dimanche 29 août 2021

Des analyses en laboratoire confirment la présence de graphène et plusieurs métaux toxiques dans les vaccins COVID

 

La figure 5 montre un amas de nanoparticules de graphène dans un vaccin Pfizer. Elles semblent être agrégées.


La microscopie à contraste de phase, la microscopie électronique à transmission et à balayage et la spectroscopie à rayons X à dispersion d'énergie révèlent les ingrédients des vaccins contre le CoV-19 !

Les germes naissent en nous et de nous comme une infection et non comme une infection des cellules du corps. En d'autres termes, les germes sont des symptômes de désorganisation cellulaire et génétique et NON la cause spécifique de la désorganisation cellulaire et génétique ! Le GERME n'est RIEN et le TERRAIN est TOUT. Les germes ne peuvent que contribuer à un état de déséquilibre toxique, mais ils ne peuvent JAMAIS être à l'origine d'une maladie ou d'un malaise spécifique[55] - Dr Robert O. Young

Les germes naissent en nous et de nous comme une infection et non comme une infection des cellules du corps. En d'autres termes, les germes sont des symptômes de désorganisation cellulaire et génétique et NON la cause spécifique de la désorganisation cellulaire et génétique ! Le GERME n'est RIEN et le TERRAIN est TOUT. Les germes ne peuvent que contribuer à un état de déséquilibre toxique, mais ils ne peuvent JAMAIS être à l'origine d'une maladie ou d'un malaise spécifique[55] - Dr Robert O. Young

Résumé

Il existe actuellement quatre grandes sociétés pharmaceutiques qui fabriquent un vaccin contre le SRAS-CoV-2, maintenant appelé SRAS-CoV-19. Ces fabricants et leurs vaccins sont Pfizer-- le vaccin ARNm BioNTech, Moderna- le vaccin ARNm Lonza -1273, Serum Institute- le vaccin Oxford Astrazeneca et le vaccin Covid-19 Janssen, fabriqué par Janssen Biotech Inc, une société pharmaceutique Janssen de Johnson & Johnson, un adénovirus recombinant, inapte à la réplication, exprimant la protéine de pointe du SRAS-CoV-2. L'objectif de ces vaccins est de conférer une immunité contre le nouveau coronavirus infectieux ou SARS-CoV-2, désormais appelé SARS-CoV-19. Ces quatre sociétés pharmaceutiques n'ont pas fourni de divulgation complète à la FDA sur leur boîte de vaccin, leur fiche d'information ou leur étiquette pour bon nombre des ingrédients majeurs et/ou mineurs contenus dans ces soi-disant vaccins. Le but de cet article de recherche est d'identifier les ingrédients majeurs et mineurs spécifiques contenus dans le vaccin Pfizer, le vaccin Moderna, le vaccin Astrazeneca et le vaccin Janssen en utilisant divers tests scientifiques anatomiques, physiologiques et fonctionnels pour chaque vaccin SRAS-COV-2-19. En tant que droits de l'homme, régis en vertu du droit international par le Code de Nuremberg de 1947, l'information sur les ingrédients spécifiques du vaccin est essentielle, requise et nécessaire à connaître pour que tout être humain de n'importe quel pays au monde puisse prendre une décision éclairée quant à son consentement ou non à l'inoculation du SRAS-CoV-2-19. Nous avons effectué les tests scientifiques sur chaque vaccin et avons identifié plusieurs ingrédients ou adjuvants non divulgués qui sont contenus dans ces quatre vaccins contre le SRAS-CoV-2-19. Actuellement, ces vaccins sont administrés à des millions d'êtres humains dans le monde entier en vertu d'une autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) délivrée par chaque pays sans que tous les ingrédients soient divulgués et, dans certains cas, à la demande de gouvernements ou d'employeurs, ce qui constitue une violation des droits de l'homme en vertu du Code de Nuremberg de 1947.


Méthodologie et techniques


Quatre "vaccins" ont été analysés, à savoir le vaccin Pfizer-BioNtech, Moderna-Lonza mRNA-1273, Vaxzevria d'Astrazeneca, Janssen de Johnson & Johnson, en utilisant différents instruments et protocoles de préparation selon les nouvelles approches technologiques des nanoparticules. Les différents instruments comprennent la microscopie optique, la microscopie à champ clair, la microscopie à contraste de pHase, la microscopie à champ sombre, l'absorbance UV et la spectroscopie de fluorescence, la microscopie électronique à balayage, la microscopie électronique à transmission, la spectroscopie à dispersion d'énergie, le diffractomètre à rayons X et les instruments de résonance magnétique nucléaire, qui ont été utilisés pour vérifier la morphologie et le contenu des "vaccins". Pour les mesures de haute technologie et le soin de l'enquête, tous les contrôles ont été activés et les mesures de référence adoptées afin d'obtenir des résultats validés.


Microscopie à contraste de phase et à champ sombre du sang vivant


Des images des fractions aqueuses des vaccins ont ensuite été obtenues pour évaluer visuellement la présence éventuelle de particules de carbone ou de graphène.

Les observations en microscopie optique ont révélé une abondance d'objets laminaires 2D transparents qui présentent une grande similitude avec les images de la littérature (Xu et al, 2019), et avec les images obtenues à partir de la norme rGO (SIGMA)(Figures 1, 2 et 3).

Des images de grandes feuilles transparentes de taille et de formes variables ont été obtenues, montrant des formes ondulées et plates, irrégulières. Des feuilles plus petites de formes polygonales, également similaires aux flocons décrits dans la littérature (Xu et al, 2019) peuvent être révélées avec la microscopie à contraste de pHase et à champ sombre (Figure 3).

Tous ces objets laminaires étaient répandus dans la fraction aqueuse de l'échantillon de sang (Figure 1) ou de vaccin (Figures 2 et 3) et aucun composant décrit par le brevet déposé ne peut être associé à ces feuilles.

 

Figure 1, vous pouvez voir à quoi ressemble une bombe à fragmentation d'oxyde de graphène réduit (rGO) dans le sang humain vivant non taché après une inoculation de CoV-19 provoquant une coagulation sanguine pathologique ![1][2][55][56][57]
 

La figure 1 est une micrographie d'un amas de carbone d'oxyde de graphène réduit (rGO) visualisé dans le sang humain vivant non coloré avec une microscopie à contraste de pHase à 1500x. Notez que les globules rouges s'agglomèrent dans et autour du cristal rGO dans une condition connue sous le nom de Rouleau ! Un mot français qui signifie "empiler".

La figure 1 est une micrographie d'un amas de carbone d'oxyde de graphène réduit (rGO) visualisé dans le sang humain vivant non coloré avec une microscopie à contraste de pHase à 1500x. Notez que les globules rouges s'agglomèrent dans et autour du cristal rGO dans une condition connue sous le nom de Rouleau ! Un mot français qui signifie "empiler".

Quels sont les ingrédients non divulgués contenus dans les vaccins CoV-19 soi-disant Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen ?


Pour répondre à cette question, une fraction aqueuse des vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen a été prélevée dans chaque flacon, puis examinée séparément sous microscope à contraste de pHase à des grossissements de 100x, 600x et 1500x, montrant des preuves anatomiques de particules d'oxyde de graphène réduit (rGO) qui ont été comparées à des micrographies de rGO de Choucair et al, 2009 pour identification et vérification[3].


Étapes de l'analyse des fractions aqueuses du vaccin


Les échantillons réfrigérés ont été traités dans des conditions stériles, en utilisant une chambre à flux laminaire et du matériel de laboratoire stérilisé.


Les étapes de l'analyse sont les suivantes


1. Dilution dans du sérum physiologique stérile à 0,9 % (0,45 ml + 1,2 ml)

2. Fractionnement par polarité : 1,2 ml d'hexane + 120 ul d'échantillon RD1

3. Extraction de la phase aqueuse hydrophile

4. Balayage de l'absorbance UV et de la spectroscopie de fluorescence

 

La microscopie électronique à balayage et à transmission révèle la présence d'oxyde de graphène dans les vaccins contre le CoV-19

5. Extraction et quantification de l'ARN dans l'échantillon

6. Microscopie électronique et optique de la pHase aqueuse.


Les ingrédients non divulgués du "vaccin" de Pfizer


Les micrographies des figures 2 et 3 ont été obtenues par microscopie optique à contraste de pHase 100X, 600X et 1500X, à champ sombre et à champ clair [3].


À gauche de chaque micrographie, vous verrez des micrographies obtenues à partir de la fraction aqueuse du vaccin Pfizer contenant du rGO.


À droite de chaque micrographie, vous verrez une correspondance avec des sources connues contenant du rGO pour la validation anatomique.


Les observations en microscopie à contraste de pHase, à champ sombre, à champ clair, en microscopie électronique à transmission et à balayage du produit vaccinal de Pfizer, ainsi que des produits vaccinaux de Moderna, Astrazeneca et Janssen ont révélé certaines entités qui peuvent être des bandes de graphène, comme le montre la figure 3 ci-dessous.



La figure 2 montre une image de la fraction aqueuse de l'échantillon de vaccin Pfizer (à gauche) et de l'oxyde de graphène réduit (rGO) standard (à droite) (Sigma-777684). Microscopie optique, 100X

La figure 2 montre une image de la fraction aqueuse de l'échantillon de vaccin Pfizer (à gauche) et de l'oxyde de graphène réduit (rGO) standard (à droite) (Sigma-777684). Microscopie optique, 100X

Figure 3 - Images de fractions aqueuses contenant de l'oxyde de graphène réduit provenant de l'échantillon de vaccin Pfizer (à gauche) et de l'oxyde de graphène réduit (rGO) standard soniqué (à droite) (Sigma-777684). Microscopie optique à contraste de pHase, 600X

Figure 3 - Images de fractions aqueuses contenant de l'oxyde de graphène réduit provenant de l'échantillon de vaccin Pfizer (à gauche) et de l'oxyde de graphène réduit (rGO) standard soniqué (à droite) (Sigma-777684). Microscopie optique à contraste de pHase, 600X

La figure 4 montre la capside du liposome contenant le rGO que Pfizer utilise pour son produit pour véhiculer l'oxyde de graphène en attachant la capside du liposome à des molécules d'ARNm spécifiques pour conduire le contenu du liposome de rGO vers des organes, des glandes et des tissus spécifiques, à savoir les ovaires et les testicules, la moelle osseuse, le cœur et le cerveau. L'image a été obtenue par une préparation SEM-Cryo.

La figure 4 montre la capside du liposome contenant le rGO que Pfizer utilise pour son produit pour véhiculer l'oxyde de graphène en attachant la capside du liposome à des molécules d'ARNm spécifiques pour conduire le contenu du liposome de rGO vers des organes, des glandes et des tissus spécifiques, à savoir les ovaires et les testicules, la moelle osseuse, le cœur et le cerveau. L'image a été obtenue par une préparation SEM-Cryo.

Pour une identification définitive du graphène par TEM, il est nécessaire de compléter l'observation par une caractérisation structurelle en obtenant un échantillon standard caractéristique par diffraction électronique (comme la figure 'b' montrée ci-dessous).

L'échantillon standard correspondant au graphite ou au graphène a une symétrie hexagonale, et présente généralement plusieurs hexagones concentriques.

La figure 4b révèle le diagramme de diffraction des rayons X des particules de graphène. Identification définitive de l'oxyde de graphène par microscopie TEM dans les 4 vaccins CoV-2-19

La figure 4b révèle le diagramme de diffraction des rayons X des particules de graphène. Identification définitive de l'oxyde de graphène par microscopie TEM dans les 4 vaccins CoV-2-19

En utilisant la microscopie électronique à transmission (MET), nous avons observé une matrice ou un maillage complexe de feuilles de rGO flexibles, translucides et pliées, avec un mélange d'agglomérations multicouches plus sombres et de monocouches dépliées de couleur plus claire, comme le montre la figure 5. [3]

La figure 5 montre un amas de nanoparticules de graphène dans un vaccin Pfizer. Elles semblent être agrégées.

La figure 5 montre un amas de nanoparticules de graphène dans un vaccin Pfizer. Elles semblent être agrégées.

Les zones linéaires plus sombres de la figure 5 semblent être un chevauchement local des feuilles et un arrangement local des feuilles individuelles parallèlement au faisceau d'électrons [4].


Après le maillage, une forte densité de formes claires arrondies et elliptiques non identifiées apparaît, correspondant peut-être à des trous générés par le forçage mécanique du maillage rGO pendant le traitement, comme on peut le voir sur la figure 6.[4]

La figure 6 montre une observation en microscopie TEM où l'on retrouve des particules d'oxyde de graphène réduit dans un vaccin Pfizer". La diffractométrie des rayons X révèle leur nature de nanoparticules cristallines de rGO à base de carbone.

La figure 6 montre une observation en microscopie TEM où l'on retrouve des particules d'oxyde de graphène réduit dans un vaccin Pfizer". La diffractométrie des rayons X révèle leur nature de nanoparticules cristallines de rGO à base de carbone.

La spectroscopie aux rayons X à dispersion d'énergie révèle la présence de rGO dans un vaccin Pfizer [5] [6] [7].

 


Le contenu chimique et élémentaire de la fraction liquide du vaccin Pfizer a ensuite été analysé par spectroscopie à rayons X à dispersion d'énergie (EDS), comme le montre la figure 6. Le spectre EDS a montré la présence de carbone, d'oxygène, vérifiant les éléments rGO, ainsi que de sodium et de chlorure, puisque les échantillons des figures 2, 3, 5 et 6 ont été dilués dans une solution saline.



La figure 7 montre un spectre EDS d'un "vaccin" Pfizer sous un microscope ESEM couplé à une microsonde à rayons X EDS (axe X =KeV, axe Y =Comptes) identifiant le carbone, l'oxygène, le sodium et le chlorure.

La figure 7 montre un spectre EDS d'un "vaccin" Pfizer sous un microscope ESEM couplé à une microsonde à rayons X EDS (axe X =KeV, axe Y =Comptes) identifiant le carbone, l'oxygène, le sodium et le chlorure.

La quantification de l'ARNm dans le vaccin Pfizer

 

 

La quantification de l'ARN dans l'échantillon Pfizer a été effectuée selon les protocoles conventionnels (Fisher).

 

Selon le logiciel spécifique de vérification de l'étalonnage du spectrophotomètre NanoDropTM 2000 (Thermofisher), le spectre d'absorption UV de la fraction aqueuse totale était corrélé à 747 ng/ul de substances absorbantes inconnues.

 

Cependant, après extraction de l'ARN à l'aide d'un kit commercial (Thermofisher), la quantification à l'aide de la sonde de fluorescence Qbit spécifique à l'ARN (Thermofisher) a montré que seuls 6t ug/ul pouvaient être liés à la présence d'ARN. Le spectre était compatible avec le pic du rGO à 270nm.

 

Selon les images microscopiques présentées ici, la majeure partie de cette absorbance pourrait être due à des feuilles de type graphène, abondantes dans les fluides en suspension dans l'échantillon.

 

Ces conclusions sont également étayées par la forte fluorescence de l'échantillon, avec un maximum à 340 nm, en accord avec les valeurs de pic pour le rGO. Il faut rappeler que l'ARN ne présente pas de fluorescence spontanée sous exposition aux UV.



Figure 8 - Spectre UV de la fraction aqueuse de l'échantillon de vaccin Pfizer. [1] [2] [3] [5] [6]

Figure 8 - Spectre UV de la fraction aqueuse de l'échantillon de vaccin Pfizer. [1] [2] [3] [5] [6]

Test de fluorescence Ultra Violet de la fraction aqueuse de Pfizer pour l'oxyde de graphène réduit (rGO) [5]

 

Les spectres d'absorption et de fluorescence ultraviolets ont été obtenus avec le spectrophotomètre Cytation 5 Cell Imaging Multi-Mode Reader (BioteK). Le spectre d'absorption UV a confirmé un pic maximum à 270nm, compatible avec la présence de particules de rGO.

 

Le maximum de fluorescence UV à 340 nm suggère également la présence de quantités importantes de rGO dans l'échantillon (Bano et al, 2019).

Figure 9 - Les spectres d'absorption UV et de fluorescence ont été obtenus avec le spectrophotomètre Cytation 5 Cell Imaging Multi-Mode Reader (BioteK). Le spectre d'absorption UV a confirmé un pic maximal à 270 nm, compatible avec la présence de rGO. Le maximum de fluorescence UV à 340 nm suggère également la présence de quantités importantes de rGO dans l'échantillon (Bano et al, 2019).

Figure 9 - Les spectres d'absorption UV et de fluorescence ont été obtenus avec le spectrophotomètre Cytation 5 Cell Imaging Multi-Mode Reader (BioteK). Le spectre d'absorption UV a confirmé un pic maximal à 270 nm, compatible avec la présence de rGO. Le maximum de fluorescence UV à 340 nm suggère également la présence de quantités importantes de rGO dans l'échantillon (Bano et al, 2019).

Figure 10 - L'analyse spectroscopique UV a montré une adsorption due à la présence d'oxyde de graphène réduit, ce qui est confirmé par l'observation en microscopie visible ultraviolette.

Figure 10 - L'analyse spectroscopique UV a montré une adsorption due à la présence d'oxyde de graphène réduit, ce qui est confirmé par l'observation en microscopie visible ultraviolette.

Les figures 11 et 12 ci-dessous montrent une micrographie de différentes micro et nano particules qui ont été identifiées dans les vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen, dits " vaccins " et analysées sous un microscope électronique à balayage environnemental (SEM) couplé à une microsonde à rayons X d'un système dispersif en énergie (EDS) qui révèle la taille des particules, la distribution de la composition et la nature chimique des micro et nano particules observées[5][6][7].



La figure 11 montre des débris de 20 microns de longueur identifiés dans le soi-disant "vaccin" Pfizer contenant du carbone, de l'oxygène, du chrome, du soufre, de l'aluminium, du chlorure et de l'azote.

La figure 11 montre des débris de 20 microns de longueur identifiés dans le soi-disant "vaccin" Pfizer contenant du carbone, de l'oxygène, du chrome, du soufre, de l'aluminium, du chlorure et de l'azote.

La figure 12 montre une particule de 20 microns de longueur identifiée dans le soi-disant "vaccin" Pfizer. Elle est composée de carbone, d'oxygène de chrome, de soufre, d'aluminium, de chlorure et d'azote.

La figure 12 montre une particule de 20 microns de longueur identifiée dans le soi-disant "vaccin" Pfizer. Elle est composée de carbone, d'oxygène de chrome, de soufre, d'aluminium, de chlorure et d'azote.

Les figures 13 et 14 ci-dessous montrent une micrographie de différentes micro et nanoparticules qui ont été identifiées dans les vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen et analysées au microscope électronique à balayage (MEB) couplé à une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie (SDE) qui révèle la taille des particules, la distribution de la composition et la nature chimique des micro et nanoparticules observées.

 

Y a-t-il des parasites dans les "vaccins" de Pfizer ?

 

Un corps allongé de 50 microns, comme on peut le voir sur la figure 13, est une présence mystérieuse et nette dans le vaccin Pfizer. Il apparaît et est identifié anatomiquement comme un parasite Trypanosoma cruzi dont plusieurs variantes sont létales et constituent l'une des nombreuses causes du syndrome d'immunodéficience acquise ou SIDA [Atlas of Human Parasitology, 4e édition, Lawrence Ash et Thomas Orithel, pages 174 à 178] [8].



La figure 13 montre un parasite Trypanosoma d'environ 20 microns de long trouvé dans le soi-disant "vaccin" Pfizer. Il est composé de carbone, d'oxygène, de chrome, de soufre, d'aluminium, de chlorure et d'azote.

La figure 13 montre un parasite Trypanosoma d'environ 20 microns de long trouvé dans le soi-disant "vaccin" Pfizer. Il est composé de carbone, d'oxygène, de chrome, de soufre, d'aluminium, de chlorure et d'azote.

Une micrographie par microscopie à contraste de phase : parasite Trypanosoma cruzi [8] vivant dans du sang

Une micrographie par microscopie à contraste de phase : parasite Trypanosoma cruzi [8] vivant dans du sang

La figure 14 identifie une composition de nanoparticules comprenant du carbone, de l'oxygène, du chrome, du soufre, de l'aluminium, du chlorure et de l'azote, que l'on retrouve également dans les "vaccins" CoV-19.

La figure 13 identifie une composition de nanoparticules

La figure 13 identifie une composition de nanoparticules

Les figures 15 et 16 ci-dessous montrent une micrographie de différentes micro et nanoparticules qui ont été identifiées et analysées sous un microscope électronique à balayage (MEB) environnemental couplé à une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie (SDE) qui révèle la nature chimique des micro et nanoparticules observées et leur morphologie.

 

La particule blanche de 2 microns de long est composée de bismuth, carbone, oxygène, aluminium, sodium, cuivre et azote.

La figure 15 montre les particules de taille nanométrique et micronique identifiées dans le "vaccin" Pfizer. La particule blanche de 2 microns de long est composée de bismuth, carbone, oxygène, aluminium, sodium, cuivre et azote.

La figure 15 montre les particules de taille nanométrique et micronique identifiées dans le "vaccin" Pfizer. La particule blanche de 2 microns de long est composée de bismuth, carbone, oxygène, aluminium, sodium, cuivre et azote.

La figure 16 montre que la particule blanche de 2 microns trouvée dans le "vaccin" Pfizer est composée de bismuth, de carbone, d'oxygène, d'aluminium, de sodium, de cuivre et d'azote.

La figure 16 montre que la particule blanche de 2 microns trouvée dans le "vaccin" Pfizer est composée de bismuth, de carbone, d'oxygène, d'aluminium, de sodium, de cuivre et d'azote.

Les figures 17 et 18 montrent l'identification de particules organiques de carbone, d'oxygène et d'azote avec un agrégat de nanoparticules incorporées comprenant du bismuth, du titane, du vanadium, du fer, du cuivre, du silicium et de l'aluminium, qui ont toutes été trouvées dans le soi-disant " vaccin " Pfizer.


 

La figure 17 montre un agrégat organique (carbone-oxygène-azote) avec des nanoparticules de bismuth, de titane, de vanadium, de fer, de cuivre, de silicium et d'aluminium incorporées dans le "vaccin" Pfizer.

La figure 17 montre un agrégat organique (carbone-oxygène-azote) avec des nanoparticules de bismuth, de titane, de vanadium, de fer, de cuivre, de silicium et d'aluminium incorporées dans le "vaccin" Pfizer.

La figure 18 montre un agrégat organique (carbone-oxygène-azote) avec des nanoparticules de bismuth, de titane, de vanadium, de fer, de cuivre, de silicium et d'aluminium incorporées dans un "vaccin" Pfizer !

La figure 18 montre un agrégat organique (carbone-oxygène-azote) avec des nanoparticules de bismuth, de titane, de vanadium, de fer, de cuivre, de silicium et d'aluminium incorporées dans un "vaccin" Pfizer !

Les ingrédients non divulgués du "vaccin" d'Astrazeneca

 

Les figures 19 et 20 montrent un agrégat de fer, de chrome et de nickel, également connu sous le nom d'acier inoxydable, composé de micro et nanoparticules incorporées et identifiées dans le "vaccin" d'Astrazeneca, observé au microscope électronique à transmission (MET) et quantifié à l'aide d'une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie qui révèle la nature chimique des micro et nanoparticules observées et leur morphologie.

Figure 19 - Agrégat manufacturé de fer, de chrome et de nickel, également connu sous le nom d'acier inoxydable.

Figure 19 - Agrégat manufacturé de fer, de chrome et de nickel, également connu sous le nom d'acier inoxydable.

La figure 20 montre les particules de nano quantifiées dans le "vaccin" Astrazeneca à l'aide d'une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie qui révèle la nature chimique des micro et nanoparticules observées.

La figure 20 montre les particules de nano quantifiées dans le "vaccin" Astrazeneca à l'aide d'une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie qui révèle la nature chimique des micro et nanoparticules observées.

L'instrument XRF (X-ray fluorescence) a été utilisé pour évaluer les adjuvants du "vaccin" Astrazeneca, ce qui a permis d'identifier les molécules suivantes : histidine, saccharose, polyéthylène glycol (PEG) et alcool éthylénique, également contenues dans les "vaccins" Pfizer et Moderna. Les résultats de ce test sont présentés figure 20 [9].

 

Le PEG et l'alcool éthylénique sont tous deux connus pour être cancérigènes et génotoxiques[9]. Le PEG était le seul adjuvant déclaré sur la fiche technique énumérant les ingrédients du "vaccin" Astrazeneca, mais contenu dans les "vaccins" Pfizer et Moderna.

La figure 21 identifie le spectre des adjuvants des vaccins AstraZeneca. Des couleurs différentes sont utilisées pour les quatre molécules identifiées à l'aide de spectres de référence. La concentration relative est calculée sur les intégrales des signaux de référence pour les molécules dans un spectre quantitatif acquis avec un rapport cyclique de 5 secondes. Le plus long T1 calculé étant de 5 secondes.

La figure 21 identifie le spectre des adjuvants des vaccins AstraZeneca. Des couleurs différentes sont utilisées pour les quatre molécules identifiées à l'aide de spectres de référence. La concentration relative est calculée sur les intégrales des signaux de référence pour les molécules dans un spectre quantitatif acquis avec un rapport cyclique de 5 secondes. Le plus long T1 calculé étant de 5 secondes.

Les ingrédients non divulgués du "vaccin" de Janssen

 

Les figures 22 et 23 montrent un agrégat organique-inorganique identifié dans le "vaccin" de Janssen. Les particules sont composées d'acier inoxydable et sont collées ensemble avec une "colle à base de carbone" d'oxyde de graphène réduit[10]. Cet agrégat est hautement magnétique et peut déclencher une coagulation sanguine pathologique et "l'effet Corona" ou "l'effet protéine en pointe" créé par la dégénérescence de la membrane cellulaire due aux interactions avec d'autres dipôles[10]. Vous pouvez voir ces réactions biologiques ou transformations cellulaires dans le sang vivant sous pHase Contraste et microscopie à fond noir dans les figures 24, 25 et 26[1][11].

 

Figure 22 : Agrégat d'acier inoxydable composé de carbone, d'oxygène, de fer et de nickel, maintenu par de l'oxyde de graphène.

Figure 22 : Agrégat d'acier inoxydable composé de carbone, d'oxygène, de fer et de nickel, maintenu par de l'oxyde de graphène.

La figure 23 montre des éléments de carbone, d'oxygène, de fer et de nickel réunis par de l'oxyde de graphène.

La figure 23 montre des éléments de carbone, d'oxygène, de fer et de nickel réunis par de l'oxyde de graphène.

L'effet Corona et l'effet protéine Spike

 

L'" effet Corona " et la " protéine de pointe " créés de manière endogène sont causés par un empoisonnement chimique et radiologique dû à l'oxyde de graphène réduit et aux rayonnements micro-ondes ![11]

Figure 24 "L'effet Corona" et la création endogène d'exosomes due à l'empoisonnement chimique et radiologique des fluides vasculaires et interstitiels de l'interstium.

Figure 24 "L'effet Corona" et la création endogène d'exosomes due à l'empoisonnement chimique et radiologique des fluides vasculaires et interstitiels de l'interstitium.

La figure 25 montre "l'effet Corona" et la naissance endogène de pics de protéines S1 causés par les radiations et l'empoisonnement chimique ou ce que j'appelle "l'effet de pic de protéines".

La figure 25 montre "l'effet Corona" et la naissance endogène de pics de protéines S1 causés par les radiations et l'empoisonnement chimique ou ce que j'appelle "l'effet de pic de protéines".

Figure 26 Cette micrographie montre la création endogène des "pics de protéines" comme une infection et non une infection !

Figure 26 Cette micrographie montre la création endogène des "pics de protéines" comme une infection et non une infection !

Les figures 24 et 25 ci-dessus montrent "L'EFFET CORONA" sur les globules rouges et la figure 26 montre "L'EFFET PROTÉINE SPIKE", tous deux causés par une acidose décompensée des fluides interstitiels et vasculaires provenant d'un mode de vie acide et plus particulièrement d'une exposition à des champs électromagnétiques pulsés toxiques à 2,4 GHz ou plus, d'un empoisonnement chimique provenant de la nourriture et de l'eau ingérées, d'une pollution atmosphérique acide toxique, de chemtrails et, pour couronner le tout, d'une inoculation de CoV-19 à base de nana particules chargées de produits chimiques ! S'il vous plaît, laissez vos sentiments et vos fausses croyances à la porte avant que VOUS ne vous fassiez du mal prématurément[11] !

 

Les ingrédients non-divulgués du "vaccin" Moderna

 

Les figures 26 et 27 ont identifié une entité mixte de matières organiques et inorganiques contenue dans le "vaccin" Moderna.  
La microscopie électronique à transmission (TMS) et la quantification à l'aide d'une microsonde à rayons X d'un système à dispersion d'énergie (EDS) ont révélé la nature chimique des micro et nanoparticules observées.

Le "vaccin" Moderna est un substrat d'oxyde de graphène réduit à base de carbone dans lequel sont incorporées des nanoparticules. Ces nanoparticules sont composées de carbone, d'azote, d'oxygène, d'aluminium, de cuivre, de fer et de chlore[12].

Figure 26 La microscopie électronique à transmission révèle un composite d'oxyde de graphène dans lequel sont intégrées des matières organiques et non organiques.

Figure 26 La microscopie électronique à transmission révèle un composite d'oxyde de graphène dans lequel sont intégrées des matières organiques et non organiques.

La figure 27 révèle la présence de nanoparticules cytotoxiques intégrées.

La figure 27 révèle la présence de nanoparticules cytotoxiques intégrées.

Les figures 27 et 28 montrent une analyse qui a également été effectuée sous microscope électronique à transmission (TEM) et quantifiée avec une microsonde à rayons X d'un système dispersif en énergie (EDS) et qui a révélé la nature chimique des micro et nano particules observées. De nombreux corps étrangers ont été identifiés avec une morphologie sphérique avec quelques cavités en forme de bulles.

 

La figure 29 montre qu'ils sont composés de carbone, d'azote, d'oxygène, de silicium, de plomb, de cadmium et de sélénium. Cette composition de nanoparticules hautement toxiques sont des points quantiques de séléniure de cadmium qui sont cytotoxiques et génotoxiques [13] [14].

La figure 27 montre les nano-points dans l'oxyde de graphène trouvé dans le "vaccin" Moderna.

La figure 27 montre les nano-points dans l'oxyde de graphène trouvé dans le "vaccin" Moderna.

La figure 28 montre les nano-points dans l'oxyde de graphène trouvé dans le "vaccin" Moderna.

La figure 28 montre les nano-points dans l'oxyde de graphène trouvé dans le "vaccin" Moderna.

La figure 29 révèle la composition cytotoxique et génotoxique des nanoparticules d'oxyde de graphène trouvées dans le "vaccin" Moderna.

La figure 29 révèle la composition cytotoxique et génotoxique des nanoparticules d'oxyde de graphène trouvées dans le "vaccin" Moderna.

Les figures 30 et 31 analysent plus en détail le "vaccin" Moderna et révèlent un symplaste de 100 microns de composite de nanoparticules d'oxyde de graphène réduit. Le rGO est composé de carbone et d'oxygène avec une contamination de nanoparticules d'azote, de silicium, de phosphore et de chlore [15].

Figure 30 La microscopie électronique à transmission révèle un grand composite d'oxyde de graphène réduit de 100 microns.

Figure 30 La microscopie électronique à transmission révèle un grand composite d'oxyde de graphène réduit de 100 microns.

La figure 31 révèle le complexe de nanoparticules contenu dans le "vaccin" Moderna

La figure 31 révèle le complexe de nanoparticules contenu dans le "vaccin" Moderna

Les figures 32 et 33 montrent des entités d'oxyde de graphène réduit à base de carbone dans le "vaccin" Moderna, mélangées à des agrégats remplis de nanoparticules de silicate d'aluminium[16].

La figure 32 révèle un complexe d'oxyde de graphène et de silicate d'aluminium par microscopie électronique à transmission.

La figure 32 révèle un complexe d'oxyde de graphène et de silicate d'aluminium par microscopie électronique à transmission.

La figure 33 révèle les nano-éléments d'oxyde de graphène et de silicate d'aluminium contenus dans le "vaccin" Moderna

La figure 33 révèle les nano-éléments d'oxyde de graphène et de silicate d'aluminium contenus dans le "vaccin" Moderna

Discussion

 

La pandémie de SRAS-CoVid-2-19 a incité les industries pharmaceutiques à développer de nouveaux médicaments qu'elles ont appelés vaccins.

 

Le mécanisme d'action de ces nouveaux médicaments, tel qu'il est déclaré par l'industrie pharmaceutique, associé à ce qui est indiqué dans la fiche technique des vaccins, n'est PAS clair pour les savants médicaux actuels qui comprennent que ces nouveaux médicaments produits par Pfizer - le vaccin ARNm BioNTech, le vaccin ARNm-1273 Moderna-Lonza, le vaccin Serum Institute Oxford Astrazeneca et le vaccin Janssen COVID -19, fabriqué par Janssen Biotech Inc, une société pharmaceutique Janssen de Johnson & Johnson, ne sont PAS des vaccins mais des médicaments nanotechnologiques fonctionnant comme une thérapie génétique.

 

Le nom "vaccin" est probablement un escamotage (ruse) utilisé pour des raisons bureaucratiques et technocratiques afin de recevoir une approbation d'urgence, en ignorant toutes les règles normales nécessaires pour les nouveaux médicaments, en particulier pour ceux qui impliquent de nouveaux mécanismes nanotechnologiques qui n'ont jamais été développés ni expérimentés par l'homme, où que ce soit, à n'importe quel moment de l'histoire du monde.

 

Tous ces soi-disant "vaccins" sont brevetés et leur contenu réel est donc tenu secret, même pour les acheteurs, qui, bien sûr, utilisent l'argent des contribuables. Ainsi, les consommateurs (les contribuables) n'ont aucune information sur ce qu'ils reçoivent dans leur corps par inoculation.

 

L'humanité est maintenue dans l'ignorance en ce qui concerne les processus technologiques de nanoparticules impliqués, les effets négatifs sur les cellules du corps, mais surtout l'effet possible de la nano-bio-interaction magnétotoxique, cytotoxique et génotoxique sur le sang et les cellules du corps.

 

Cette étude actuelle, qui consiste en une analyse directe des soi-disant "vaccins" susmentionnés à l'aide d'instruments technologiques à nanoparticules, révèle des informations troublantes et susceptibles de changer la vie des personnes concernées, concernant la vérité sur le contenu acide toxique réel de ces soi-disant vaccins.

 

La microscopie électronique à balayage et à transmission révèle la présence d'oxyde de graphène dans les vaccins contre le CoV-19

Les médicaments Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Janssen ne sont PAS des "vaccins" mais des agrégats complexes de nanoparticules d'oxyde de graphène composés de divers nano-éléments fixés à des acides nucléiques génétiquement modifiés d'ARNm provenant de cellules animales ou vero et de cellules fœtales humaines avortées, comme nous l'avons vu et décrit ci-dessus. Une fois de plus, les ingrédients de ces soi-disant vaccins sont hautement magnétotoxiques, cytotoxiques et génotoxiques pour les membranes cellulaires des plantes, des insectes, des oiseaux, des animaux et des humains, ainsi que pour leur génétique...[...] 

53 commentaires:

  1. Je partage cet article parce qu'il est le premier en son genre. Je suis frappé de constater qu'en 8 mois, aucun scientifique n'ait entrepris ce travail pour savoir de façon indépendante ce que contiennent exactement ces vaccins. Je n'y connais rien dans le domaine, ça a l'air assez pointu. Ce serait bien que ce soit confirmé par d'autres labos.

    Deux précisions. Déjà je ne suis pas du tout d'accord avec ses conclusions que je n'ai donc pas inclus (l'article était de toute façon déjà énorme). Il prétend notamment ni plus ni moins que le SARS-COV-2...n'existe pas. C'est d'ailleurs ce qui décrédibilise son travail à mon sens. J'ai déjà entendu cette affirmation d'Astrid Stuckelberger. Pourtant, de multiples sources évoquent que le virus a été isolé un peu partout dans le monde depuis l'année dernière.

    France:

    https://www.pasteur.fr/fr/espace-presse/documents-presse/institut-pasteur-isole-souches-du-coronavirus-2019-ncov-detecte-france

    USA:

    https://ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7239045/

    Turquie:

    https://trt.net.tr/francais/science-sante/2020/04/06/covid-19-un-scientifique-turc-parvient-a-isoler-le-virus-sars-cov-2-1391967

    Corée:

    https://researchgate.net/publication/339358538_Virus_Isolation_from_the_First_Patient_with_SARS-CoV-2_in_Korea

    Et certainement bien d'autres encore. Donc je ne vois pas comment on peut encore dire en 2021 que ce virus n'existe pas. Il aurait pu se contenter d'analyser les vaccins sans rentrer dans ces thèses hors sujet. Libre à chacun de croire encore à ça mais je me voyais pas publier ça sur le site. Je le précise.

    Deuxièmement, concernant le parasite, je donne juste mon avis de profane. ça ressemble pas follement aux images du parasite qu'il évoque et aussi ça semble assez curieux qu'il n'en ai trouvé qu'un visiblement. Les parasites vivent en bande. Est-ce cohérent d'en trouver juste comme ça isolé? Lui-même ne semble pas tellement sûr de son coup puisqu'il indique "Y a-t-il des parasites dans les "vaccins" de Pfizer ?". Là encore, c'est une piste à creuser. Manque de bol, l'intérêt pour ce type de travail semble inexistant dans le monde scientifique. Il y a très peu de labos qui ont fait ça déjà avec les vaccins traditionnels et c'est très dommage. Espérons que ce genre d'initiative se reproduise car ce qu'il a découvert semble énorme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Autre info tombée cette semaine qui pourrait être liée:

      Les substances découvertes dans des lots de vaccins Moderna seraient d’origine métallique

      https://www3.nhk.or.jp/nhkworld/fr/news/318716/

      Espérons qu'on nous dira ce qu'étaient ces particules. Jusque là, la presse française s'est bien gardée de préciser que ces particules réagissent aux aimants.

      Supprimer
    2. Merci pour la lecture Guy !!!

      Combiner avec ceci ...

      http://xochipelli.fr/2021/08/une-pandemie-doxyde-de-graphene/

      Mais lecture déstabilisante :(

      Supprimer
    3. Continues à faire semblant de ne pas comprendre, t'es définitivement un gatekeeper.

      https://cv19.fr/2021/08/01/comment-lanalyse-du-genome-cree-des-virus-fictifs/

      Supprimer
    4. J'ai le droit d'avoir un avis différent du tien il me semble. Si j'étais un gatekeeper je ne publierais pas ce genre d'information. Faut vraiment être idiot pour prétendre un truc pareil avec tout ce que j'ai publié sur le site depuis des années. Si le site ne te convient pas personne ne t'oblige à venir.

      Vous me fatiguez les quelques boulets qui passaient votre temps à venir me provoquer, à me critiquer mais vous continuez à venir depuis des années. Mais cassez vous une fois pour toute. Des sites y en a des milliers sur la toile mais vous vous accrochez comme des sangsues.

      Supprimer
    5. C est un montage le virus n a pas ete isolé. Personne n a pu y arriver pour cause, il n existe pas, l´intoxication est par contre bien relle.

      Supprimer
    6. Donc tu penses que des virologues du monde entier, y compris Raoult et Perronne que tant de conspis suivent, mentent depuis un an et demi? Qu'ils font semblant de lutter contre un virus imaginaire? Mais dans ce cas les gens meurent de quoi depuis 2020?

      Ne me dis pas de la 5G. Les gens ne peuvent pas être morts de la 5G alors que cette technologie n'était même pas encore active l'année dernière en France. Par ailleurs, elle fonctionnait déjà dans plusieurs pays bien avant et pendant la pandémie et ce n'était pas forcément des lieux ou il y avait beaucoup de morts. Hong Kong par exemple est blindé de 5G et il y a eu 28 décès par million d'habitants à ce jour.

      Lors de la première vague, le Grand Est a été la région la plus touchée de mémoire et pourtant il y avait zéro antennes relais 5G à l'époque. ça a du changer depuis mais ça montre que cette théorie ne se confirme pas dans les faits.

      ça me semble extrêmement hasardeux de prétendre que ce virus n'existe pas. Il y a même un autre scientifique dont j'ai oublié le nom dont on avait parlé dans les commentaires qui affirme il me semble que les virus de façon générale n'existent pas. A mon sens, c'est délirant.

      Je ne comprends pas cette façon récurrente qu'ont certains d'être toujours dans la négation de tout. Entre penser que cette pandémie est exagérée et utilisée à des fins politiques (c'est mon avis) et penser qu'il n'existe ni pandémie ni virus y a un monde. Cette dernière position nie les faits. On ne remplit pas des réas avec des gens qui ne supportent pas la 5G.

      Supprimer
    7. exactement ! la nature ne l'a jamais créée.

      Supprimer
    8. Ce n'est pas parce qu'il n'est pas d'origine naturelle qu'il "n'existe pas". Pourquoi admets-tu que la grippe existe mais pas le SARS-COV-2? Ce ne sont pas les mêmes virus et ils ne provoquent pas les mêmes symptômes. Tu penses donc que tous les virologues mentent mais que un ou deux scientifique sur terre qui prétendent que ça n'existe pas ont raison?

      Supprimer
    9. GF, en fait il y'a un quiproquo, le virus actuel ou les virus actuels qui font tant de dégâts sont des virus de grippe, et ce qui fait encore le plus de dégâts est la soupe chimique nocive que l'on injecte à des millions de personnes. Les médias dissimulent la vérité sur les morts considérables que fait la piquouse , sans parler des effets secondaires.
      Tu sais que tout est propagande, dissimulation et mensonges.
      On sait qu'ils mentent sur le taux de remplissage des hôpitaux,
      retour des personnels des hôpitaux, témoignages des DOM -TOM ...
      On peut craindre le pire avec les mauvais jours, automne et hiver ou les virus respiratoires sont beaucoup plus nombreux.
      Quelle sera l'interaction une fois au contact des vaccinés ?
      beaucoup de grands scientifiques craignent une hécatombe. J'espère sincèrement qu'ils se trompent.
      Il faut également comparer les taux d'occupation en réa avec les autres années hors covid, là aussi les hôpitaux étaient aussi saturés. On sait qu'ils instrumentalisent de façon à piquouser un max de gens.
      Pour moi tout cela cache quelque chose d'extrêmement malveillant.

      Supprimer
    10. parce que que le SARS-COV-2 est le virus de grippe A et B, qui a muté au fil des piquouses, les vaxxinés fabriquent les variants.
      c'est pas un hasard si je parle d'arme biologique.
      Donc si dans le futur énormément de gens meurent, ce ne sera pas à cause du " SARS-COV-2 " mais du continu de la piquouse.
      De toute façon c'est déjà le cas.

      Supprimer
    11. Pour les personnes vaxxinés prenez de l'aspirine si nécessaire, NAC ( glutathion ), zinc, vit C, D, B et magnésium. Perso je prends en plus du silicium organique Loic le ribault ( surtout pas les copies ! ). Achetez de l'argent colloïdal, vous pouvez utilisez l'argent en aérosol, une pulvérisation dans chaque narine ou ingérez un bouchon le matin.

      Supprimer
    12. ça n'a rien à voir avec la grippe. Là encore, tu sous-entends forcément que tous les virologues de la planète mentent. Ils sont quand même capables de différencier un coronavirus d'un virus de la grippe.

      Même s'il est clair que le nombre de décès a été souvent gonflé en intégrant des gens morts d'autres chose, simplement morts avec le COVID et non du COVID il y a quand même eu une surmortalité qu'on ne retrouve pas dans de telles proportions avec la grippe qui ne cause pas autant d'hospitalisations et de décès et encore moins au printemps et en été. Cite moi une année ou on a eu 100 morts par jour du à la grippe au mois d'août. ça n'existe pas.

      Le COVID provoque des symptômes pour certains similaires à la grippe mais aussi plus spécifiques tels que la perte du goût de l'odorat. Certains patients peuvent voir leur état s'aggraver avec des manifestations cardiaques, vasculaires, rénales ou encore une embolie pulmonaire. Ces complications découlent de l'orage cytokinique qui peut suivre l'infection. C'est un phénomène que l'on n'observe pas en cas de grippe.

      Supprimer
    13. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    14. La 5G ne doit pas être déployée pour faire des tests :D

      Les tests de la 3G, 4G, 5G sont fait d'abord en labo.

      Les virologues peuvent aussi tester sur différents fréquences... pas besoin d'avoir une antenne à coté

      Supprimer
    15. ne pas négliger que les pcr sont positif a la grippe, tu soignes la grippe a coup de doliprane c'est l'hécatombe (chez les personne agée)
      je ne sais pas si il y a un covid19, de toute façon si on ne soigne pas les malade (et qu'on leur refuse l'hospitalisation en prime) ça fini mal quel que soit le virus

      voila en fait il faudrait comparer la mortalité a une année ou on a pas soigné la grippe, surmortalité c'est vite dit?

      Supprimer
    16. GF : il faut tenir compte du facteur Piquouse pour expliquer les symptômes que tu cites, on dit bien que les piquousés génèrent les variants. Depuis le biberonnage il y'a une épidémie de morts et d'effets secondaires graves, donc le poison est dans la piquouse. Reste à voir ce que seront les effets à long terme dans les mois et les années à venir pour ceux là, qu'en sera t'il avec les virus respiratoires d'automne hiver ? il y'a on est d'accord une action très malveillante derrière tout çà, donc on peut dire que tout est fait pour que les choses empirent. Quelle est la vérité, le juste milieu ? puisque la propagande intense pilonne de tout les côtés avec la grosse bertha MEDIAS.
      je suis les fils Salim Laibi, Silvano Trotta, Jim le veilleur, Saber Solo, Philippe Jandrok, alliance Humaine, Une TV et d'autres ... et tous en arrivent quasiment à la même conclusion ... sur le BUT final de cette fausse crise sanitaire. Le covid telle que l'on entend ( d'origine ) n'existe plus, c'est autre chose. N'oublions pas qu'ILS contrôlent le narratif. En tout cas j'apprécie tes analyses, on est là pour débattre, je ne dit pas que je détiens la vérité.

      Supprimer
    17. Un article de mars 2020

      COVID-19 : Des chercheurs canadiens isolent l’agent responsable de la pandémie

      2020-03-12 | Mis à jour le 13 mars 2020

      Une équipe de chercheurs ontariens de l’Hôpital Sunnybrook, de l’Université McMaster et de l’Université de Toronto est parvenue à isoler le SRAS-CoV-2, l'agent responsable de l'épidémie actuelle de COVID-19.

      Le virus isolé aidera les chercheurs du monde entier à mettre au point de meilleurs tests de diagnostic, des traitements et des vaccins. Il permettra aussi de mieux comprendre la biologie et l’évolution du SRAS-CoV-2.

      La Dre Samira Mubareka, microbiologiste et médecin spécialiste des maladies infectieuses à l’Hôpital Sunnybrook, raconte que ses collègues et elle ont utilisé des techniques de virologie « traditionnelle » pour en arriver à cette découverte.

      Dans un laboratoire spécialisé, les chercheurs ont pris le virus et l'ont « mis sur des cellules pour qu'il puisse se répliquer », explique-t-elle.

      «[Cette découverte] va être un outil très, très important. Sans le virus [isolé], on ne [pouvait] pas tester les antiviraux et les vaccins. C'est aussi un excellent contrôle pour les diagnostics.» Dre Samira Mubakera, Hôpital Sunnybrook

      La Dre Mubareka ajoute ceci : Si la réponse immédiate est cruciale, les solutions à plus long terme proviennent de la recherche essentielle sur ce nouveau virus.

      Écoutez l'entrevue avec la Dre Samira Mubakera à Y a pas deux matins pareils

      Arinjay Banerjee, de l’Université McMaster de Hamilton, affirme que le virus du SRAS-CoV-2 isolé pourra maintenant être partagé avec d'autres chercheurs.

      Plus il y aura de virus disponibles de cette façon, plus nous pourrons apprendre, collaborer et partager, dit-elle.

      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1663205/coronavirus-sras-cov-2-kozak-mubareka-banerjee-sunnybrook-mcmaster-toronto

      Supprimer
    18. Bonjour Tanessa ...

      Venant de radio-canada je me méfierais. À plusieurs reprises ils se sont décrédibilisés. Ils sont payés par l'état.

      Il faut allé à la source de l'info.

      Supprimer
    19. @mariotr0250

      Effectivement, je n'ai fait que donner la référence mais je suis plutôt perplexe. J'aurais dû le préciser au début de mon commentaire. Et oui je connais très bien Radio-Canada, mais j'ai pensé qu'il serait utile de faire connaître cet article.

      Supprimer
    20. Rebonjour Tanessa ...

      Vous avez raison sur un point très important.
      Il faut faire connaitre les informations des 2 camps, même si on est déjà bombardé par elles.

      L'autre camp(média de masse, etc.) ne nous reprochera pas d'avoir escamoter leur information, vrai ou fausse !

      Je me souviens avoir dit à une de mes tantes que j'aimerais avoir une réplique à la Bible, car dedans tout le monde parle en mal de quelqu'un qui ne s'est jamais exprimé en public ;)

      La 'vérité' ne saurait se passer du mensonge, de la laideur.
      C'est ce qui la distingue, la met en valeur.

      C'est en les comparant aussi, que l'humain trouve sa voie.

      Je m'emporte, désolé !

      Supprimer
    21. https://1scandal.com/87-institutions-sanitaires-scientifiques-du-monde-entier-nont-pas-reussi-a-trouver-le-sars-cov-2/?PageSpeed=noscript

      https://www.fluoridefreepeel.ca/68-health-science-institutions-globally-all-failed-to-cite-even-1-record-of-sars-cov-2-purification-by-anyone-anywhere-ever/

      Un citoyen canadien demande la preuve de l’existence du SARS-CoV-2 au tribunal,
      une semaine plus tard toutes les restrictions sont levées
      https://reseauinternational.net/un-citoyen-canadien-demande-la-preuve-de-lexistence-du-sars-cov-2-au-tribunal-une-semaine-plus-tard-toutes-les-restrictions-sont-levees/

      Supprimer
    22. Bonjour veritas ...

      Pour la demande du citoyen canadien, il me semble que cela a été débunké. Ce serait une fake news.

      Supprimer
    23. j'ai eu des infos prouvant le contraire ... méfiez vous, les ennemis de la liberté débunkent beaucoup ... les infiltrés sont partout.

      Supprimer
    24. UNE VIDEO TRES IMPORTANTE =

      https://myessentielles.fr/video-choc-constations-de-prelevements-sanguins-de-medecins-apres-vaccination-je-nai-jamais-vu-une-telle-chose-dans-mon-cabinet-celle-ci-est-la-forme-la-plus-etonnante-juste-1-jours-apres/

      Supprimer
    25. Rebonjour veritas ...

      Je vis au Canada et votre information n'a pas été (re)confirmée, à ma connaissance, mais il faut quand même savoir de quel camp elle origine !

      Il y a aussi de fausses informations transmises comme vrai, et elles viennent jeter le discrédit sur nous, les chercheurs de vérité, quand on les fait connaitre au public.

      Au Québec, il y a eu 2 tentatives devant les tribunaux,
      et elles ont été rejetées.

      Dernièrement, un autre avocat québécois a préparé une demande en accélérée pour annuler l'obligation du passeport vaccinal.

      Le lien ici de l'avocat qui s'explique avec un animateur de radio:

      https://radiox.com/choi981/gestion-covid-on-a-choisi-le-baton-au-lieu-de-la-carotte-au-quebec-hans-mercier/2021/09/04/44166/#main

      Peut-être le début d'une bonne nouvelle ?

      Supprimer
    26. mariotr0250 : merci pour cet éclaircissement. Au passage je relis Serge Monast - Le gouvernement mondial de l'antéchrist.
      Un livre ESSENTIEL pour comprendre ce qui se passe actuellement. Tout y est dit. C'est impressionnant.

      Supprimer
    27. Bonjour veritas ...

      Merci pour le lien !

      Supprimer
  2. Attaché votre ceinture, et augmentez votre dose de phantanyl ou de lithium pour pouvoir dormir :((

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Protoncall ...

      Il y a sans doute des exagérations dans tous ce qu'on lit,
      mais même si une petite fraction des horreurs que les mondialistes semblent vouloir nous servir étaient avérés, pour moi cela serait assez troublant!

      Supprimer
  3. Bonjour Guy,
    Astrid ne fait que répéter ce que j'entendais auparavant.
    Il est dit que le virus n'a pas pu être isolé parce qu'il contient des vides avec des substances inconnues, qui n'ont donc pas pu être identifiée. C'est peut être Flemming qui en parle ? je l'entend dire depuis longtemps.
    Il est dit que le Covid n'existe pas parce que c'est une forme de grippe et Big Pahrma est réputé pour inventer des maladies afin de vendre ses poisons. Le Graphène est dénoncé depuis plusieurs mois, j'ai pas mal de doc là-dessus. Et l'UE investit et fait des recherches sur le graphène pour faire ce qu'il appellent l'UE connectée :
    Commission Européenne - § Façonner l'avenir numérique de l'Europe
    - 25 projets soutenant le Graphene Flagship et le Human Brain Project sont recommandés pour financement
    Dernière mise à jour : 8 mars 2021
    https://digital-strategy.ec.europa.eu/en/news/25-projects-supporting-graphene-flagship-and-human-brain-project-are-recommended-funding

    Recherches :
    https://ec.europa.eu/info/index_fr
    Parcourir par domaine -> domaines de A à Z
    https://ec.europa.eu/info/topics_en
    > Digital economy and society
    https://ec.europa.eu/digital-single-market/en
    > all news

    RépondreSupprimer
  4. Article édifiant apportant la preuve que le biberon est une arme biologique de dépeuplement en cours. Mais bon quand on ne veut pas voir
    on ne peut plus rien pour ceux là. La nature continuera son œuvre malgré tout. Astrid dit que le SARS-CoV-2 n'existe pas, d'autres l'ont paraient ils isolés ? mais ils ont isolés quoi exactement ? Un énième virus de grippe ? le truc qui mute continuellement et qui crée des variants ?, ou le fameux Coco 19 fabriqué de toute pièce en labo et qui a tellement muté qu'il n'existe plus ?. Non ce SARS-CoV-2 n'a jamais existé, il a été "inventé" et " on a " supprimé " les virus de la grippe. C'est un virus de grippe à qui on a rajouté quelques fonctions de gain et qui a été relargué dans la nature ( comment ? aucune idée ).
    il n'existe pas car la nature ne l'a JAMAIS créée.
    le "covid-19" est la nouvelle terreur qui remplace tout les virus actuels.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et grace a ce "canular" ils nous vendent LE veritable dispositif, permettant notre asservissement.. activable electromagnetiquement, à distance et individuellement.. d'où la nécessité d'avoir un tasseau pouvant supporter la masse de données nécessaires à son fonctionnement ... https://www.nature.com/articles/nmeth.3857

      Supprimer
    2. "réseau" et non "tasseau" le correcteur fait des siennes.

      Supprimer
    3. Takapa, oui c'est exactement le but, le prétexte pour toutes ces mesures dictatoriales. On est d'accord sur çà.

      Supprimer
    4. Une brique ça n'existe pas car la nature ne l'a jamais créer.

      Je vous paraphrase.

      La sottise de votre formulation est-elle apparente ainsi ?

      Supprimer
    5. Laurent Franssen1 septembre 2021 à 22:32
      si la nature l'a créée puisque ces constituants ont été créée par elle .. l'homme à reconstitué l'objet avec les constituants de la nature.
      tu joues avec les mots, le SARS-CoV-2 n'a pas été créé par la nature donc ce virus n'existe pas. Il a été " inventé " par l'homme par manipulation en labo, un virus de grippe modifié avec ajout de fonction de gain. Voilà voilou tu peux aller te recoucher. merci. MDR. !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Supprimer
  5. https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/08/12/pourquoi-les-employeurs-nont-pas-interet-a-appliquer-la-loi-sur-le-passe-sanitaire/

    Pour votre empployeur qui veut vous vacciner....

    RépondreSupprimer
  6. Bon, regardez la source de ct article : MEGA LOL....
    Le mec pond un truc, quelques jolies photos sorties d'on ne sait où, du blabla et hop.... le tour des cites complomachins.
    Le mec est docteur naturopathe cad aucun diplome de medecine, il propose des soins alternatifs etc etc.... dommage. Deplus ses liens renvoient pour la plupart a ses propres articles je suis triste de voir ça faire l buzzzz

    RépondreSupprimer
  7. Rien n'est sourcé, ça ne renvoi à aucun labo ou médecin, et le délire des parasites c'est total nawak. Il dit que les adjuvants sont entre autre l'alcool éthylénique, Qui sert justement a désinfecter du materiel que l'on ne peut pas chauffer. donc trouver du viant dans les doses de vaccin me semble suspect.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour zni ...

      C'est vrai qu'il y a des choses douteuses, tout comme dans la pandémie d'ailleurs ;)

      Essayez ce lien, il est assez bien sourcé, mais cela rend les infos qui s'y trouvent assez troublantes !!!

      http://xochipelli.fr/2021/08/une-pandemie-doxyde-de-graphene/

      Supprimer
    2. Pour votre info il y a bien un dérivé d'éthylène glycole (antigel) dans les vaccins, c'est peut-être Christian Vélot qui en parle à propos des allergies, dans l'une de ses nombreuses vidéos sur le sujet des vaccins ARNm, mais d'autres le disent, voir par ex le site Cogiito. il faut du temps pour se renseigner. Ce qui parait douteux à certains et évidents pour d'autres ...

      Supprimer
  8. Réponses
    1. tu trolles, il n'y a pas que lui qui a constaté çà, le contenu de la piquouse est une arme biologique. Bien conçu car elle cible parfaitement ses proies. Je crains pour les individus les plus costauds dans les mois et années à venir, surtout avec les rappels de la pieuvre BIG PHARAM.

      Supprimer
  9. https://en.wikipedia.org/wiki/Robert_O._Young

    RépondreSupprimer
  10. https://www.profession-gendarme.com/les-predictions-mortelles-du-professeur-luc-montagnier-sur-les-vaccines/

    à votre attention , la probable mort programmé de TOUT les vaccinés dans les mois et années venir. çà me rappelle les fameux cercueils de la FEMA il y'a bien longtemps, fabriqués par millions ( 6 corps par cercueil ). Il est vrai que Montagnier parle d'incinérer les cadavres qui seront beaucoup trop nombreux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rebonjour veritas ...

      Les boites de plastiques de la FEMA auraient dû servir plus tôt d'après moi.

      Mais on pourra toujours en faire des boîtes à fleurs avec une bonne matière organique à base d'humains, si le graphène qui les imbibe n'empêche pas les fleurs de pousser :)

      Supprimer
    2. mariotr0250 : oui d'accord avec çà, leur PLAN ne se passe pas comme ILS le voulaient. L'humain est coriace même si hélas beaucoup se sont fait hypnotisés et endoctrinés par ce système diabolique.. Il me semble qu'il y'a eu aussi la construction par la FEMA de milliers de wagons ... destiné à quoi ?
      ceux qui en savent plus sur ce sujet ( cercueils et wagons ) ce serait intéressant de ressortir ces infos et de les développer.

      Supprimer
    3. Rebonjour veritas ...

      Pour les wagons, les boîtes, les camps FEMA, etc. c'est la débandage totale des mondialistes. Ils bombardent dans tous les sens comme des aveugles.

      Je pense sincèrement qu'ils se sont trop avancés sur le devant de la scène - à la vue de tous - pendant la pandémie, me confirmant qu'ils sont en panique et que le 'plan' ne se déroule pas comme ils le voudraient.

      Ils ont annoncés à la face du monde que la pandémie était une opportunité pour repenser l'économie, alors qu'au même instant les gens mouraient et que l'OMS annonçait encore plusieurs millions de morts, au minimum.

      Un peu d'empathie quand même !

      Le plus convaincant pour moi, de leurs désorganisation et de la terreur qu'ils ressentent s'ils sont démasqués, est que ces 'humanistes' voulaient sauver la planète de ces humains encombrant, mais que tout-à-coup il fallait 'TOUS' les vacciner pour sauver leur vie.

      J'ai comme un doute que ça ne se passe pas comme ils l'ont prévu :)

      Supprimer
  11. Pourquoi est-ce que ce type d'information est la plus part du produites par des gens douteux ?
    C'est bien dommage et ca nuis au combat que l'on mène.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour 'Unknow' ...

      Peut-être trouverez-vous plus de sérieux ici:

      http://xochipelli.fr/2021/08/une-pandemie-doxyde-de-graphene/

      Supprimer



Charte des commentaires:

La possibilité de commenter de façon anonyme a été désactivée suite à de trop nombreux abus (insultes, menaces de mort). Il faut désormais obligatoirement utiliser un compte Gmail pour commenter.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

adblocktest

Mal traités

Coronavirus

MK-Ultra

Affaire Epstein

Lubrizol

Réseau Pédophile de l'Elite

Conseils pour économiser

Contre la désinformation

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog