mardi 6 juillet 2021

Un ex policier raconte avoir été témoin de prélèvements d’organes « industrialisés » en Chine

 


Au son des coups de feu, les prisonniers tombent sans vie sur le sol. Leurs corps, encore chauds, ont été transportés jusqu’à une camionnette blanche voisine où les attendaient deux médecins vêtus de blanc. Derrière des portes closes, ils ont été découpés, leurs organes étant destinés à être vendus sur le marché des transplantations.

Cette scène macabre, qui ressemble davantage à l’intrigue d’un film d’horreur, s’est déroulée en Chine il y a plus de 20 ans, sur ordre des autorités de l’État. Bob (pseudonyme) en a été le témoin. Il était alors policier et assurait la sécurité sur les sites d’exécution des condamnés à mort.

« Le prélèvement des organes des condamnés à mort était un secret de polichinelle », a déclaré Bob, un ancien agent de la sécurité publique de la ville de Zhengzhou, en Chine centrale, aujourd’hui installé aux États-Unis, dans une interview accordée à The Epoch Times.

Bob a décrit sa participation involontaire à une chaîne d’approvisionnement « industrialisée » qui transformait des êtres humains vivants en produits destinés à être vendus dans le commerce des organes. Parmi les acteurs de cette industrie macabre figurent le système judiciaire, la police, les prisons, les médecins et les responsables du Parti communiste chinois (PCC) qui émettent les directives.

Des médecins transportent des organes frais pour une greffe dans un hôpital de la province du Henan, en Chine, le 16 août 2012. (Capture d’écran via Sohu.com)

L’ancien officier a utilisé un pseudonyme pour partager son expérience afin de protéger sa sécurité. The Epoch Times a vérifié son identité de policier et d’autres informations personnelles.

Son récit datant du milieu des années 1990 met en lumière une étape de l’évolution inquiétante de la pratique de longue date du PCC consistant à prélever des organes sur des donneurs non consentants. Si Bob a été témoin de prélèvements d’organes sur des prisonniers déjà morts, dans les années qui ont suivi, le régime allait mettre en œuvre – et déployer à grande échelle – une pratique bien plus sinistre : le prélèvement d’organes sur des prisonniers conscients vivants, en particulier des pratiquants du Falun Gong.

L’exécution

Bob a rejoint les forces de police en 1996 et a travaillé en tant qu’agent de police civil. De temps à autre, il a aidé à maintenir l’ordre dans un tribunal où les exécutions sont confirmées et sur divers sites d’exécution de la ville. Plus tard, en 1999, à la suite d’un post en ligne critiquant les autorités, Bob lui-même a été placé en détention pendant plus d’un an. À l’intérieur, il a pu observer le traitement des prisonniers du couloir de la mort, et ainsi reconstituer le processus, de la condamnation à l’exécution et au prélèvement d’organes.

Après avoir été condamné à mort, un détenu était menotté aux mains et aux chevilles, ces dernières pouvant peser jusqu’à 10 kg pour empêcher une éventuelle évasion. Un ou deux autres prisonniers les surveillent en permanence. Un test sanguin – une étape pour identifier les donneurs potentiels – et un contrôle de leur santé mentale et physique sont également effectués pendant cette période dans une salle médicale dédiée du centre de détention.

« Pour autant que je sache, personne n’a dit aux prisonniers du couloir de la mort que leurs organes seraient prélevés », a déclaré Bob.

Les exécutions ont généralement lieu avant les grandes fêtes, a-t-il ajouté.

Les condamnés à mort devaient assister à une audience publique devant une juridiction supérieure, où un juge confirmait ou annulait la peine de mort prononcée par la juridiction initiale.

Les personnes destinées à être exécutées – entre une poignée et plus d’une douzaine à chaque fois – étaient ensuite conduites hors du palais de justice vers un cortège de 20 à 30 véhicules qui attendaient à l’extérieur, selon Bob. Le convoi transférait également les fonctionnaires locaux chargés d’assister aux exécutions. Il s’agissait du vice-directeur du bureau local de la sécurité publique, du juge et d’autres personnes chargées des affaires.

Toutes les voitures avaient du tissu ou du papier rouge collé sur les fenêtres et portaient un marquage numérique.

Les prisonniers jugés aptes à subir un prélèvement d’organes (à la suite des tests) se voyaient injecter un médicament censé soulager leur douleur. Son but réel, cependant, était d’empêcher le sang de coaguler après la mort cérébrale et d’endommager les organes, selon Bob.

Les personnes destinées à être prélevées étaient généralement des hommes jeunes et en bonne santé, âgés de 20 à 30 ans, sans antécédents de maladie grave, selon Bob.

Sur le lieu de l’exécution, les prisonniers étaient disposés en ligne pour recevoir une balle à l’arrière de la tête.

Le condamné le plus proche se tenait à une distance de trois à cinq mètres de Bob.

Des adeptes de la pratique spirituelle Falun Gong jouent une scène de prélèvement d’organes humains pour les vendre lors d’une manifestation à Taipei, le 20 juillet 2014, contre la persécution du groupe par la Chine. (Mandy Cheng/AFP via Getty Images)

Le fourgon blanc

Après les fusillades, un médecin légiste sur...


Source et suite: Aube Digitale


2 commentaires:

  1. La Chine n'a probablement pas le monopole de l'horreur.

    Rappelons-nous les paroles de sagesse d'un personnage de la CIA(son nom m'échappe) pour qui la torture fait de façon civilisée - par les U.S. évidemment - était acceptable.

    La crème de beauté de Sandra Bullock, à base de peau de prépuce de bébé humain(vivants les bébés je suppose?) me laisse perplexe sur ce qu'ils nous cache d'autres.

    La recherche de la 'jeunesse éternelle' amènent souvent des excès :(

    RépondreSupprimer
  2. L’avenir tel qu’il commence à apparaître après une année et demi d’Opération Covid.
    Texte de Michel Dakar, Villequier, le 7 juillet 2021.
    http://aredam.net/l-avenir-tel-qu-il-commence-a-apparaitre-apres-une-annee-et-demi-d-operation-covid.html

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

La possibilité de commenter de façon anonyme a été désactivée suite à de trop nombreux abus (insultes, menaces de mort). Il faut désormais obligatoirement utiliser un compte Gmail pour commenter.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

adblocktest

Mal traités

Coronavirus

MK-Ultra

Affaire Epstein

Lubrizol

Réseau Pédophile de l'Elite

Conseils pour économiser

Contre la désinformation

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog