samedi 2 mai 2020

Et si le confinement n’avait servi à rien pour éviter les morts du COVID-19 ? La Suède pourrait en apporter la preuve



Selon les pouvoirs publics français, le confinement a permis de « sauver » quelque 30.000 vies qui auraient pu être perdues à cause du COVID-19. C’est la principale justification de la privation de libertés inédite qui a frappé la totalité de la France, y compris dans les zones très largement épargnées par le coronavirus chinois. Mais ce n’est qu’une hypothèse, qu’aucune vérification ne permettra jamais de venir contrôler. Une hypothèse au coût faramineux : celui d’une crise économique d’une gravité inouïe. 


Il se trouve, en outre que nous possédons désormais un élément de comparaison : un pays développé, européen, qui a refusé depuis la première contamination constatée fin janvier d’imposer le confinement. Il s’agit de la Suède. Si la Suède sort de la crise sans dégâts majeurs, cela permettrait de soutenir l’hypothèse inverse : dire que le confinement n’a eu qu’une faible incidence sur la mortalité dans les pays qui l’ont imposé.

Depuis le début de la crise, la Suède irrite ses partenaires internationaux en ne prenant qu’un nombre assez restreint de mesures coercitives. Pour l’ensemble de la population, liberté et responsabilité sont la règle, chacun étant supposé capable de décider par soi-même s’il préfère se claquemurer chez lui ou continuer de voir ses proches, circuler et même profiter des vacances de Pâques. L’isolement a même été présenté comme un mal à éviter…

D’où vient l’irritation ? Paradoxalement, il semblerait que les partenaires de la Suède soient surtout inquiets à l’idée que le pays scandinave réussit son pari. C’est-à-dire qu’il arrive à traverser la crise sans détruire irrémédiablement des pans entiers de son économie, sans précipiter sa population dans la pauvreté et la dépendance accrue à l’égard de l’État.
 
Le confinement vu depuis la Suède

On pourrait croire que la réussite du modèle suédois en matière d’épidémie du COVID-19 puisse rendre l’espoir à des pays qui maintiennent virtuellement leur population sous clef et qui font mine de se demander comment résoudre les énormes problèmes qu’apportera avec lui un arrêt brutal et prolongé de la vie économique. Mais c’étaient des problèmes acceptés d’avance…

Il n’en est rien. À croire que le confinement est le but recherché, et non la préservation des vies humaines.

En Suède, en ce 29 avril, on annonçait 19.390 cas de coronavirus, et un total de 2.335 décès, sachant le chiffre quotidien des nouveaux décès baisse de manière assez importante depuis une dizaine de jours. Cela correspond assez aux prévisions des autorités sanitaires suédoises qui considéraient que le pic de l’épidémie avait été atteint le 8 avril. Si les tendances se maintiennent, cela signifierait que la courbe des infections et des décès inconnus en Suède suit une évolution assez comparable à ce qu’elle a été dans les autres pays européens et d’ailleurs dans les autres pays du monde qui ont imposé des confinements draconiens.
 
Pour éviter les morts du COVID-19, le confinement n’a pas fait ses preuves

Certes, les Suédois en mesure de télé-travailler ont été encouragés à le faire, on recommande d’éviter les contacts dans la mesure du possible, et les réunions sportives et autres sont interdites au-delà de 50 personnes. Les cafés et les restaurants sont restés ouverts, cependant, et s’il est interdit de s’y accouder au zinc, on est servi à table comme d’habitude.

La vie économique est ralentie, mais elle est loin d’être sinistrée. Les dépenses personnelles ont chuté de 30 % en Suède au fil de la crise, mais ce pourcentage atteint 66 % en Norvège et 70 % en Finlande. Les écoles sont restées ouvertes et la fermeture de l’enseignement supérieur est récente.

La grande peur du coronavirus ne semble pas être au rendez-vous. La population suédoise approuve massivement (à plus de 70 %) l’approche des autorités sanitaires – même si certains les accusent d’avoir sacrifié les personnes âgées. Mais que veut dire une telle critique par rapport à la France où l’on annonce plus de 8.000 morts liés au COVID-19 dans les EHPAD : ce sont des personnes qui n’ont pas été soignées à l’hôpital et que le confinement, et même l’abominable isolement, n’ont manifestement pas protégées.
 
Moins de morts par rapport à la population en Suède qu’en France ou en Espagne

La Suède reste d’ailleurs assez loin derrière l’Espagne, l’Italie et la France en termes de mortalité générale attribuée au coronavirus avec actuellement 21,8 décès pour 100.000 habitants, contre 58,3 en Belgique, 48 en Espagne, 42,7 en Italie et 33,2 en France. l’Allemagne fait mieux, c’est vrai, avec 6,4 décès pour 100.000 habitants mais là encore, le confinement a été nettement plus souple qu’en France ou en Italie.

Les hôpitaux suédois n’ont pas été débordés et, cerise sur le gâteau, les autorités s’attendent à ce que la proportion totale de Suédois contaminés par le COVID-19 atteigne un tiers de la population au 1er mai : on n’y attend pas franchement une deuxième vague qui pourrait conduire à un nouveau pic de contamination dans la mesure où l’immunité générale est déjà importante.
 
Le confinement n’a servi à rien pour modifier la courbe des contaminations

La Suède a ouvertement pris le risque d’une plus grande mortalité liée au virus. Mais dans le même temps, elle s’assure de sortir de l’épidémie avec moins d’inquiétude quant à l’avenir des contaminations – la fameuse « deuxième vague » qu’on nous annonce en France. Et elle est moins perdante que les autres pays qui ont pris des mesures aux conséquences gravissimes pour l’ensemble de la population, au prix de mesures dictatoriales qu’on n’aurait pu imaginer il y a seulement deux mois.

Le scientifique israélien Isaac Ben-Israel cité par le Telegraph de Londres estime quant à lui que le coronavirus agit partout selon un modèle constant : « Il s’avère qu’un schéma similaire – une augmentation rapide des infections qui atteint un pic à la sixième semaine et diminue à partir de la huitième semaine – est commun à tous les pays dans lesquels la maladie a été découverte, quelle que soit leur politique de lutte. »

Si c’est vrai, on nous a enfermés – en mettant plus d’un salarié sur deux au chômage –pour rien. C’est ce qui s’appelle un remède bien pire que le mal.
 
Jeanne Smits
Source: Reinformation

Fawkes: De nombreux pays qui n'ont pas fait le choix du confinement s'en sont sortis en fin de compte bien mieux que nous. Exemples:
Brésil: 6434 morts / 30 pour 1 million
Pakistan: 432 / 2
Corée du Sud: 250 / 5
Panama : 192 / 44
Biélorussie: 97 / 10
Bolivie: 66 / 6
Kenya : 22 / 0,4
Singapour : 17 / 3 (le pays a fini par se confiner depuis le 6 avril)
Sénégal: 9 / 0,4
Costa Rica: 6 / 1
Hong Kong: 4 / 0,5
On comprend mal comment la France arrive dans le même temps à 25 000 morts (certainement même plus de 30 000 en comptant les morts à domicile) malgré le confinement...

7 commentaires:

  1. Parce qu'en France le sentiment anti-vaccin était de plus en plus fort et qu'en même temps, ici ce sont les labo qui controlent le domaine de la médecine, donc il fallait que la psychose et les morts soit le plus élevés possible.

    Personnellement, je pense qu'ils n'en resteront pas là, si ce virus a été modifié en labo et ça on le sait, ils l'auront donc également fait muté en labo et le balanceront lorsqu'ils l'auront décidé, je les vois mal retourner leur veste, bill gates et compagnie et attendre encore 10 ans pour refaire une tentative, trop de chose sont en jeu, trop de choses on été mises en route.

    RépondreSupprimer
  2. Voici des chiffres en fonction de l'âge moyen des habitants des pays, de l'exposition, de la situation économique... :
    https://www.youtube.com/watch?v=i7X4F1QfUQI

    Pour la France et d'autres pays la bonne question serait, morts du covid ou avec le covid. Des parlementaires commencent à s'élever contre cette arnaque, en Italie et en Autriche :
    https://youtu.be/AWnjUZfdVdM?t=210

    Entendre aussi sur Youtube, l'entretien du Docteur Perronne avec Nexus.

    Il est évident que c'est un complot, raison pour laquelle, nous sommes des complotistes. Le but, quelques soient les rivalités au sommet, est l'asservissement des populations par tous les moyens : faillite, chômage, misère, vaccination, élimination.
    Ayons à l'esprit que ces gens n'ont aucune compassion. Nous ne sommes qu'une variable d'ajustement qu'ils jugent trop nombreuse. Des forces sont à l'oeuvre dont ils ignorent les ressorts. Leur combat est perdu d'avance. En attendant, ils tenteront tout ce qui est en leur pouvoir pour accomplir leur plan.

    Comme l'écrit Sam, ils feront d'autres tentatives. J'envisage une pandémie historiquement marquée, une chose ancrée dans les vieilles mémoires comme la peste.
    Préparons-nous. Ne doutons pas de notre force. Et surtout, n'ayons pas peur. C'est juste le moment du combat du bien contre le mal.

    RépondreSupprimer
  3. Le grand professeur italien Stefano Montanari a jeté un pavé dans la mare, en dénonçant un certain nombre de contre-vérités sur le Covid-19. Ce médecin, fort de ses quarante années d’expérience, a révélé que toutes les mesures barrières sont aussi inefficaces qu’un «grillage en bois contre les moustiques». «Non seulement les masques, les gants et le confinement ne servent à rien contre l’épidémie, mais il n’y aura jamais de vaccin», a confié le professeur qui explique l’hécatombe qui a endeuillé son pays par l’état de délabrement général du système de santé en Italie.

    article complet: https://www.algeriepatriotique.com/2020/04/22/un-grand-professeur-italien-devoile-la-grande-imposture-mondiale-liee-au-covid-19/

    RépondreSupprimer
  4. https://www.youtube.com/watch?v=aPCP6s9JZ5o
    Bravo aux auteurs de cet article et de ces commentaires.
    Je vous mets un lien d'un site sur lequel vous pouvez visionnez une vidéo intéressante, et sur ce site aura lieu une émission mardi 5 mai 2020 à 20h qui regroupera 4 lanceurs d'alerte, ca promet d'être passionnant !
    Un grand merci à tous les chercheurs de vérité pour nous informer, avec les risques qui vont avec, à nous de relayer +++
    J'ai un grand respect pour ces personnes, sincèrement.

    RépondreSupprimer
  5. Vous avez raison et ils y tiennent tellement à leur deuxième vagues qu’ils sont prêt à tout pour qu’elle arrive même peut être la provoquer

    RépondreSupprimer
  6. C'est aussi le pays à l'avant garde pour le puçage. Certaines employés d'entreprises suédoises ont déjà une puce rfid pour ouvrir des portes, payer...

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

La possibilité de commenter de façon anonyme a été désactivée suite à de trop nombreux abus (insultes, menaces de mort). Il faut désormais obligatoirement utiliser un compte Gmail pour commenter.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

Coronavirus

MK-Ultra

Affaire Epstein

Lubrizol

Réseau Pédophile de l'Elite

Conseils pour économiser

Contre la désinformation

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog