mercredi 13 janvier 2021

Cette société veut imposer le port d'un collier à ses employés pour leur faire respecter la distanciation sociale

 


D'abord la muselière, puis le collier...il ne manque plus que la laisse et on est bon. Fawkes

Le fabricant de produits d'hygiène Essity, dont l'un des principaux sites se trouve à Gien, souhaite attribuer des boîtiers à ses salariés, destinés à limiter le risque de transmission du Covid-19. Tous les syndicats s'opposent fermement à ce projet, qu'ils jugent "infantilisant" et "intrusif".

Le projet du groupe Essity, dont une usine se trouve à Arrabloy, commune associée de Gien, ne passe pas auprès des syndicats - CFDT, CFE-CGC, CGT et Force ouvrière -, qui sont unanimes. Pour eux, il n'est pas question que les salariés de l'entreprise portent un boîtier électronique visant à leur faire respecter la distanciation sanitaire, alors que la pandémie de Covid-19 perdure.

Ce badge s'attacherait autour du cou ou à la ceinture et émettrait un son de 85 décibels dès que l'employé se rapprocherait à moins de deux mètres d'un de ses collègues.

"Sans système de géolocalisation"

Selon Marc Specque, directeur de la communication d'Essity, société spécialisée dans la fabrication de produits d'hygiène en papier, l'objectif de ce système, qui pourrait être mis en place dans plusieurs sites européens du groupe, est de "limiter le plus possible tout risque de transmission du virus" :

Ce dispositif serait sans système de géolocalisation et non relié à des informations personnelles. Les porteurs du boîtier seraient alertés en cas de proximité physique trop importante sur les sites Essity (hors sanitaires, restaurant d’entreprise, infirmerie). Avec ce système, le référent Covid du site aurait la possibilité d’alerter des cas contacts potentiels de manière plus rapide et exhaustive.

"Le prétexte sanitaire utilisé par la direction est douteux"

Les syndicats, eux, ne l'entendent pas de cette oreille. Dans un communiqué, la CFDT évoque "un système de contrôle particulièrement intrusif et infantilisant, comparable à celui qui dissuade les chiens d'aboyer".

"Le prétexte sanitaire utilisé par la direction est douteux à plus d'un titre et laisse penser que l'équipement pourrait être utilisé à d'autres fins", ajoute la CFDT.

Les représentants syndicaux jugent également le dispositif inutile.

Pour Christine Duguet, déléguée syndicale centrale CFDT, qui travaille à Gien, "les salariés respectent déjà les normes sanitaires et nous portons le masque en permanence." Selon elle, cette "usine à gaz ne permettra pas de gagner du temps pour retrouver les cas contacts".

Pour nous, il ne s'agit pas d'un moyen de prévention, mais d'une traçabilité.

Selon Philippe Caubet, délégué syndical CFE-CGC, à Gien, "ce système n'apporte pas d'eau au moulin" :

Des procédures sont déjà en place. Si ce dispositif était bénéfique, nous aurions peut-être pu en discuter. Mais là, nous avons clairement marqué notre désaccord.

Philippe Caubet affirme également qu'"il y a des zones blanches dans l'usine de Gien, ce qui rendrait difficile le fonctionnement des badges à ces endroits". 

D'après les organisations syndicales, l'entreprise Essity a déjà passé commande des boîtiers, "au mépris du dialogue social et faisant fi de l'opposition des salariés", indique la CFDT. Ce que ne confirme pas la direction. 

"Les modalités de fonctionnement seraient à déterminer conjointement avec les instances représentatives du personnel, notamment au travers de groupes de travail. Le règlement général sur la protection des données de la Commission nationale de l'informatique et des libertés ainsi que l’anonymat seraient bien évidemment respectés. L’objectif unique d’Essity est de préserver la santé des collaborateurs. Des discussions sont en cours."

MARC SPECQUE (Directeur de la communication d'Essity)

Pas d'entente entre la direction et les syndicats

Le 6 janvier, des réunions ont eu lieu sur chaque site, entre la direction et les représentants des organisation syndicales, qui n'ont pas trouvé de terrain d'entente. Des comités sociaux et économiques, dont les ordres du jour ne sont pas encore connus, devraient se dérouler la semaine prochaine.

Pour l'heure, les syndicats ont saisi les Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte), comme l'explique Philippe Caubet : "Si le projet n'est pas annulé, nous pourrons éventuellement aller devant le tribunal."

De son côté, Christine Duguet précise que l'ultime levier des salariés pourrait être la grève. "Nous ne souhaitons pas en arriver là. Mais si la direction ne nous écoute pas..."


Source: La République du Centre

13 commentaires:

  1. Le but ultime: la traçabilité de chacun... comme pour les produits.
    Donc la fin du projet, à part un collier ou un ceinturon ? une puce, des nanoparticules, un tatouage ??

    Je deviens hexakosioihexekontahexaphobe !!! LoL
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Hexakosioihexekontahexaphobie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, plus difficile que de dire que l'on a peur du "666" ;-) !

      Supprimer
    2. Avec un mot comme ça, tu fais un carton au Scrabble !!!.... :o

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Face aux enjeux de gestion des objets connectés portables, de bonnes pratiques doivent être adoptées par les entreprises.
    La mise en œuvre, au sein d'une entreprise, de ces nouveaux objets connectés doit préalablement faire l'objet d'un avis du CSE (Comité Social et Economique) pour s'assurer de leur acceptabilité par le personnel ! : car, si les objets connectés en matière de santé et sécurité au travail recèlent de nombreuses potentialités opportunes, ils engendrent aussi des risques nouveaux : https://www.officiel-prevention.com/dossier/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/appareils-de-mesure/objets-connectes-portables-et-sante-et-securite-du-travail

    RépondreSupprimer
  4. Trotinette prend vraiment ses abonnés pour des cons xD

    dépistage -> faux positifs -> confinement.

    Hypocrite de compétition.

    https://twitter.com/5kiem/status/1349717126827933697

    RépondreSupprimer
  5. euh, ils ont vraiment besoin de leurs syndicats pour dire non???

    RépondreSupprimer
  6. C'est d'ailleurs la dernière barrière et défenses des salariés et c'est bien pour ça qu'ils veulent les réduire à leurs plus simple expression !

    RépondreSupprimer
  7. Ouaf ouaf, coucouche panier et tu la boucles.
    Le XIXe siècle en revait, la décennie 2020 le fera

    RépondreSupprimer
  8. On balance les idées pour tester la réaction des gens. Curieusement ce genre d'idées prendront vie bientôt.

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

La possibilité de commenter de façon anonyme a été désactivée suite à de trop nombreux abus (insultes, menaces de mort). Il faut désormais obligatoirement utiliser un compte Gmail pour commenter.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

adblocktest

Mal traités

Coronavirus

MK-Ultra

Affaire Epstein

Lubrizol

Réseau Pédophile de l'Elite

Conseils pour économiser

Contre la désinformation

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog