dimanche 20 février 2022

Washington va-t-il lancer un « faux drapeau » meurtrier pour saboter Nord Stream ?

 



« Des collègues américains du Pentagone m’ont dit, sans équivoque, que les États-Unis et le Royaume-Uni ne laisseront jamais les relations euro-soviétiques (UE-Russie) se développer à un degré tel qu’elles remettraient en cause la primauté et l’hégémonie politique, économique ou militaire des États-Unis et du Royaume-Uni sur le continent européen. Un tel développement sera empêché par tous les moyens nécessaires, si nécessaire en provoquant une guerre en Europe centrale » ~ Christof Lehmann

Le 16 février est arrivé et reparti sans incident. Les informations diffusées par les responsables américains et les médias se sont révélées fausses. La Russie n’a pas envahi l’Ukraine et aucun des avertissements non vérifiés ne s’est avéré vrai. Jusqu’à présent, ni les médias ni l’administration n’ont produit la moindre preuve que la Russie prévoyait réellement d’envahir l’Ukraine ou que l’invasion présumée était « imminente ». Tout cela n’était peut-être qu’un canular concocté par Washington pour faire avancer son agenda régional ; nous n’en sommes pas certains. Ce que nous savons, en revanche, c’est que personne au sein de l’administration, des médias ou des agences de renseignement n’a présenté d’explication, d’excuse ou de rétractation pour ses prédictions erronées. De cela, nous pouvons être sûrs à 100%.

Que devons-nous penser de cela ? Pourquoi l’administration a-t-elle misé sa crédibilité sur une prédiction aussi farfelue ? Et pourquoi les médias ont-ils participé à cette ruse alors qu’ils n’avaient manifestement aucune preuve tangible pour étayer leurs affirmations ? Pensent-ils vraiment que Poutine est à ce point atteint de troubles cognitifs qu’il ordonne à ses troupes d’entrer en Ukraine juste pour suivre le scénario farfelu de Washington ?

Non, bien sûr que non.

Alors pourquoi l’ont-ils fait ?

Peut-être que les avertissements étaient destinés à détourner l’attention d’autres événements suspects qui se déroulent actuellement en Ukraine. Par exemple, pourquoi les oligarques ukrainiens et les élites aux poches profondes fuient-ils en masse le pays ? Voici l’histoire de 24-7 News Agency :

« Les oligarques et les hommes d’affaires ukrainiens quittent l’Ukraine sur des vols charter. Selon Ukrayinska Pravda, une vingtaine de charters et d’avions privés ont décollé de Kiev au cours de la dernière journée.

Selon le journal, les avions de Rinat Akhmetov et Boris Kolesnikov ont décollé d’Ukraine aujourd’hui… Un avion privé pour 50 personnes a également été commandé par le député du parti Plateforme d’Opposition-Pour la Vie (OPPL), le millionnaire Igor Abramovich. Selon Ukrainska Pravda, cet avion est censé emmener des proches de ses collègues du parti, ainsi que des hommes d’affaires. Des oligarques et des hommes d’affaires ukrainiens quittent l’Ukraine sur des vols charter »1.

Vous voyez le tableau ? Les « gros bonnets » s’en vont tant qu’il est encore temps. Mais pourquoi ? Sont-ils préoccupés par les légions russes fictives qui prennent d’assaut Kiev ou ont-ils été avertis par des initiés qui ont connaissance des événements à venir ? Qu’en est-il ?

Et pourquoi la CIA se renfloue-t-elle au même moment ? Cela semble un peu suspect, vous ne trouvez pas ? Voici un extrait d’un article de TASS intitulé : « Les États-Unis délocalisent temporairement leur station de la CIA de Kiev » :

« Les autorités américaines ont temporairement déplacé les employés de la Central Intelligence Agency (CIA) de Kiev, a rapporté mardi le New York Times en citant des sources. Selon ces sources, la station de la CIA a été « temporairement relocalisée » de Kiev mardi… Selon ses sources, la relocalisation des employés de la CIA pourrait compliquer la collecte de renseignements sur « l’activité » présumée de la Russie dans le pays ».

L’article n’explique pas pourquoi la CIA a fermé ses bureaux et s’est enfuie, nous devons donc supposer qu’ils savent quelque chose que les autres ne savent pas. Mais qu’est-ce que ça pourrait être ?

En général, les gens n’évacuent pas à moins d’être en danger, non ? Donc, les agents de la CIA ont dû être informés des événements à venir qui mettraient leur vie en danger. En d’autres termes, la CIA et les élites économiques de Kiev se dirigent vers les sorties avant que la tempête ne frappe, ce qui suggère qu’ils ont été informés par quelqu’un qui connaît le plan de Washington. Mais qui cela peut-il être, et comment ces développements bizarres s’inscrivent-ils dans le fiasco de « l’invasion russe » ? Y a-t-il un lien ?

Oui, il y en a un, mais d’abord, remettons le mème de « l’invasion russe » dans son contexte. Beaucoup de ceux qui ont démasqué la supercherie se sentent assez fiers d’eux aujourd’hui, et pour cause, après tout, ils avaient raison et les médias avaient tort. Mais il ne faut pas perdre de vue l’essentiel, à savoir que les tambours de guerre battent aussi férocement aujourd’hui qu’avant que les prédictions ne s’avèrent fausses. Pourquoi ?

Parce que les médias continuent de préparer le public à une confrontation avec la Russie ou à quelque chose d’encore pire. Jetez un coup d’œil à cet échantillon des gros titres de mercredi :

• « La Russie continue de renforcer ses troupes près de l’Ukraine, selon les États-Unis et l’OTAN », Reuters
• « Le secrétaire d’État américain : “Aucun retrait significatif des forces russes de la frontière ukrainienne” », CNN
• « L’OTAN affirme que la Russie augmente le nombre de ses troupes à la frontière ukrainienne et appelle à des pourparlers », CNBC
• « La Russie continue de renforcer ses forces près de l’Ukraine, selon le chef de l’OTAN », Wall Street Journal

Ainsi, les médias continuent de renforcer la propagande pro-guerre, même si la Russie n’a jamais envahi l’Ukraine. Qu’est-ce que cela vous dit ?

Que la crise n’est pas terminée. Cela vous dit que les médias continuent de fouetter le public dans une frénésie russophobe. Cela vous dit que l’Oncle Sam a quelque chose d’autre dans sa manche que personne n’attend vraiment ; un événement surprise qui va secouer les choses et recadrer le récit d’une manière qui profite à Washington et nuit à la Russie. C’est ce que nous pouvons conclure des gros titres de mercredi. La guerre est toujours à l’ordre du jour.

Les lecteurs de cette rubrique savent que nous pensons que le véritable objectif de Washington n’est pas du tout l’Ukraine, mais Nord Stream, le gazoduc qui relie l’Allemagne à la Russie. Voici ce qui rend ce gazoduc si important :

« Nord Stream crée l’infrastructure critique nécessaire pour relier la puissance industrielle de l’Europe (l’Allemagne) aux vastes réserves énergétiques de la Russie. Cette liaison renforce les liens commerciaux, ouvrant la voie à des relations plus chaleureuses, à l’assouplissement des réglementations transfrontalières et à la fusion progressive des deux continents dans la zone de libre-échange la plus vaste et la plus prospère du monde. Nord Stream représente le volet énergétique de l’Initiative Ceinture et Route chinoise, qui rapprochera l’Europe et l’Asie grâce à un vaste système ferroviaire à grande vitesse qui réduira les coûts de transport, stimulera le commerce extérieur et déplacera le centre de gravité du monde vers l’Asie ».

Conclusion : L’émergence d’une zone de libre-échange UE-Asie signifie la fin de la structure actuelle du pouvoir mondial dans laquelle les États-Unis jouent le rôle dominant. Elle ouvre la voie à un nouvel ordre mondial multipolaire dans lequel tous les États sont traités avec plus d’égalité et de justice. Mais quelqu’un pense-t-il sérieusement que Washington est prêt à renoncer à son pouvoir et à accepter une place au sein de la famille des nations ?

Non, cela n’arrivera pas. Pas sans combattre, du moins.

Il suffit de jeter un coup d’œil au fracas à propos de Nord Stream. Washington s’est opposé à Nord Stream depuis sa création en 2015 et a accumulé les sanctions à chaque occasion. Récemment, cependant, Biden a levé les sanctions parce qu’elles sont si impopulaires auprès du peuple allemand qui a besoin d’une source d’énergie propre pour compenser le manque à gagner des centrales nucléaires (mises hors service). Le problème pour Washington est que, hormis les sanctions, il existe peu de moyens d’empêcher la mise en service du gazoduc. Cela signifie que Washington devra recourir à des mesures plus extrêmes comme la coercition, l’incitation et les faux drapeaux. Regardez cet extrait d’un article paru mardi sur TASS :

« Un habitant de Lougansk a alerté le ministère de la Sécurité de l’État après avoir trouvé un objet ressemblant à un engin explosif artisanal dans une poubelle du parc de l’Amitié du peuple.

La bombe était composée d’un téléphone portable, d’un détonateur, de deux plaques de TNT d’un poids total de 400 grammes et de matériel de détérioration, comme des morceaux de tiges d’acier. Le ministère a déclaré qu’il avait des raisons de croire que la détonation de l’engin était prévue au moment d’un rassemblement consacré aux anciens combattants, qui devait avoir lieu le matin du 15 février.

Le ministère a déclaré que des groupes subversifs ukrainiens pourraient avoir été impliqués dans cette tentative d’attentat, car ils cherchent à déstabiliser la situation en RPL. La détonation de l’engin explosif au milieu d’une grande foule dans le centre-ville de Lougansk aurait pu faire des blessés parmi les civils, a déclaré le ministère »2.

Un événement terroriste de cette ampleur convaincrait-il Poutine qu’il doit envoyer des troupes pour défendre les Russes ethniques dans l’est de l’Ukraine ?

Probablement pas, mais cela permet de montrer comment une attaque terroriste peut être utilisée pour justifier des représailles, voire une guerre. Imaginons, par exemple, qu’un petit engin nucléaire ou une arme chimique explose à Kiev, tuant des centaines de civils et en mutilant des milliers d’autres. Que se passerait-il ?

Le monde serait-il choqué et horrifié ?

Bien sûr.

Et les dirigeants politiques du monde entier condamneraient-ils cette action et s’engageraient-ils à traduire les auteurs en justice ?

Oui.

Et les médias alimenteraient-ils l’hystérie publique et l’utiliseraient-ils pour promouvoir une réponse qui servirait les intérêts des élites ?

Oui, encore une fois.

Et les membres des services de sécurité ukrainiens – agissant de concert avec leurs alliés américains chargés de l’application de la loi – s’empresseraient-ils d’arrêter une petite cellule de terroristes (prétendument) liés aux services de renseignement russes ou à l’armée russe, faisant ainsi porter le chapeau à Poutine ?

Oui, ils le feraient. En fait, ces montages de suspects présumés de terrorisme sont si courants aux États-Unis que des agents du FBI malhonnêtes ont fait du « piégeage » une forme d’art. Il n’y a aucune raison de croire que cette pratique ne puisse pas être exportée en Ukraine. En bref, il ne fait aucun doute que ces mêmes « présumés Russes » seraient rapidement traités et sévèrement punis sans jamais voir l’intérieur d’un tribunal.

Et quel effet cela aurait-il sur la crise en Ukraine ?

Cela justifierait que l’armée ukrainienne envahisse le Donbass et élimine des milliers de Russes ethniques qui n’ont aucun lien avec l’attentat terroriste. Ce qui, à son tour, obligerait Poutine à envoyer ses troupes de l’autre côté de la frontière pour mettre fin aux combats et rétablir la paix. Et c’est alors que Washington répudierait l’action de la Russie en la qualifiant d’« invasion ». Ce qui mettrait une pression supplémentaire sur le chancelier allemand Olaf Scholz pour qu’il abandonne le projet de pipeline German-Russo et empêche le lancement de Nord Stream. C’est ainsi que l’on peut utiliser un faux drapeau pour atteindre ses objectifs géopolitiques. Voici un extrait d’un article de RT :

« Des commandos ukrainiens formés par la Grande-Bretagne planifient une « série d’attaques terroristes » dans le Donbass pour servir de couverture à une opération sous faux drapeau … Le porte-parole de la milice locale, Eduard Basurin, a déclaré mercredi que Kiev allait organiser une provocation pour accuser la Russie d’envahir le pays …

Basurin a toutefois insisté sur le fait qu’il disposait d’« informations fiables » suggérant que six groupes de saboteurs du 8e régiment des forces armées ukrainiennes (VSU) avaient été formés par des spécialistes du Royaume-Uni et déployés près de la ligne de contact. Leurs cibles comprendraient l’approvisionnement en gaz et en eau ainsi que des centrales électriques.

Le but de leur prétendue provocation est d’accuser la Russie d’attaques sous faux drapeau pour préparer une « agression » contre l’Ukraine, et de créer la panique parmi les résidents locaux, a-t-il ajouté …

En décembre, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a allégué que des sociétés militaires privées américaines avaient commencé à expédier des « composants chimiques non identifiés » vers des villes du Donbass, comme précurseur potentiel d’une attaque …

La semaine dernière, Washington a accusé la Russie de planifier une attaque sous faux drapeau dans le territoire contrôlé par les séparatistes, comme prétexte pour envahir l’Ukraine. Cette allégation faisait écho à celles du gouvernement ukrainien et faisait suite à la visite du directeur de la CIA, William Burns, à Kiev. La Russie a rejeté cette allégation, la jugeant sans fondement, et a qualifié de « fausses nouvelles » les insinuations des États-Unis concernant un projet d’invasion »3.

Ce qui est intéressant dans cet article, c’est que les trois parties s’accusent mutuellement de fomenter le même plan illicite. Cela suggère qu’elles pensent toutes qu’une opération sous faux drapeau est probable dans les circonstances actuelles. En d’autres termes, la probabilité d’un événement catastrophique faisant de nombreuses victimes et servant de prétexte à la guerre n’est plus considérée comme une théorie du complot farfelue par les principaux participants au conflit. Au contraire, ils la considèrent comme la ligne de conduite prévue. Nous sommes d’accord avec cette conclusion. En voici plus, extrait d’un article de PBS :

« Les États-Unis ont accusé jeudi le Kremlin d’un complot élaboré visant à fabriquer une attaque des forces ukrainiennes que la Russie pourrait utiliser comme prétexte pour entreprendre une action militaire contre son voisin. Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré que le plan comprenait la production d’une vidéo de propagande graphique qui montrerait des explosions mises en scène et utiliserait des cadavres et des acteurs représentant des personnes en deuil.

Le plan de la fausse attaque contre le territoire russe ou les personnes parlant russe a été révélé dans des renseignements déclassifiés partagés avec les responsables ukrainiens et les alliés européens ces derniers jours. Il s’agit de la dernière allégation en date des États-Unis et de la Grande-Bretagne selon laquelle la Russie comploterait pour utiliser un faux prétexte pour entrer en guerre contre l’Ukraine.

En décembre, la Maison-Blanche a accusé la Russie de mettre au point une opération « sous faux drapeau » pour créer un prétexte à une invasion… Les États-Unis n’ont pas fourni d’informations détaillées à l’appui des conclusions des services de renseignement »4.

C’est l’hôpital qui se fout de la charité. La Russie n’a rien à gagner d’une fausse attaque en Ukraine, car son seul objectif est de se joindre aux États-Unis pour signer des accords juridiquement contraignants limitant l’expansion de l’OTAN et éliminant les sites de missiles nucléaires en Roumanie et en Pologne. C’est tout. C’est tout ce que veut Poutine. Alors, comment une provocation peut-elle aider à atteindre ces objectifs ?

Elle ne le peut pas. Le seul qui profite d’une incitation à la violence, ce sont les États-Unis. Pour Washington, un faux drapeau est peut-être la dernière occasion de bloquer Nord Stream et d’empêcher l’érosion constante de sa puissance mondiale. Et qu’une provocation de ce genre soit ou non un signe de désespoir n’est absolument pas pertinent. Les États-Unis restent fermement décidés à faire tout ce qu’il faut pour conserver leur place dominante dans l’ordre mondial. Voici comment l’analyste politique Christof Lehmann a résumé la situation il y a plus de dix ans :

« Des collègues américains du Pentagone m’ont dit, sans équivoque, que les États-Unis et le Royaume-Uni ne permettraient jamais que les relations entre l’Europe et l’Union soviétique (la Russie) se développent au point de remettre en question la primauté et l’hégémonie politiques, économiques ou militaires des États-Unis et du Royaume-Uni sur le continent européen. Un tel développement sera empêché par tous les moyens nécessaires, si nécessaire en provoquant une guerre en Europe centrale ».

Voilà, c’est écrit noir sur blanc. Washington ne va pas se laisser faire et faire le mort pendant que de nouveaux centres de pouvoir se développent sur la planète. Ce n’est pas ce qui va se passer. Les États-Unis vont identifier les nations qui pourraient leur causer des problèmes et faire tout ce qu’ils peuvent pour les écraser. C’est ainsi que fonctionnent les empires. Ils n’attendent pas qu’on les fasse tomber de leur piédestal. Ils prennent le taureau par les cornes et agissent de manière préventive. Paul Wolfowitz a articulé les rouages de la politique étrangère des États-Unis comme suit :

« Notre premier objectif est d’empêcher la réémergence d’un nouveau rival, sur le territoire de l’ancienne Union soviétique ou ailleurs, qui représente une menace de l’ordre de celle que représentait autrefois l’Union soviétique. Il s’agit d’une considération dominante qui sous-tend la nouvelle stratégie de défense régionale et qui exige que nous nous efforcions d’empêcher toute puissance hostile de dominer une région dont les ressources seraient, sous un contrôle consolidé, suffisantes pour générer une puissance mondiale ».

Il s’agit de la doctrine fondamentale qui guide la politique étrangère des États-Unis : Identifier les menaces potentielles à l’hégémonie des États-Unis, puis les anéantir sans pitié. Cela suggère qu’un faux drapeau en Ukraine est plus que probable.

Source : The Unz Review


14 commentaires:

  1. Je partage totalement le point de vue de cet article. A mon sens, ça sent le false flag US/Ukraine à plein nez et pour bientôt. Sans vouloir me lancer sur des dates précises qui seront probablement fausses, ça m'étonnerait pas que ça tombe dans les jours à venir. Tous les ingrédients sont là. A suivre.

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Le 22/02/2022, à 22h02'22" !

      Supprimer
    2. Bien vu, mais quitte à spéculer sur l’heure je dirai plutôt 2:22 pm. Reste à savoir si heure de Kiev ou New-York.

      Supprimer
  3. ça commence déjà à chauffer. Les militaires russes détruisent deux blindés ukrainiens qui ont violé la frontière:

    https://fr.sputniknews.com/20220221/les-militaires-russes-detruisent-deux-blindes-ukrainiens-qui-ont-viole-la-frontiere-1055273585.html

    Un poste-frontière russe détruit par un obus ukrainien, selon les services de sécurité russes

    https://francais.rt.com/international/95986-poste-frontiere-russe-detruit-par-obus-ukrainien-selon-services-securite-russes

    Evidemment les ukrainiens démentent à chaque fois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://thebigtheone-com.translate.goog/%d1%81%d1%82%d1%83%d0%b4%d0%b8%d1%8f-%d0%bc%d0%be%d1%81%d1%84%d0%b8%d0%bb%d1%8c%d0%bc-%d0%b1%d1%80%d0%be%d1%81%d0%b0%d0%b5%d1%82-%d0%b2%d1%8b%d0%b7%d0%be%d0%b2-netflix/?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr

      Supprimer
  4. ou la la , le 22 02 2022 , une date a retenir par nos historiens futurs

    RépondreSupprimer
  5. La Russie se porte garante de la sécurité des républiques du Donbass

    https://fr.sputniknews.com/20220222/la-russie-se-porte-garante-de-la-securite-des-republiques-du-donbass-1055294794.html

    "La Russie aura le droit d'installer ses bases militaires et d'autres sites d'infrastructure militaire sur le territoire des Républiques de Donetsk et de Lougansk"

    Voilà qui marque un tournant dans le conflit. La Russie s'implique ouvertement dans le conflit en protégeant ces républiques.

    Poutine: «Quant à ceux qui ont pris le pouvoir à Kiev et qui le gardent, nous exigeons d'eux l'arrêt immédiat des opérations militaires, autrement toute la responsabilité de la poursuite de l'effusion de sang reposera totalement sur la conscience du régime en territoire ukrainien».

    https://francais.rt.com/international/96045-poutine-exhorte-ukraine-cesser-operations-militaires-contre-donetsk-lougansk

    Cette fois c'est bien la Russie qui avance ses pions et ça m'étonnerait que l'OTAN le tolère. ça donne le ton pour les prochaines semaines. La Russie ne semble pas enclin à faire de compromis dans ce dossier. Je crains que tôt ou tard l'Europe soit une fois encore le théâtre d'une grande guerre ou tout le monde sera perdant (peut-être pas "tout le monde" mais les peuples oui).

    RépondreSupprimer
  6. https://www.lefigaro.fr/conjoncture/ukraine-l-allemagne-suspend-l-autorisation-du-gazoduc-nord-stream-2-20220222
    Oh comme c'est bizarre, bien vu.
    Les pourritures carpettes d'Atlantistes soumises à l'oncle sam en ont donc décidés

    RépondreSupprimer
  7. L'Allemagne a stoppé la construction de Norstream 2

    RépondreSupprimer
  8. NOUVELLE GUERRE FROIDE
    La stratégie anti-russe de Zbigniew Brzezinski
    par Arthur Lepic
    Zbigniew Brezinski, ancien conseiller du Président Carter, incarne la continuité de la politique étrangère états-unienne, qui n’est ni Démocrate ni Républicaine. Grand admirateur de Henry Kissinger, il a toujours prôné le respect de deux concepts clés de la diplomatie du « maître », l’équilibre des puissances théorisé par Metternich et la doctrine de « containment » élaborée par George Kennan. Il préconise ainsi aujourd’hui l’encerclement de la Russie grâce à la déstabilisation de ses régions frontalières. Une politique particulièrement écoutée au sein de l’équipe de John Kerry, qui a recruté son fils Mark Brzezinski en tant que conseiller sur la politique étrangère.

    RépondreSupprimer
  9. sans gaz russe , ils vont faire quoi les teutons , a part acheter du gaz liquéfié

    RépondreSupprimer
  10. https://odysee.com/@Michael_Mcs:2/Accusation-de-linstitut-Pasteur--Rapha%C3%ABl-Cohen:7

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

La possibilité de commenter de façon anonyme a été désactivée suite à de trop nombreux abus (insultes, menaces de mort). Il faut désormais obligatoirement utiliser un compte Gmail pour commenter.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

adblocktest

Mal traités

Coronavirus

MK-Ultra

Affaire Epstein

Lubrizol

Réseau Pédophile de l'Elite

Conseils pour économiser

Contre la désinformation

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog