vendredi 16 septembre 2022

"Tempête parfaite pour l'économie Mondiale": L’Europe se dirige vers une « récession profonde » et une désindustrialisation

 



Ces derniers jours, l'agence de notation Fitch et la Banque de France parlent également d'une récession à venir en Europe. La Banque Mondiale ainsi que le Directeur Général de FedEx évoquent eux carrément une récession mondiale. Fawkes

-------

Avec des prix du gaz naturel supérieurs de plus de 100 dollars par mégawattheure à ce qu’ils étaient il y a un an, les économies d’Europe occidentale se dirigent vers le Moyen Âge.


 

Les forêts sont coupées pour faire du bois de chauffage, tandis que la Russie riposte par ses propres sanctions à la guerre en Ukraine en coupant le filet de gaz naturel qu’elle envoyait encore en Europe.

L’Allemagne, qui voit ses entreprises souffrir de factures d’électricité élevées (Arcelor Mittal y ferme deux aciéries), parle enfin de se découpler de la Chine. La crise énergétique les rend nerveux. Ils veulent faire en sorte qu’il soit plus difficile pour les fabricants de délocaliser, maintenant que leur facture d’énergie n’a jamais été aussi élevée.

Il ne s’agit plus d’une crise à court terme. Les histoires de l’Europe occidentale ressemblent à celles que l’on entendait autrefois dans des pays comme la Bolivie. Une inflation élevée et des rations de ressources imposées par l’État.

Les investissements des entreprises vont là où l’argent va le plus loin. Auparavant, c’étaient les taxes et les coûts de la main-d’œuvre et de l’environnement qui étaient pris en compte. Maintenant, les entreprises européennes vont ajouter l’électricité au mélange. Rien de tout cela n’est de bon augure pour les entreprises européennes.

C’est pourquoi la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss, a renoncé à écouter le lobby du climat et a déclaré que le pays mettrait fin à son interdiction de la fracturation. La Grande-Bretagne est dans le même bateau que l’UE. Le Brexit ne l’a pas protégée des erreurs politiques de l’Europe.

L’Allemagne signe des contrats à long terme pour le GNL américain afin de se sauver, bien qu’elle doive trouver un endroit pour tout stocker. Pour cette raison, elle devra construire de nouveaux terminaux pour traiter ces cargaisons rapidement.

Mais ces mesures auraient dû être prises il y a des années, ou du moins mises en place avant l’annonce des sanctions russes. L’Europe n’avait pas d’As dans sa manche.

« Nous nous attendons désormais à une récession prolongée plus profonde et à une inflation élevée plus persistante en raison de l’impact de la hausse des prix de l’énergie, d’un cycle de resserrement plus décisif de la Banque centrale européenne et d’une demande… plus faible », indiquent les économistes de Barclays Capital dirigés par Silvia Ardagna.

La Banque centrale européenne a relevé son principal taux de prêt de 75 points de base à 1,25 % la semaine dernière. Ce taux reste historiquement bas. Mais l’économie européenne s’est tellement habituée à des taux proches de zéro que les liquidités vont commencer à se tarir avec la hausse du coût du capital. Tous les traders sur marge vont réfléchir à deux fois avant d’acheter des titres avec un effet de levier, entre autres.

 

La récession en Europe : Quelle sera son ampleur ?

Barclays prévoit une récession dans la zone euro au quatrième trimestre qui persistera jusqu’au deuxième trimestre de 2023, avec une contraction de 1,7 % du PIB réel.

Certains pays seront moins bien lotis que d’autres.

Barclays a revu à la baisse les taux de croissance de la France (2023 : -1,2%), de l’Espagne (-1,6%), de l’Italie (-2,1%) et de l’Allemagne (-2,3%). L’Allemagne sera la pire en raison de sa forte dépendance au gaz russe et des goulets d’étranglement dans le transport du gaz en Europe. La plupart des gazoducs proviennent de Russie.

L’Italie est le deuxième pays le moins performant, car elle est fortement dépendante du gaz naturel pour produire de l’électricité, puisqu’elle l’utilise pour environ 50 % de sa production. Ces facteurs signifient que l’Allemagne et l’Italie sont plus susceptibles de faire face à des pénuries physiques, tandis que la crise énergétique représente davantage un choc de prix pour la France et l’Espagne, ont écrit vendredi les économistes de Barclays.

L’inflation en Europe devrait culminer à 9,3 % au quatrième trimestre. Selon Barclays, les moteurs nationaux de l’inflation à moyen terme semblent désormais plus faibles qu’en juin, en raison du ralentissement de la demande et de la stagnation des revenus réels.

Les Européens vont dépenser beaucoup en carburant. Les prix du gaz naturel ont augmenté d’environ 170 dollars par mégawattheure au cours des 12 derniers mois. Aux États-Unis, nous mesurons le prix du gaz naturel par unité thermique britannique. Vendredi, les prix ont clôturé à 8,81 dollars par million de BTU pour le contrat à terme le plus proche, tandis que le gaz naturel européen avoisine les 50 dollars par million de BTU.

Malgré ces vents contraires, la BCE devrait relever ses taux de 75 points de base en octobre pour lutter contre l’inflation.

 

Découplage énergétique entre l’Europe et la Russie

Au cours des cinq dernières années, l’Union européenne a consommé en moyenne 400 milliards de mètres cubes (mmc) de gaz naturel par an, dont environ 100 mmc pour les ménages et 167 mmc pour l’industrie. Enfin, 133 milliards de mètres cubes supplémentaires ont été utilisés comme intrants intermédiaires dans le secteur de l’énergie.

Avant la guerre entre la Russie et l’Ukraine, l’Union européenne importait près de la moitié de son gaz naturel de Russie. Aussi, lorsque la Russie réduit ses exportations de gaz vers l’Europe en représailles aux sanctions, la seule chose à faire est de rationner et de chercher des alternatives. La raison pour laquelle ces dirigeants n’y ont pas pensé plus tôt est à débattre avec une autre source.

Barclays calcule que la Russie n’exporte qu’environ 25 % de sa quantité annuelle moyenne vers l’Europe (sur la base de moyennes sur cinq ans) et qu’elle va suspendre les expéditions du gazoduc Nord Stream, qui relie la Russie à l’Allemagne.

L’Europe a pu remplacer de grandes quantités de gaz russe par du GNL plus coûteux provenant d’autres producteurs, mais elle a également dû réduire sa consommation de gaz.

Selon la Commission européenne, l’Europe doit réduire sa consommation de gaz d’environ 15 % (soit environ 60 milliards de mètres cubes) de sa consommation annuelle si elle rompt avec la Russie. Ce calcul suppose toutefois que la Russie vende du gaz naturel à l’Europe.

Sur ces 60 milliards de mètres cubes d’économies, Barclays estime, sur la base d’un document du FMI publié le 19 juillet 2022, que 16 milliards de mètres cubes environ seront le véritable manque à gagner, mais cela suppose que le reste des 60 milliards de mètres cubes peut être compensé par les énergies renouvelables. Étant donné que l’Allemagne brûle à nouveau du charbon, il est peu probable que l’énergie solaire et éolienne puisse la sauver.

Selon Barclays, l’Europe peut combler la majeure partie de ce déficit (moins les 16 milliards de mètres cubes) si elle ajoute le nucléaire et le charbon à sa matrice d’énergie renouvelable. Tout mandat visant à réduire la consommation d’énergie nuira à l’économie autant que les factures d’électricité élevées.

Finalement, la classe d’affaires européenne et la population en général feront pression sur les dirigeants pour qu’ils changent de cap. Si cette pression s’accompagne d’un plus grand nombre d’annonces de licenciements et de fermetures d’usines (imaginez BMW arrêtant ses chaînes de montage de véhicules électriques parce que la recharge d’une voiture est trop coûteuse, tout comme les matériaux à forte intensité énergétique nécessaires à sa fabrication – comme l’acier), alors c’est probablement le moment ou jamais d’annoncer le creux de la vague de cette crise.

Les prix du gaz naturel en Europe sont en train de chuter pour plusieurs raisons, notamment parce que les investisseurs en matières premières se sont retirés après une énorme flambée des prix. C’est une bonne nouvelle pour l’Europe.

Les protestations ne font que commencer. Tout comme les licenciements et les fermetures d’emplois bien rémunérés. Ces prix vont devoir baisser encore plus.

Barclays prévoit une reprise en forme de U pour le second semestre de l’année prochaine. Cela signifie que le FTSE Europe pourrait l’anticiper vers le mois de mars.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Kenneth Rapoza


Source: Forbes

1 commentaire:

  1. Oui , le lobby bancaire , et Barclays en fait partie , est encore à mille lieues de la probable situation cataclysmique qui sera celle de l'Europe dès la fin de 2022 et dont on ne voit pas une issue positive dans les 5 ou 10 prochaines années .
    Comment peut'on faire une prévision sérieuse lorsqu'on reprend des chiffres minorés outrageusement en ce qui concerne le chômage et l'inflation ,dans les états d'Europe ou aux USA , qui doivent être multiplié par 8 ou 10 dans le premier cas et par 2 dans le second pour approcher de la réalité ?

    RépondreSupprimer



Charte des commentaires:

La possibilité de commenter de façon anonyme a été désactivée suite à de trop nombreux abus (insultes, menaces de mort). Il faut désormais obligatoirement utiliser un compte Gmail pour commenter.

Pas de spams, d'insultes, de provocations stériles, de prosélytisme religieux à outrance, d'appels à la haine, à la violence ou d'apologie du terrorisme. Les commentaires ne sont pas un défouloir et ce blog n'est ni un tchat ni un forum. Les commentaires sont là pour apporter quelque chose au débat. Les trolls ne sont pas les bienvenus. Restez courtois dans vos échanges et, dans un souci de compréhension, écrivez uniquement en français, merci.

Les liens externes sont acceptés s'ils sont en rapport avec le sujet de départ. Les HS sont exceptionnellement tolérés s'ils relèvent d'un sujet connexe ou pertinent vis à vis du thème de l'article. Merci de vérifier vos sources avant de publier un lien vers un article tiers (pas de sites parodiques et de fausse nouvelles s'il vous plait).

La modération est parfois activée, parfois non selon les disponibilités de l'administrateur. Dans tous les cas, inutile de reposter vos commentaires, ils seront validés en temps voulu.

A chacun d'y mettre du sien afin de permettre d'échanger et de débattre dans le respect de chacun.

adblocktest

Mal traités

Coronavirus

MK-Ultra

Affaire Epstein

Lubrizol

Réseau Pédophile de l'Elite

Conseils pour économiser

Contre la désinformation

Rechercher sur le blog

Inscription à la newsletter

Archives du blog