lundi 29 novembre 2021

Selon une étude américaine le QI des enfants aurait baissé de 23% depuis 2018. Les masques pourraient en être responsables

 


Selon une nouvelle étude, les mesures de distanciation sociale, y compris les masques faciaux, sont soupçonnées d'avoir fait chuter le développement des jeunes enfants jusqu'à 23% pendant la pandémie de COVID. 

Les scientifiques de l'Université Brown, Sean CL Deoni, Jennifer Beauchemin, Alexandra Volpe et Viren D'Sa, ont rédigé le rapport, en collaboration avec le cabinet de conseil mondial Resonance, collectant des données auprès de 1 600 enfants et de leurs parents qui ont été inscrits à l'étude entre 0 et 5 ans sur une base glissante. 

Le rapport a analysé le développement cognitif des jeunes pendant la petite enfance, l'enfance et l'adolescence, et a examiné comment les scores de développement moyens dans trois domaines clés avaient été affectés pendant l'ère COVID  avec des résultats choquants.


Le rapport a révélé qu'il y avait eu une baisse de 23% des scores mesurant les quotients intellectuels des enfants depuis le début de la pandémie. Les résultats ont montré que le résultat moyen de l'apprentissage précoce a chuté de 23%, passant d'une moyenne d'un peu moins de 100 en 2019 à 77 en 2021.

Dans le rapport, les chercheurs ont d'abord analysé 1 070 évaluations effectuées sur 605 enfants avant mars 2020, lorsque les confinements et le port du masque lié au COVID ont commencé.

Ensuite, 154 autres évaluations de 118 enfants administrés entre mars 2020 et juin 2021, au plus fort de la pandémie, ont été effectuées.

Puis, 39 enfants nés en 2018 et 2019 ont été évalués au cours de la pandémie, jusqu'en 2021.

L'équipe a ensuite effectué des vérifications sur trois mesures largement acceptées comme représentatives du développement de l'enfant - le "early learning composite" (composite d'apprentissage précoce), le quotient de développement verbal (VDQ) et le quotient de développement non verbal (NVDQ).

Le composite d'apprentissage précoce d'un enfant est dérivé de ses échelles de motricité fine, de réception visuelle, de langage réceptif et expressif, et est l'équivalent des premières années d'un score de QI.

Les deux quotients de développement mesurent le degré de maturité d'un enfant dans ses compétences linguistiques et autres par rapport à un échantillon de jeunes de son âge.


Les résultats ont montré que le résultat moyen composite de l'apprentissage précoce a chuté de 23%, passant d'une moyenne d'un peu moins de 100 en 2019, à environ 80 en 2020, et enfin à 77 en 2021.

Pendant ce temps, le quotient de développement verbal a également chuté de façon spectaculaire, passant d'une moyenne de 100 en 2018 à un peu moins de 90 en 2020, et autour de 70 en 2021.

Le quotient de développement non verbal a également connu une baisse similaire, passant d'un score moyen d'environ 105 en 2019, à 100 en 2020 et à environ 80 en 2021.

L'étude a conclu que "les enfants nés pendant la pandémie ont des performances verbales, motrices et cognitives globales considérablement réduites par rapport aux enfants nés avant la pandémie".

"En outre", ajoute le rapport, "les masques portés dans les lieux publics et à l'école ou à la garderie peuvent avoir un impact sur une gamme de compétences en développement précoce, telles que l'attachement, le traitement facial et le traitement socio-émotionnel".





Deux tests déterminant les quotients de développement des enfants ont également été effectués, illustrant des baisses marquées depuis le début de la pandémie concernant la maturité des enfants dans leurs compétences linguistiques et autres par rapport à un échantillon de jeunes de leur âge.

Les auteurs ont déclaré que les garçons issus de milieux défavorisés étaient les plus à risque de subir une baisse des résultats des tests cognitifs, les parents les plus riches étant mieux à même d'atténuer les effets de la pandémie.

Ils ont expliqué : "En comparant les scores moyens annuels depuis 2011, en contrôlant l'âge, le sexe, les indicateurs démographiques et socio-économiques, nous trouvons des preuves frappantes du déclin du fonctionnement cognitif global des enfants à partir de 2020 et jusqu'en 2021."

"Nous constatons que les hommes semblent significativement plus touchés que les femmes, et qu'un statut socio-économique plus élevé (SSE, tel que mesuré par l'éducation de la mère) aide à atténuer cet impact négatif."

"À un niveau plus individuel, nous avons examiné les tendances longitudinales avant et pendant la pandémie chez les mêmes enfants de 2018 à 2021, trouvant à nouveau des baisses de capacité en 2020 et 2021."

Les résultats de l'étude surviennent alors que les parents du monde entier sont aux prises avec l'idée que le port de masques peut interférer avec les expériences d'apprentissage naturelles et les compétences de communication de leurs jeunes enfants.

"Il y a des périodes sensibles dans le développement de la petite enfance au cours desquelles le développement du langage et le développement émotionnel se développent très rapidement pendant les premières années de la vie", a déclaré à CNN en août Ashley Ruba, chercheuse postdoctorale au Child Emotion Lab de l'Université du Wisconsin-Madison. 

Le médecin a ajouté que les enfants en développement ont besoin de voir les indices verbaux ou faciaux subtils des autres pour discerner avec précision comment quelqu'un se sent – ​​une compétence qui s'avère primordiale à mesure que le jeune grandit.


"La pandémie de COVID-19 a fondamentalement modifié le paysage de la santé infantile, avec des mères enceintes, et des enfants vivant dans un environnement économique, psychosocial et éducatif remarquablement différent de celui qui était présent il y a à peine 18 mois", indique l'étude.

De plus, ne pas pouvoir voir le visage de quelqu'un empêche également les enfants de déterminer si quelque chose ou une situation est sûre ou dangereuse, a ajouté Ruba.

Cela dit, les masques peuvent ne pas être une cause de la réduction drastique des capacités cognitives des enfants, indique l'étude, ajoutant qu'il existe probablement une gamme de facteurs liés à la pandémie qui peuvent être blâmés pour la baisse – en particulier le manque d'interactions sociales entre les jeunes encore en développement. 

Cela s'est produit après la fermeture des écoles pour l'apprentissage en présentiel, de nombreux experts accusant le manque de contacts sociaux d'être à l'origine d'un boom des problèmes de santé mentale chez les enfants, et certaines régions connaissant une augmentation du nombre de suicides chez les jeunes. 

[...]

Source: Daily Mail

Traduction: Fawkes News

7 commentaires:

  1. Ciao amici :)
    Oui c'est fort possible, je réponds sans avoir lu l'article, mais un cerveau a besoin d'être bien oxygéner pour fonctionner de façon optimale !
    Et d'ailleurs si déjà une baisse de QI est observée depuis quelques années, c'est à cause justement de l'augmentation de la sédentarité ! Les jeunes restent chez eux à jouer à la console, reste trop assis, tu ajoutes à ça pollution et nutrition dégueulasse et tu as ce résultats !

    Akasha.

    RépondreSupprimer
  2. Et oui les criminels aux pouvoir s'en cognent, micron n'a pas de gosses, la grosse vache de merkel non plus, les autres doivent avoir des enfants déjà grand...
    Protéger des grabataires malades et entraver le développement et la liberté des gosses et ados est juste criminel

    RépondreSupprimer
  3. je pense que ça va au dela de l'indifférence
    débilisé la jeunesse pour que ça devienne des demeurés dociles a souhait

    RépondreSupprimer
  4. Dans leur N.O.M, ILS ne veulent que des humains lobotomisés, déstructurés, sans intelligence, corvéable à merci et qui aiment çà. On y va tout droit.

    RépondreSupprimer
  5. Ha boooooon ? Pourquoaaaaaa faire...? Un sage troupeau de porteurs d'organes mutants ?

    RépondreSupprimer
  6. Les enfants auraient perdu 23% de leur QI ...

    Ils ne battront pas nos dirigeants - probablement des crétins et des consanguins pour une bonne part - qui ont perdu 99% de 'TOUT'.
    De leur QI, de leur moralité, de leur indépendance et de leur
    humanité!!!

    Je me demande si le métier de bourreau va redevenir à la mode, car il y a beaucoup de boulot en vu ?

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai pas lu mis à part le titre.
    Mais, fort heureusement, grâce à la tablette numérique et au téléphone portable (les leurs directement ou ceux de leurs parents, inconscients notamment, qui les laissent utiliser ces merdes qui détruisent leur empathie etc), ça va rattraper/compenser... lol
    Pour moi le QI c'est une escroquerie, mais bon...

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

La possibilité de commenter de façon anonyme a été désactivée suite à de trop nombreux abus (insultes, menaces de mort). Il faut désormais obligatoirement utiliser un compte Gmail pour commenter.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

adblocktest

Mal traités

Coronavirus

MK-Ultra

Affaire Epstein

Lubrizol

Réseau Pédophile de l'Elite

Conseils pour économiser

Contre la désinformation

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog