancien collaborateur de Newsweek et journaliste de l'Associated Press, qui a ensuite fondé et dirigé Consortium News jusqu'à son décès l'an dernier. Parry se souvient que, lors de cet entretien, "Ben-Menashe m'a offert de nouvelles informations surprenantes sur le scandale Iran-Contra, que je pensais connaître assez bien."

Le gouvernement israélien a immédiatement commencé à attaquer la crédibilité de Ben-Menashe après son entrevue avec Parry et a affirmé que Ben-Menashe n'avait jamais travaillé pour les services secrets israéliens. Lorsque Parry a rapidement trouvé la preuve que Ben-Menashe avait effectivement servi dans les services de renseignements militaires israéliens, le gouvernement israélien a alors été forcé d'admettre qu'il avait travaillé pour les services de renseignements militaires, mais seulement comme "traducteur de bas niveau". Pourtant, la documentation que Parry a découverte décrit Ben-Menashe comme ayant occupé des "postes clés" et effectué des "missions complexes et sensibles".

Un an plus tard, Ben-Menashe sera interviewé par un autre journaliste, Seymour Hersh. C'est Ben-Menashe qui, pour la première fois, révélera à Hersh des secrets sur le programme nucléaire israélien et le fait que le magnat des médias britanniques Robert Maxwell était un espion israélien, révélations que Hersh non seulement corroborerait indépendamment mais inclura dans son livre The Samson Option : L'arsenal nucléaire israélien et la politique étrangère étasunienne

Hersh a ensuite été poursuivi en diffamation par Robert Maxwell et le Mirror Group, propriété de Maxwell. L'affaire a par la suite été réglée en faveur de Hersh, car les affirmations de Hersh étaient vraies et non diffamatoires. En conséquence, le Mirror Group a payé Hersh en dommages-intérêts, a couvert ses frais juridiques et lui a présenté des excuses officielles.

Après les entretiens de Ben-Menashe avec Hersh et Parry, le gouvernement israélien s'est apparemment suffisamment inquiété de ce que Ben-Menashe dirait aux enquêteurs du Congrès pour tenter de le kidnapper et de le ramener en Israël pour faire face aux accusations portées contre lui par l'État, tout comme les renseignements israéliens l'avaient fait contre Mordechai Vanunu, le lanceur d'alerte des armes nucléaires en Israël. Le plan a été déjoué en grande partie grâce à Parry.

Parry, qui a publié de nombreux articles clés sur le scandale Iran-Contra dans les années 1980 et au-delà, a été mis au courant par une source de renseignements étasunien d'un projet conjoint américano-israélien visant à refuser à Ben-Menashe l'entrée aux États-Unis lors de son voyage prévu pour témoigner au Congrès. Selon le plan, Ben-Menashe se verrait refuser l'entrée aux États-Unis à Los Angeles et serait ensuite déporté en Israël, où il aurait été jugé pour "divulgation de secrets d'État". Parry a appelé Ben-Menashe et l'a convaincu de retarder son vol jusqu'à ce qu'il obtienne une garantie de sécurité du gouvernement étasunien.
Ben-Menashe a ensuite fait une déclaration sous serment devant la Commission judiciaire de la Chambre des représentants qui s'est surtout concentrée sur la collusion israélo-étasunienne concernant le vol et la création d'une "porte dérobée" dans le logiciel PROMIS. Ben-Menashe a offert de citer des noms et de fournir des preuves corroborantes à l'appui de plusieurs de ses affirmations si le comité lui offrait l'immunité (comité qui, pour une raison quelconque, a refusé cette demande.)

Avant la conclusion du procès en "diffamation" de Hersh, qui allait plus tard confirmer la véracité des affirmations de Ben-Menashe concernant les activités du Mossad de Robert Maxwell, la presse étasunienne a fait un effort concerté pour minimiser la crédibilité de Ben-Menashe. Par exemple, Newsweek - dans un article sur Ben-Menashe intitulé "One Man, Many Tales" - a affirmé que "des incohérences peuvent saper le témoignage de Ben-Menashe dans les procédures judiciaires britanniques", citant des incohérences provenant de sources du gouvernement israélien et des services de renseignements israéliens ainsi que de l'ex-femme de Ben-Menashe et du journaliste israélien Shmuel (ou Samuel) Segev, un ex-colonel des FDI. Il va sans dire que ces sources avaient beaucoup à gagner de tout effort visant à discréditer les affirmations de Ben-Menashe.

Selon Parry, cette campagne médiatique, qui employait des journalistes étasuniens ayant des liens étroits avec le gouvernement israélien et les agences de renseignement, a été très fructueuse "pour marginaliser Ben-Menashe en 1993, du moins aux yeux de l'establishment de Washington". Après une campagne médiatique de plusieurs années pour discréditer Ben-Menashe, "les Israéliens semblaient le considérer comme une menace en déclin, qu'il valait mieux laisser tranquille. Il a pu rebondir, créant un second acte en tant que consultant politique international et homme d'affaires organisant la vente de céréales."

 L'effort de marginalisation de Ben-Menashe s'est poursuivi au cours des dernières années, les grands médias le décrivant toujours comme un "ex-espion israélien autoproclamé " - malgré le fait bien documenté que Ben-Menashe travaillait pour les services de renseignements israéliens - comme un moyen de minimiser ses prétentions concernant son passé dans les services de renseignements israéliens.

Après la conclusion du procès en diffamation de Hersh, Ben-Menashe est devenu un consultant politique international qui "a entouré ses activités commerciales lointaines de secret et s'est impliqué avec des personnalités internationales controversées, telles que le dirigeant du Zimbabwe Robert Mugabe", et "a mené ses activités de consultant international... dans une grande variété de points chauds mondiaux, y compris des zones de conflit ", selon Parry. Outre Mugabe, Ben-Menashe s'est récemment fait critiquer pour son travail de consultant au nom de la junte militaire soudanaise et du politicien de l'opposition vénézuélienne Henri Falcón.

Ben-Menashe a également entretenu des liens avec plusieurs services de renseignement et a fini par devenir un lanceur d'alerte controversé dont les renseignements ont mené à l'arrestation de l'ancien chef du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité du Canada, Arthur Porter.

En ce qui concerne son caractère, Parry a noté que Ben-Menashe pouvait souvent être "son pire ennemi" et que, même si Parry considérait ses informations concernant Iran-Contra et PROMIS comme fiables et notait qu'elles avaient été corroborées en grande partie par la suite, il "aggravait souvent son problème médiatique en traitant les journalistes de manière autoritaire, soit en raison de ses soupçons à leur égard ou de son arrogance".

Bill Hamilton, développeur original du logiciel PROMIS et directeur d'Inslaw Inc. a également trouvé crédibles les affirmations de Ben-Menashe concernant l'utilisation illicite de PROMIS par les agences de renseignement étasuniennes et israéliennes, bien qu'il ait exprimé des doutes sur le caractère de Ben-Menashe.
Hamilton a déclaré à MintPress ce qui suit au sujet de Ben-Menashe :

    Ari Ben Menashe a été la première source à nous donner des informations fiables sur le rôle de Rafi Eitan et des services de renseignements israéliens vis-à-vis de PROMIS mais, en fin de compte, bien sûr, c'était un type de services clandestins dont les fonctions officielles incluent la capacité et la volonté de mentir, de tricher et de voler.

Une menace ravivée

Bien que Ben-Menashe ait pu être considéré comme une "menace décroissante" après le début des années 1990, ses plans de rencontrer Robert Parry de Consortium News des années plus tard en 2012 pour discuter de l'Iran-Contra et d'autres transactions secrètes des années 1980 semblent avoir changé cela. Juste avant de se rendre du Canada aux États-Unis pour rencontrer Parry et " enfin prouver "la véracité de ses affirmations passées, une bombe incendiaire a été lancée dans sa maison de Montréal, la détruisant.
Ari Ben-Menashe examine les dégâts causés à sa maison après qu'elle ait été mystérieusement incendiée. Photos | Robert Parry
Bien que les médias canadiens aient qualifié l'engin incendiaire de " cocktail molotov ", Consortium News a rapporté que " l'évaluation initiale de l'escouade de lutte contre les incendies criminels est que l'agent inflammable était au-delà du type d'accélérant utilisé par les criminels ordinaires ", ce qui a mené à la spéculation que l'accélérant était de qualité militaire.

S'il n'y avait pas eu la bombe, dont la police canadienne n'a pas réussi à déterminer l'origine, Ben-Menashe se serait rendu aux États-Unis en compagnie d'un "haut responsable des services de renseignements israéliens " pour être interviewé par Parry. Selon Parry, l'autre personne liée aux services de renseignement a conclu que l'attaque avait été conçue comme un message des autorités israéliennes visant à garder le silence sur les événements historiques dont il était censé parler.

Bien que ni Ben-Menashe ni Parry n'aient directement blâmé le gouvernement israélien pour la destruction de la maison de Ben-Menashe, Parry a noté que l'attentat a réussi à "intimider Ben-Menashe, à empêcher l'autre vétéran du renseignement de révéler de nouvelles fautes commises par Israël et à détruire les dossiers qui auraient aidé Ben-Menashe à prouver ses déclarations".

Alors que les associations post-intelligence de Ben-Menashe avec des gouvernements et des individus controversés aient largement alimenté la campagne médiatique toujours florissante pour discréditer ses affirmations sur les opérations secrètes américano-israéliennes dans les années 1980, des indications troublantes demeurent que le gouvernement israélien considère ses informations sur des événements séculaires comme une menace.

Aujourd'hui, grâce aux efforts considérables déployés par de puissants Étasuniens et Israéliens pour se distancier de Jeffrey Epstein et d'autres personnalités associées à sa dépravée opération de trafic sexuel, Ben-Menashe pourrait bientôt retrouver sa réputation - et peut-être davantage - sous le feu des critiques.

* Whitney Webb est une journaliste de MintPress News basée au Chili. Elle a contribué à plusieurs médias indépendants, notamment Global Research, EcoWatch, le Ron Paul Institute et 21st Century Wire. Elle a fait plusieurs apparitions à la radio et à la télévision et a remporté le Prix Serena Shim 2019 pour l'intégrité sans compromis dans le journalisme.

Lien connexe:

Jeffrey Epstein servait de maître chanteur pour le Mossad et la CIA


Sources: Mintpressnews / Narativ
Traduction: SLT

12 commentaires:

  1. De mon point de vue, un espion parlant d un possible espion n est que blabla. Rien ne pourra vraiment acréditer ces dires. Ce monde là ne vit que dans la manipulation et le mensonge. Qui peut dire que ces alégations, (peut etre vraies) ne servent pas un autre plan un autre dessein?
    JE suis toujours extremement méfiant qu'un espion se mette à table de cette façon; à "visage découvert". Ca ressenble beaucoup à une enieme manip, Epstein peut encore servir même mort (s'il l'est vraiment)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme 06/10 02:20

      Peut-être avez-vous raison ou partiellement raison. La mise en avant de ses liens vaguement prouvables avec le mossad, s'ils sont avérés, ne changera pas grand-chose à la donne. Tout au plus cela nécessitera quelques ajustements. Une claque sur le bec de l'AIPAC et vogue la galère. Dans ce milieu tout le monde espionne tout le monde.

      Intuitivement, ce qui ne vaut pas grand-chose au regard du factuel, je dirais qu'il y a une seule chose dont les médias au service du pouvoir ne parlent jamais, comme si cela n'existait pas : la pédophilie sacrificielle satanique. Je pressens que l'affaire Epstein recèle la pire des obédiences.
      Son temple sur son île n'est pas un caprice architecturale.

      Supprimer
    2. Cet article ne fait que confirmer ce qui avait déjà été évoqué précédemment par une autre source:

      https://www.fawkes-news.com/2019/07/explosif-jeffrey-epstein-est-un-maitre.html

      Donc ce témoignage (vu le passé de lanceur d'alerte de Ben-Menashe) semble crédible. En sachant la valeur qu'avait Epstein pour ses employeurs, cela ne fait que renforcer la thèse selon laquelle il ne s'est pas suicidé.

      Supprimer
    3. J'entends bien Guy.
      Etant donné la religion d'Epstein et tous ceux qui l'entourent, le mossad est une évidence. Les preuves seront floutées, comme pour le père Maxwell, mort "accidentellement". Personne ne pouvait l'ignorer. C'est à qui harponnera le mieux.
      Quant au "suicide" d'Epstein, c'est une foutaise.

      Mon propos n'a pas été suffisamment explicite.
      Ce que je voulais apporter au débat est que l'accusation de mossadisme d'Epstein est un moindre mal. Mon sentiment (ça vaut ce que ça vaut) est que cela dissimule un Mal bien plus grand : le sacrifice à Moloch.

      J'espère que cette fois-ci mon propos aura été plus clair.
      Je ne nie pas l'appartenance au mossad mais cela sert d'écran au pire.

      Supprimer
    4. On voit bien que Moloch est présent partout. Rien qu'aujourd'hui, pourquoi plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilé dans la rue ? Pour stopper une chose satanique : empêcher qu'un enfant en naissant soit volontairement sans un père ou sans une mère !
      https://effondrements.wordpress.com/2013/05/21/le-26-mai-reveil-du-peuple-francais-contre-lelite-mondialiste-et-ses-vices/comment-page-4/#comment-46600

      Deux témoignages pourtant de députés LREM :
      https://www.youtube.com/watch?v=TY8QyOGBoCM
      https://www.youtube.com/watch?v=07wLHy__FZI

      Et qu'est-il arrivé à Agnes Thill ? On l'a mise à la porte du parti ! Simplement parce qu'elle ne suivait pas le satanisme des autres. Vincent Thiébaut risque lui aussi d'être éjecté. C'est çà la France d'aujourd'hui ! Celle pourtant choisie démocratiquement par les Français lors des résidentiels et dernièrement en votant pour l'U.E. (à l'origine de la théorie du genre et de la marchandisation du corps humain).

      Supprimer
    5. @Ma et @guy
      Cest bien le sens de mon propos,ne tente t on pas de détourner l'attetion vers le len des services secrts quels qu ils soient pour ne pas parler des motivations réelles qui ont fait actionner Epstein?
      on vous explique que le gars était piloté par le mossad la cia, donc circulez il n y a okus rien à voir puisque c est "secret" et qu'i e s'agissait que de faire chanter des vialins politiques.
      comme dirait Mulder (humour) la vérité est ailleurs.

      Supprimer
  2. Ann Lewis, la conseillère d’Hillary Clinton, ne confiait-elle pas que «Le rôle du Président des USA est de soutenir les décisions qui ont été prises par le peuple Israël » ? Et Ariel Sharon (ancien premier ministre) ne disait-il pas un peu la même chose le 3 octobre 2001 « Nous, le peuple juif, contrôlons l’Amérique. Et les Américains le savent. »

    Cynthia McKinney, dévoilait comment ce contrôle se faisait auprès des élus américains au moyen du serment de l’AIPAC :
    http://www.dailymotion.com/video/xj3kql_cynthia-mckinney-sur-le-serment-de-l-aipac-s-t_news#from=embed

    Cela n’empêcha pas Benjamin Netanyahu d’avouer ce qu’il pensait des chrétiens sionistes ! « De la racaille. Mais ne leur dite pas, nous avons besoin de tous les idiots utiles en ce moment ».

    « Vous savez très bien, et les Américains stupides le savent tout aussi bien, que nous contrôlons leur gouvernement, indépendamment de qui est assis à la Maison Blanche. Tu vois, je le sais et vous le savez qu’aucun président américain est en mesure de nous contrer.. Que peuvent-ils (les Américains) nous faire? Nous contrôlons le congrès, nous contrôlons les médias, nous contrôlons le show-biz, bref nous contrôlons tout en Amérique. On peut critiquer Dieu, mais vous ne pouvez pas critiquer Israël … » porte-parole israélien, Tzipora Menache

    Certains remarquent toutefois que leurs mensonges dans les médias sont de plus en plus découverts et qu’ils pourraient perdre la guerre de l’info ( Hillary Clinton) :
    http://www.dailymotion.com/video/xparns_alex-jones-nous-gagnons-la-guerre-de-l-info-infowars-com-prisonplanet-tv-v-o-s-t-fr_news

    Comme l'explique Arnaud ici, à la tête de ce gouvernement mondial en cours, un remake du royaume de Salomon :
    https://effondrements.wordpress.com/2012/06/02/les-trompettes-de-lapocalypse-ne-resonnent-elles-pas-deja/comment-page-2/#comment-45437

    2 Chroniques 9:22 : « Le roi Salomon fut plus grand que tous les rois de la terre par les richesses.

    Pas étonnant qu'Attali rêve d'une capitale mondiale à Jérusalem.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que nous apprennent les événements. D’abord on fait exprès de réunir à nouveau les banques de dépôts avec les banques d'investissements (dites aussi casinos. Le danger, s'il y a une faillite, les contribuables sont obligés de les renflouer pour sauver les dépôts. ensuite, on laisse s'endetter les pays petit à petit, sans jamais chercher à rembourser. La France par exemple a une dette de 100% de son PIB. D'autres pays c'est pire ! Mais qui est l'heureux gagnant dans cette histoire ? Le Salomon moderne qui ne rêve que d'une chose : gouverner le monde. Comment ? En organisant un grand chaos, pour jouer ensuite au sauveur.

      Supprimer
    2. Et pour faire taire les récalcitrants, rien de mieux que de supprimer les espèces. A Hong Kong par exemple, l'état chinois envisage avec "l'Etat d’urgence" déclaré, de saisir officiellement les comptes bancaires.
      https://www.businessbourse.com/2019/10/06/fabrice-drouin-ristori-etat-durgence-declare-a-hong-kong-les-comptes-bancaires-peuvent-officiellement-etre-saisis/

      Et pour obliger les gens à n'écouter que les médias mainstream du Nouvel Ordre Mondial, les eurodéputés ont décidé la création d’une taxe sur les liens hypertextes à partir du 24 octobre.
      https://www.lepoint.fr/high-tech-internet/les-eurodeputes-cedent-aux-illusions-sur-le-droit-d-auteur-12-09-2018-2250763_47.php

      Toujours se souvenir que plus de 95% des Français votants se sont exprimés favorablement pour l'Union Européenne. Donc pro gouvernement mondial satanique (selon la définition de wikiliberal) :
      https://www.wikiberal.org/wiki/Satanisme

      A se demander pourquoi ils étaient 600 000 à manifester à Paris dimanche ! Ces gens font mathématiquement partie des plus de 95%. Comme d'ailleurs les gilets jaunes ou les syndiqués qui manifestent contre les privatisations alors que leurs syndicats sièges à Bruxelles ! On est en pleine hypocrisie ! Et que penser de ce pape qui est main dans la main avec ces satanistes mondialistes ? C'est aujourd'hui que commence le synode sur l'Amazonie qui verra sans aucun doute l'Eglise s'enfoncer encore plus dans l’apostasie et l’hérésie.

      Supprimer
    3. "plus de 95% des Français votants se sont exprimés favorablement pour l'Union Européenne."

      Ils n'ont pas encore reçu assez de blessures pour en arriver à comprendre que tout leur malheur vient d'elle. L'U.E. est un des bras du mondialisme.
      http://lemurjaune.fr/

      Supprimer
  3. Mieux, Mme Michu qui est kapo à la Poste Bancale, me l' a confirmé aussi, et pas plus tard qu' hier. (Les témoignages sont comme les promesses en politique, elles n' engagent que ceux qui y croient).

    RépondreSupprimer
  4. On parle ci-dessus de la "religion" d'Epstein. A-t-on a des informations comme quoi il allait régulièrement à la Synagogue, respectait le Shabbat, et... suivait les préceptes de la Torah dans sa vie ?

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

Les personnes ne souhaitant pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme mais merci d'indiquer un pseudo en début de commentaire pour faciliter la compréhension des échanges.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Affaire Epstein

Gilets Jaunes

Conseils pour économiser

False flag Douma

Contre la désinformation

Réseau Pédophile de l'Elite

Archives du blog