vendredi 2 juillet 2021

Une étude confirme que les masques faciaux augmentent de façon alarmante le CO² inhalé par les enfants

 



Ceux qui ont forcé des enfants d'à peine 6 ans à porter un masque toute la journée pendant des mois devraient ressentir une honte incommensurable. Bien sûr, il n'en est rien. Une récente étude de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité a conclu que les confinements avaient nettement réduit les capacités physiques et intellectuelles des enfants. Mais qui s'est intéressé à l'impact du port du masque chez ces mêmes enfants?

 Visiblement bien peu de monde et pas en France. Et si ces mauvaises performances intellectuelles étaient causées en partie par le port du masque? Cette éventualité n'a pas été prise en compte pourtant il est logique qu'une mauvaise oxygénation chronique d'un enfant puisse causer ce genre de problème. Pourquoi les scientifiques français ne se sont-ils pas intéressés à cela?  A noter que des mesures oxymétriques réalisées au mois de mars dernier ont déjà constaté (par huissier) une nette diminution de la saturation en oxygène chez des enfants du CP au CM2 lors de l'utilisation de masques faciaux. Il est urgent d'arrêter de martyriser les enfants avec le port du masque qui doit à tout prix être arrêté à la prochaine rentrée. Cette folie doit cesser. C'est à nous, adultes, de protéger les enfants et non l'inverse. Fawkes
--------

Évaluation expérimentale de la teneur en CO² dans l'air inhalé avec ou sans masque facial chez des enfants en bonne santé

Un essai clinique randomisé

Harald Walach, PhD1; Ronald Weikl, MD2; Juliane Prentice, BA3; et alAndreas Diemer, PhD, MD4; Helmut Traindl, PhD5; Anna Kappes, MA6; Stefan Hockertz, PhD7

Affiliations d'auteurs

JAMA Pédiatre. Publié en ligne le 30 juin 2021. doi:10.1001/jamapediatrics.2021.2659

De nombreux gouvernements ont rendu les masques faciaux pour les écoliers obligatoires. Les preuves justifiant ces mesures sont faibles. 1 , 2 La question de savoir si le port de masques faciaux augmente le dioxyde de carbone dans l'air inhalé est cruciale. Une enquête à grande échelle 3 menée en Allemagne sur les effets indésirables chez les parents et les enfants utilisant les données de 25 930 enfants a montré que 68% des enfants participants avaient des problèmes lorsqu'ils portaient des masques faciaux.

La teneur normale en dioxyde de carbone à l'air libre est d'environ 0,04 % en volume (c'est-à-dire 400 ppm). Un niveau de 0,2% en volume ou 2000 ppm est la limite pour les pièces fermées selon l'Office fédéral allemand de l'environnement, et tout ce qui est au-delà de ce niveau est inacceptable. 4


Méthodes

Nous avons mesuré la teneur en dioxyde de carbone dans l'air inhalé avec et sans 2 types de masques faciaux dans une étude expérimentale à court terme bien contrôlée et contrebalancée chez des enfants volontaires en bonne santé (les détails sont dans les eMethods dans le supplément 1). L'étude a été menée conformément à la Déclaration d'Helsinki et soumise au comité d'éthique de l'Université de Witten/Herdecke. Tous les enfants ont donné un consentement éclairé écrit, et les parents ont également donné un consentement éclairé écrit pour les enfants de moins de 16 ans. 

Une mesure continue pendant 3 minutes a été prise pour les niveaux de base de dioxyde de carbone sans masque facial. Une mesure de 9 minutes pour chaque type de masque était autorisée : 3 minutes pour mesurer la teneur en dioxyde de carbone dans l'air inspiré et expiré, 3 minutes pour mesurer la teneur en dioxyde de carbone lors de l'inspiration et 3 minutes pour mesurer la teneur en dioxyde de carbone lors de l'expiration. 

La teneur en dioxyde de carbone de l'air ambiant a toujours été maintenue bien en deçà de 0,1 % en volume grâce à de multiples ventilations. La séquence des masques a été randomisée, et la randomisation était en aveugle et stratifiée selon l'âge des enfants. Nous avons analysé les données à l'aide d'un modèle linéaire pour des mesures répétées avecP  < 0,05 comme seuil de signification. Le protocole de mesure (protocole d'essai dans le Supplément 2 ) est disponible en ligne. 5 Les données ont été collectées les 9 et 10 avril 2021 et analysées à l'aide de Statistica version 13.3 (TIBCO).


Résultats

L'âge moyen (ET) des enfants était de 10,7 (2,6) ans (allant de 6 à17 ans), et il y avait 20 filles et 25 garçons. Les résultats des mesures sont présentés dans le tableau . Nous avons vérifié les associations potentielles avec les résultats. Seul l'âge était associé à la teneur en dioxyde de carbone dans l'air inhalé (y = 1,9867 - 0,0555 × x ; r  = -0,39 ; P  = 0,008 ; Figure ). Par conséquent, nous avons ajouté l'âge comme covariable continue au modèle. Cela a révélé une association (partielle η 2  = 0,43 ; P <.001). Les contrastes ont montré que cela était attribuable à la différence entre la valeur de base et les valeurs des deux masques conjointement. Les contrastes entre les 2 types de masques n'étaient pas significatifs.

 Nous avons mesuré des moyennes (DS) entre 13 120 (384) et 13 910 (374) ppm de dioxyde de carbone dans l'air inhalé sous les masques chirurgicaux et filtrants 2 (FFP2), ce qui est supérieur à ce qui est déjà jugé inacceptable par le ministère fédéral allemand de l'environnement par un facteur de 6. C'était une valeur atteinte après 3 minutes de mesure. 

Les enfants dans des conditions normales dans les écoles portent de tels masques pendant une moyenne de 270 (intervalle interquartile, 120-390) minutes. 3 La figure montre que la valeur de l'enfant avec le niveau de dioxyde de carbone le plus bas était 3 fois supérieure à la limite de 0,2 % en volume. 4 Les enfants les plus jeunes avaient les valeurs les plus élevées, avec un niveau de dioxyde de carbone d'un enfant de 7 ans mesuré à 25 000 ppm.


NDR: Les teneurs en CO² sont entre 3 et 12 fois supérieures à la normale. Voilà ce qu'endurent les enfants depuis des mois...






Discussion

Les limites de l'étude étaient sa nature à court terme dans un environnement de laboratoire et le fait que les enfants n'étaient pas occupés pendant les mesures et pouvaient avoir été inquiets. La plupart des plaintes rapportées par les enfants 3 peuvent être comprises comme des conséquences de niveaux élevés de dioxyde de carbone dans l'air inhalé. Cela est dû au faible espace entre la bouche et les masques, qui recueille rapidement le dioxyde de carbone expiré après une courte période. Ce dioxyde de carbone se mélange à l'air frais et augmente la teneur en dioxyde de carbone de l'air inhalé sous le masque, et cela était plus prononcé dans cette étude pour les jeunes enfants.

Cela conduit à des déficiences attribuables à l'hypercapnie. Une revue récente 6 a conclu qu'il existait de nombreuses preuves des effets indésirables du port de tels masques. Nous suggérons que les décideurs évaluent en conséquence les preuves tangibles produites par ces mesures expérimentales, ce qui suggère que les enfants ne devraient pas être obligés de porter des masques faciaux.

Liens connexes:

Impacts traumatiques de la politique sanitaire actuelle sur les enfants: un constat clinique alarmant selon une quarantaine de psychologues


Source: JAMA Pediatrics

Traduction: Fawkes News


Informations sur l'article

Accepté pour publication : 7 juin 2021.

Publié en ligne : 30 juin 2021. doi : 10.1001/jamapediatrics.2021.2659

Auteur correspondant : Harald Walach, PhD, Université des sciences médicales de Poznan, Clinique pédiatrique, ul. Szpitalna 27/33, PL-60-572 Poznań, Pologne ( harald.walach@uni-wh.de ).

Contributions des auteurs : le Dr Walach (chercheur principal) a eu un accès complet à toutes les données de l'étude et assume la responsabilité de l'intégrité des données et de l'exactitude de l'analyse des données.

Concept et design : Tous auteurs.

Acquisition, analyse ou interprétation des données : Walach, Weikl, Diemer, Traindl, Kappes, Hockertz.

Rédaction du manuscrit : Walach, Traindl.

Révision critique du manuscrit pour contenu intellectuel important : Walach, Weikl, Prentice, Diemer, Kappes, Hockertz.

Analyse statistique : Walach.

Support administratif, technique ou matériel : Weikl, Prentice, Diemer, Traindl, Kappes, Hockertz.

Encadrement : Weikl, Diemer, Traindl, Kappes, Hockertz.

Autre – en liaison avec tous les autres auteurs : Walach.

Divulgations de conflits d'intérêts : Aucune signalée.

Financement/Soutien : Mediziner und Wissenschaftler für Gesundheit, Freiheit und Demokratie eV, une organisation caritative publique, a organisé cette étude et n'a couvert que les dépenses essentielles, telles que les déplacements.

Rôle du bailleur de fonds /sponsor : le bailleur de fonds n'a joué aucun rôle dans la conception et la conduite de l'étude ; la collecte, la gestion, l'analyse et l'interprétation des données ; préparation, révision ou approbation du manuscrit ; et la décision de soumettre le manuscrit pour publication.

Déclaration de partage de données : voir le supplément 3 .

Les références

1.
Xiao J, Shiu EYC, Gao H, et al. Mesures non pharmaceutiques pour la grippe pandémique dans les établissements autres que les soins de santé — mesures de protection individuelle et environnementales.   Emerg Infect Dis . 2020;26(5):967-975. doi: 10.3201/eid2605.190994 PubMedGoogle ScholarRéférence croisée
2.
Matuschek C, Moll F, Fangerau H, et al. Masques faciaux : avantages et risques pendant la crise du COVID-19.   Eur J Med Res . 2020;25(1):32. doi: 10.1186/s40001-020-00430-5PubMedGoogle ScholarRéférence croisée
3.
Schwarz S, Jenetzky E, Krafft H, Maurer T, Martin D. Études sur les enfants Corona « Co-Ki » : premiers résultats d'un registre à l'échelle de l'Allemagne sur le couvre-nez (masque) chez les enfants. Publié en 2021. Consulté le 15 juin 2021. https://www.researchsquare.com/article/rs-124394/v1
4.
Mitteilungen der Ad-hoc-Arbeitsgruppe Innenraumrichtwerte der Innenraumlufthygiene-Kommission des Umweltbundesamtes und der Obersten Landesgesundheitsbehörden. [Évaluation sanitaire du dioxyde de carbone dans l'air intérieur].   Bundesgesundheitsblatt Gesundheitsforschung Gesundheitsschutz .   2008;51(11):1358-1369. doi: 10.1007/s00103-008-0707-2PubMedGoogle ScholarRéférence croisée
5.
Walach H, Weikl R, Traindl H, et al. La teneur en dioxyde de carbone sous la couverture nez-bouche chez les enfants est-elle sans risques potentiels ? une étude de mesure chez des enfants en bonne santé. Publié le 14 avril 2021. Consulté le 15 juin 2021. https://osf.io/yh97a/?view_only=df003592db5c4bd1ab183dad8a71834f
6.
Kisielinski K, Giboni P, Prescher A, et al. Un masque qui couvre la bouche et le nez est-il exempt d'effets secondaires indésirables lors d'un usage quotidien et exempt de dangers potentiels ?   Int J Res santé publique Environ . 2021;18(8):4344. doi: 10.3390/ijerph18084344 PubMedGoogle ScholarRéférence croisée

2 commentaires:

  1. Sans compter la contamination au graphène et aux nano-fibres réagissant aux champs e-m du corps et des wifi/4G/5G !!

    RépondreSupprimer
  2. Après tout c'est raccord avec le reste.
    Tablettes numériques en particulier.
    A l'école et à la maison aussi, pour plusieurs au moins.
    Ca s'offusque que des gosses portent cette daube de masque à la con,
    mais nettement moins, voire pas du tout, pour ce qui est de ça.
    Tablette, téléphone portable ('smart' ou non)...
    Hyper nuisibles, d'autant plus avant l'âge de 15 ans,
    pour leur santé, développement intellectuel et compagnie.
    Et qui vont d'ailleurs avec, le masque, le pass sanitaire, etc etc..
    Ces choses-là (masque, pass...) étant bien sûr la suite,
    ou les compléments/accompagnements, de ça (tablet, smartphone...).
    Indissociables, mis à part en rêve.
    C'est comme pour la 5G. Les utilisateurs de ce qui la précède,
    2/3/4G, méritent (et sont plutôt responsables que le contraire, de), ce qui suit.
    Même si relativement, étant donné qu'ils sont notamment influencés pour...
    Mais en tout cas, pour ceux d'entre-eux qui s'en plaignent, c'est tout sauf légitime.
    Health and 'Liberty' or (convenient, fashionable, toxic...) 'Smart' technology,
    we need to choose!

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

La possibilité de commenter de façon anonyme a été désactivée suite à de trop nombreux abus (insultes, menaces de mort). Il faut désormais obligatoirement utiliser un compte Gmail pour commenter.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

adblocktest

Mal traités

Coronavirus

MK-Ultra

Affaire Epstein

Lubrizol

Réseau Pédophile de l'Elite

Conseils pour économiser

Contre la désinformation

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog